Search for content, post, videos

C. Mejias : « La Mairie de Barcelone doit rester neutre face à l’idéologie indépendantiste »

Carina Mejias

Llegir també aquest article en català clicant aquí

Carina Mejias est député Ciudadanos au Parlement catalan et candidate à la Mairie de Barcelone le 24 mai prochain. Elle était l’invitée de l’émission Le Cercle lundi 23 février sur Equinox Radio. 

Les Français pourront voter lors des prochaines élections municipales de Barcelone. Dans le cadre des émissions spéciales d’Equinox Radio pour ces élections, Carina Mejias a répondu aux questions de la rédaction d’Equinox.

Écouter l’intégralité de l’interview de Carina Mejias sur Equinox Radio Barcelone

Une attaque en règle contre Podemos

Selon Carina Mejias, il y a deux forces politiques nouvelles en Espagne et à Barcelone qui peuvent bouleverser la mainmise des partis traditionnels (PP-PSOE-ERC-CIU), ce sont Ciudadanos et Podemos. Cependant, selon la député catalane, le seul mouvement vraiment nouveau c’est C’s, car Podemos à Barcelone fait partie de la coalition « Barcelona en comú » qui comprend ICV, parti ayabt déjà gouverné à la Mairie de Barcelone. Selon elle, c’est la vieille gauche sous un nouveau visage.

Toujours dans une charge contre Podemos, Carina Mejias  juge le parti de Pablo Iglesias peu démocratique et présentant des points communs populistes avec le Front National de Marine Le Pen. Elle estime que « le radicalisme de Podemos commence à effrayer la société. Il est important que les pays européens s’engagent et agissent contre ces partis populistes. »

Un réquisitoire anti-indépendantiste catalan

Selon Carina Mejias, Ciudadanos représente l’électorat qui ne veut pas être l’allié des nationalistes. La député explique que le mouvement C’S a été fondé par des intellectuels, sur des principes proches des principes français, comme la liberté

Elle déclare d’ailleurs avoir quitté le Partido Popular car il s’alliait constamment avec les nationalistes, que ce soit au Parlement catalan ou à la Mairie de Barcelone, proposant son appui y compris après le virage indépendantiste de CiU.

En Catalogne, Carina Mejias juge qu’ il y a besoin d’une troisième voie. Elle vante son parti en le présentant comme  » démocrate, constitutionnel, libéral sur le plan économique mais également attaché au bien-être des citoyens (santé, éducation, etc.) ».

Selon elle la Mairie de Barcelone qui est une ville cosmopolite, doit rester neutre sur le plan de l’idéologie indépendantiste. Cependant dans elle qualifie le mouvemement separatiste catalan d »immoral »

La vie quotidienne des Barcelonais

Carina Mejias plaide pour une baisse des prix des transports publics, accompagnés d’un refinancement de la dette de la TMB. Elle n’aurait pas, par exemple, remplacé les bus par de nouveaux bus non polluants ni créé de nouvelles lignes, jusqu’à ce que les comptes de la régie des transports publics de Barcelone reviennent à l’équilibre. Quant à ouvrir le métro toute la nuit du vendredi, « oui, pourquoi pas, s’il y a une demande des usagers » répond-elle.

Carina Mejias  fait remarquer que le concept d’Uber était illégal mais estime que la loi doit s’adapter à l’économie collaborative, ajoutant que le Parlement catalan a créé une commission sur ce sujet pour que ces activités se développent dans un cadre légal.

Côté pollution, Carina Mejias  privilégierait l’option de créer davantage de parkings à l’extérieur afin que les automobilistes utilisent davantage les transports publics.

Selon la candidate de Ciudadanos, le maire sortant Xavier Trias s’est caractérisé par son ambivalence, disant une chose à certaines personnes, le contraire à d’autres, et s’est rendu célèbre pour ne pas avoir tenu ses promesses.

Pour le bruit, elle privilégierait une zone de loisirs en dehors de Barcelone, déplaçant le polémique Piknic électro de Montjuic vers le Forum par exemple. Selon Mejias, Barcelone doit trouver de nouvelles solutions pour que les habitants puissent se reposer et que les touristes puissent profiter de la ville. Elle juge que la nouvelle réglementation sur les appartements touristiques n’est pas suffisante.

Par ailleurs, pour encourager la création d’entreprises, la député catalane entend simplifier et accélérer le travail bureaucratique. Par exemple, pouvoir lancer son activité sans attendre toutes les réponses administratives, mettre en place des autorisations provisoires puis ensuite régulariser sa situation de manière définitive.

Enfin concernant les attentats de Paris, Carina Mejias « n’est pas Charlie », elle est simplement une fervente défenseur de la liberté.

Retrouvez toute l’actu politique de Barcelone le lundi 22h dans Le Cercle sur Equinox Radio