Search for content, post, videos

Trouver un espace de travail à Barcelone

coworking barcelone

Avoir un bureau dans le centre de Barcelone peut coûter entre cent à deux cents euros par jour, d’après La Vanguardia. Un budget que les freelances ne peuvent pas toujours se permettre. Une solution émane depuis quelques temps dans les rues barcelonaises : les espaces de co-working.

Ils ressemblent à des bureaux quelconques, sauf qu’ils sont partagés par des travailleurs qui ne se connaissent pas, et qui s’occupent chacun de leur côté. Seul point commun : l’envie de se retrouver devant la machine à café. Et c’est l’argument de beaucoup d’espaces : « Ne prends plus jamais un café seul » peut-on lire sur les sites dédiés au travail partagé.

Si l’idée première est de sortir de chez soi pour travailler, et mieux délimiter la vie professionnelle de la vie privée, certaines conditions doivent être prises en considération.

1. La connexion wifi

Le première : la rapidité du réseau internet. Le plupart se targuent d’utiliser la fibre optique 300Mb/30 Mb. Et quand 20 travailleurs charbonnent dessus, mieux vaut que la connexion soit solide. En général, le réseau est wifi, se renseigner pour profiter d’un cable ethernet.

2. Un peu de place s’il vous plait

Pour travailler, encore faut-il ne pas être les uns sur les autres. Beaucoup proposent des bureaux façon centres d’appels, d’autres jouent sur la luminosité et l’espace de chacun. Comme pour un appartement, visitez avant d’acheter !

3. A votre service 24h/24, 7j/7 ?

La plupart des espaces ferment à 19h, conformément aux horaires traditionnels de bureau. En revanche, tous les freelances n’adoptent pas ce rythme. Travailler seul permet aussi de choisir ses moments de travail en fonction de sa productivité. Plusieurs espaces de coworking surfent donc sur la vague du 24h/24. Nidok, à Gracia, est ouvert nuit et jour aux acharnés de boulot, et tous les jours de la semaine. Le prix ne s’envole pas pour autant, comptez 180 euros pour une occupation à temps complet.

4. Le prix

Il faut en moyenne débourser 150 euros par mois pour une utilisation à temps plein. Possibilité de prendre un abonnement qu’à la demi-journée, ou même à l’heure, pour retrouver le bon vieux plaisir de badger à l’entrer de l’usine. Mais le co-working ne se destine pas qu’aux gens seuls, les entreprises peuvent aussi louer des salles de réunion ou de conférence.


 Lire aussi : Travailler en indépendant à Barcelone


5. Les petits plus

Une vraie communauté se crée autour de l’espace de travail. En plus de permettre à chacun de bucher sur ses dossiers, les centres de coworking incitent à l’entraide entre les différents freelances, et encouragent ainsi le partage de connaissances. Et le partage de moyens ! Certains espaces mettent à disposition du matériel que chacun n’a pas chez soi.

Autre point positif, l’animation autour du boulot : il est fréquent que ces espaces organisent des workshops, ou autres animations culturelles.

Où se poser de temps en temps ?

Mais si vous n’êtes pas convaincus, il reste toujours la bonne vieille méthode du squat dans un café. La technique : choisir un endroit calme et avec une bonne connexion. La distraction y est souvent plus facile mais ponctuellement, ça coûte moins cher – sauf si vous buvez huit cafés par jour.

Les suggestions d’Equinox :

  • Cornelia – Valencia 225 : dans un style new-yorkais.
  • Buenas Migas – Plaza Universidad 1 : avec terrasse !
  • Babelia – Villarroel 27 : pour l’ambiance livresque.

Les bibliothèques sont une alternative, plus studieuse, au travail en dehors de la maisonnée. Gratuites, et ne nécessitant souvent pas de carte étudiante, on y retrouve une ambiance de travail sérieuse et individuelle. La recherche y est aussi facilitée.

Pour les fauchés, le parc ! Il fait encore beau, et – croisons les doigts – il en reste encore des publics à Barcelone. Un clé 3G fera l’affaire pour internet si le parc n’est pas équipé en wifi.

Allez, au boulot !