Search for content, post, videos

Le président catalan va demander un référendum à M. Rajoy

carles puigdemont independance catalogne

Le président de la Catalogne, Carles Puigdemont, a voulu donner un visage modéré hier soir face à Ana Pastor, la star de l’information de la chaîne « La Sexta ». Au programme, une négociation avec Madrid pour tenter d’obtenir un référendum et pas de déclaration unilatérale d’indépendance.

Photo : La Sexta

Le président catalan Carles Puigdemont rencontrera mercredi le président espagnol Mariano Rajoy à la Moncloa, la résidence du chef du gouvernement. C’est la première fois depuis des années qu’une telle rencontre aura lieu, tant les relations entre les deux institutions étaient compliquées voire inexistantes à cause du débat indépendantiste.


Lire aussi : Course vers l’indépendance, la feuille de route de Junts Pel Sí


Hier soir chez nos confrères de La Sexta, le président catalan a dévoilé ce que sera pour lui l’objet de la rencontre : il demandera à ce que l’Espagne autorise officiellement un référendum pour que les Catalans puissent s’exprimer sur l’indépendance de leur région. C’est un président particulièrement ouvert au dialogue et conciliant qui est apparu hier à la télévision espagnole, « souhaitant améliorer les conditions atmosphériques entre la Catalogne et l’Espagne » selon ses termes.

Et pour dissiper les nuages, C. Puigdemont a voulu se montrer agréable. Il ne cautionne pas le fameux slogan « Espanya ens roba » (« l’Espagne nous vole », en référence au trop plein d’impôts que paierait la Catalogne à l’État central), il a condamné la journaliste de la télévision catalane qui a brûlé une constitution espagnole en direct la semaine dernière en affirmant que lui n’avait « rien à brûler ». Pour couronner le tout, le président catalan a affirmé qu’il n’y aurait pas de déclaration unilatérale d’indépendance durant son mandat. Exit donc la promesse de l’indépendance en 18 mois évoquée pendant la campagne électorale de septembre dernier. Le président catalan a confié que dans un an, « il se voyait encore à la table des négociations ».


Lire aussi : Une journaliste brûle la constitution espagnole en direct sur la télévision catalane


Préférence pour le socialiste Pedro Sanchez

Concernant l’épineux blocage de l’investiture du président espagnol, C. Puigdemont confie qu’avoir « Mariano Rajoy ou Pedro Sanchez à la tête du gouvernement, ce n’est pas la même chose ». Les indépendantistes catalans, qui affirmaient il y a peu arriver au parlement d’Espagne comme des ambassadeurs de la Catalogne et non comme des élus espagnols, pourraient maintenant voter en faveur du socialiste Pedro Sanchez si-celui ci autorisait le fameux référendum séparatiste.

Concernant son propre mandat, C. Puidemont affirme qu’il rendra les clés de la Generalitat quand celle-ci sera transformée en pré-État catalan. Enfin si Artur Mas souhaite se représenter aux prochaines élections catalanes, l’actuel président a assuré qu’il n’entrerait pas en compétition avec lui.