Devriez-vous apprendre le catalan?

Par le 10 septembre, 2015 Vivre à Barcelone

Tôt ou tard, la question finit par se poser. Que se soit pour aider les enfants avec leurs tâches scolaires, mieux communiquer avec ses collègues, ou se sentir intégré, plus à l’aise, par curiosité culturelle ou intellectuelle, pour améliorer son cv… Y a-t-il une bonne réponse?

Tôt

Si vous avez inscrit vos enfants à l’école publique, l’enseignement sera dispensé en catalan. Et dans ce cas, il faudra bien vous y mettre, ne serait-ce que pour communiquer avec les autres parents et avec le personnel de l’école.

C’est vrai que le bilinguisme est très répandu, surtout parmi les plus jeunes, et que la plupart des Catalans s’adaptent selon la langue avec laquelle vous vous adressez à eux. S’ils s’apercoivent que vous êtes étranger, ils adopteront le castillan immédiatement.

Tard

Le piège se présente si votre travail requiert que vous parliez seulement français et que la grande majorité de vos collègues sont français ou francophones. Dans ce cas, vous risqueriez de ne même pas apprendre l’espagnol, du moins pas plus que ce qui est requis pour faire des courses ou des démarches administratives. Et dans ce cas, à quoi vous sert de vivre dans un pays étranger?

Certaines entreprises offrent des cours gratuits à leurs employés. Sinon, plusieurs organisations proposent également des cours de catalan donnés par des bénévoles.Vous avez l’option de vous inscrire dans une école ou une académie officielle – dans ce cas payante. Pensez également à l´échange de langues: vous pouvez vous mettre en contact avec une personne catalane qui veut apprendre le français. C’est une option qui a le mérite d´être plus dynamique et vous permettra de rencontrer des locaux.

Pourquoi ?

Pourquoi pas ? Effectivement si aucune obligation scolaire ou de travail ne vous l’impose, on pourrait considérer le catalan comme optionnel. Et se dire que une fois sorti(e) de la zone concernée, quelle pourrait bien être son utilité? Qu’il vaut mieux n’apprendre que le castillan. Ce sont des arguments valables. Jusqu’à ce que passent les années et que l’on vous demande «Parla Catalá?». Et là, vous répondrez un peu honteusement que non. Ou vous voudrez comprendre l’humour de Polonia sur TV3 et vous n ‘y arriverez pas. Ou regarder un film en v.o., écouter une conférence, suivre une formation de l´OTC. Un léger décalage.

La question politique

Evidemment, on ne peut pas contourner l’aspect politique. Un peuple qui a été privé de sa langue, de sa culture sous la dictature et s’est relevé la tête haute y sera d´autant plus attaché. Le catalan devient une force, une affirmation, un droit pour lequel beaucoup se sont exilés ou ont fini dans des prisons. Faut-il se sentir concerné, solidaire? Faut-il convertir le catalan en une arme, en un mouvement culturel? A chacun de trouver sa réponse.

Hélène Alagbé

Polyglotte et globe-trotteuse, Hélène a posé ses valises à Barcelone en 2002. Rédactrice spécialisée culture, histoire, environnement et bons plans en tous genres.