Search for content, post, videos

Ada Colau – Qui est la maire de Barcelone ?

ada colau maire barcelone

Elle a été choisie pour la mairie de Barcelone avec une proposition simple : rendre la ville à ses habitants. Fille de parents aisés, Ada Colau a étudié et travaillé avant de s’investir pleinement dans la politique en 2000. Retour sur 15 ans de luttes. 

Maire de Barcelone élue en mai 2015, Ada Colau est une femme de lutte depuis sa plus tendre enfance. Elle le fait elle-même remarquer sur son site internet. Née en mars 1974, à Barcelone, Ada est la fille de Ramón, graphiste publicitaire, et de Tina, commerciale. Elle a grandi dans le quartier de Guinardó avec sa mère et son nouveau compagnon, son père étant à Madrid.

« ¡ Queremos ser escuela publica ! »

Sa première manif, elle l’a faite dans les bras de sa mère, à la fin des années 70 pour que son école devienne publique. Depuis, c’est une habitude pour cette militante de Barcelona En Comú (plateforme municipale de la gauche radicale) de faire entendre ses idées dans la rue. Son discours est très encré à gauche, la maire de Barcelone se veut proche du peuple.

Après une éducation plutôt aisée, un diplome de Philosophie à l’Université de Barcelone (école privée) en poche et des petits boulots avant d’arriver dans le monde de la communication et de l’interprétation en italien, elle s’est présentée en politique dans les années 2000 notamment en luttant contre le libéralisme et la guerre. En 2001, elle défilait contre la Banque Mondiale, en 2002 contre « l’Europe du capital » et en 2003 contre la guerre en Irak.

Ada Colau est aussi l’auteure d’une dizaine de parutions sur la société catalane, et sur ses idées politiques : ¡Sí se puede! Crónica de una pequeña gran victoria par exemple, ou encore Vidas hipotecadas. De la burbuja inmobiliaria al derecho a la vivienda.

L’immobilier a d’ailleurs été un des leitmotivs de sa campagne municipale. Son but ultime : « rendre la ville à ses habitants, et faire de Barcelone une ville plus juste et démocratique dont on soit être fier ». Et ça a marché, bien que son élection à la tête de la capitale catalane a été une surprise.

Ses grands parents avaient migré à Barcelone pour une « meilleure vie », et la famille est depuis installée dans le bastion indépendantiste, sans l’être forcément. Ada Colau s’est exprimé sur ce sujet : elle est pour le droit à décider, avec des relations cordiales entre Madrid et Barcelone. La maire n’a d’ailleurs pas tenu à faire partie de l’AMI, l’Association des Maires Indépendantistes de Catalogne.  Son parti – Barcelona en Comú – ne s’était pas positionné sur le sujet pour les élections régionales anticipées du 27-S, alors au sein de la coalition Catalunya Sí que es Pot. Ada Colau profite cependant des élections générales du 20 décembre prochain pour s’exprimer clairement en faveur d’un référendum.

7 mois de mairie, qu’en est-il ?

Depuis, Ada Colau s’est montré parfois provocatrice dans ses décisions : en 7 mois, la maire de Barcelone a instauré des aides sociales au logement, un moratoire à la construction de nouveaux hôtels pour mieux les répartir dans la ville et lancé un étude sur les symboles franquistes et monarchiques à Barcelone. Elle affirme vouloir pacifier Barcelone, notamment en luttant contre la violence immobilière (notamment en réprimant les banques détenant des appartements vides) et urbanistique, contre les processus de gentrification et l’élévation du coût de la vie dans le centre vie. La maire cherche aussi à réduire les coûts municipaux en annulant certaines festivités. En matière de politique internationale, l’alcadesa de gauche radicale a mis en place un plan d’aides aux réfugiés et s’est positionné contre la politique menée par Hollande à la suite des attaques de Paris.