Search for content, post, videos

Grève au Lycée français de Barcelone

grève-enseignants

Un préavis de grève a été déposé par les syndicats des personnels pour la journée du mardi 26 janvier au Lycée français de Barcelone.

Photo: Cathy Dogon

Mardi 26 janvier, une grève se tiendra au Lycée français de Barcelone (LFB), et plus généralement dans la fonction publique. Le Syndicat National des Enseignements de Second degré (SNES) du LFB a confirmé qu’il suivrait le mouvement de grève national, qui aura lieu en France le même jour.

L’objet de cette grève est de demander un rejet de la réforme des collèges. Selon le SNES, la réforme des collèges n’a qu’un but économique. « Elle va permettre de réduire le nombre d’heures d’enseignements aux élèves, ce qui représentera une économie d’heures à payer » explique Erwan, l’un des responsables du SNES contacté par Equinox.

Les autres revendications concernent une augmentation de budget de l’Agence pour l’Enseignement français à l’étranger (AEFE) et une revalorisation salariale. Le SNES rappelle que le bugdet de l’AEFE ne cesse de baisser.

Le lycée restera ouvert

Durant la journée du 26 janvier, le fonctionnement de l’établissement et l’organisation des cours seront perturbés. Aucun dispositif particulier n’est mis en place, mais le lycée restera ouvert et pourra accueillir l’ensemble des élèves.

Il faudra attendre mardi pour savoir si le mouvement a été largement suivi au sein du lycée. Les enseignants ne sont pas obligés de prévenir à l’avance de leur intention de faire grève. Cependant, lors d’une réunion qui s’est tenue il y a quelques jours, le mouvement général était de suivre la grève. Les instances parisiennes décideront si le mouvement sera reconduit ou non.

Du côté des parents d’élèves, les réactions sont partagées. Si certains soutiennent le mouvement, d’autres se sont déclarés scandalisés. « Près de 5 000 euros par an par élève, et nous recevons ce soir un message nous annonçant que les « personnels de la fonction publique française » seront en grève ! S’agit-il d’un canular? » ; « Je suis d’accord aussi pour demander des comptes » étaient quelques-uns des commentaires que l’on pouvait lire ce week-end sur les réseaux sociaux.