Search for content, post, videos

Retour en France – Les 7 points à retenir

reimpatriation

Fin d’année scolaire, fin de contrat, manque d’opportunités ou besoin d’un retour au pays, les raisons qui motivent la « réimpatriation » sont nombreuses. Vous avez décidé de rentrer en France ? Mais savez-vous bien ce que vous faites? Voici un petit cours de déminage en 7 étapes, pour bien s’y préparer, que vous soyez parti pendant 1 an, 5 ans, 13 ans ou 22 ans*.

1 – Comptez 3 mois de marathon

En effet, c’est le temps minimum qu’il vous faudra pour rouvrir des droits au chômage/RSA/Allocations diverses, même si vous avez scrupuleusement rempli toute la paperasse et tout renvoyé en un temps record. Y a-t-il une conspiration entre la CAF et le Pôle emploi? On pourrait se le demander vu la quantité impressionnante de documents à fournir… et la lenteur administrative. Le personnel n´aura de cesse de vous demander – en plusieurs relances, jamais en une seule fois – toute la liste de documents obligatoires, mais aussi histoire de rajouter quelques semaines d’attente, les facultatifs comme vos déclarations de ressources des 3 dernières années et autres joyeusetés.

retour france porte bonjourLA règle d’or: ne JAMAIS envoyer d´originaux, car ils peuvent être égarés et/ou classifiés dans un autre dossier, et toujours inscrire selon le contexte, votre numéro de CAF/SS/Identifiant Pôle emploi sur chaque page en agrafant bien le tout. Faites aussi une copie des lettres et formulaires papier que vous envoyez. Vous munir de patience, d’un excellent scanner/photocopieuse/imprimante, de pochettes/classeurs, de timbres, et bien entendu d´un stylo-bille noir.

Mais votre ressource la plus précieuse sera de vous faire accompagner par une personne persévérante, qui saura poser les bonnes questions, donner la bonne information – car vous serez rapidement largué/e-, et faire la queue avec vous. Mais quand tout sera enfin en marche, vive la dématérialisation (non, vous n’aurez plus envie – ni besoin – de passer la moitié de votre journée à faire la queue) !

2 – (R)ouvrir un compte bancaire

Quel sera la source de vos revenus? Un emploi vous attend? Vous allez faire basculer votre chômage d’Espagne pendant 3 mois? Vous avez les poches vides et devez faire une demande de RSA ou d’ATA? Malgré ce que nous pourrions penser (ou non), nous ne sommes pas égaux quand vient l’heure de voir le banquier.

Pas de suspense, si vous n’avez pas de salaire en vue, ouvrez un compte à La Poste  – vous n’aurez pas le choix car les autres banques vous refouleront sans pitié. Un RIB vous sera exigé pour toute demande d’allocation. Vous devez exercer votre droit à un compte courant, en faisant appel à La Banque de France si nécessaire, sans quoi vous ne pourrez pas payer votre facture de téléphone, ni votre assurance logement, ni faire de prélèvement automatique…et sans chéquier, ni Carte Bleue, la vie quotidienne peut devenir un sacré casse-tête. Si on vous accorde un compte de Livret A pour commencer, pensez à demander la carte de retrait qui va avec : faire la queue pendant 45 minutes pour retirer 40€ peut rapidement devenir agaçant.

3 – Et la santé?

La CMU (couverture Maladie Universelle) de base a été supprimée depuis le 1er janvier 2016, et remplacée par la PUMA (Protection Universelle Maladie). Pour savoir pourquoi cliquez ici. Selon votre situation personnelle, les 3 mois obligatoires de séjour minimum peuvent se trouver écourtés: cliquez ici pour plus d’informations et pour télécharger le formulaire de demande de droits à l’assurance maladie, en bas de page. Ne le confondez pas avec la CMUC, qui  est la prise en charge à 100% et vous est attribué en cas de ressources faibles ou non-existantes (si vous l’obtenez, vous bénéficierez également de réductions sur le gaz, l’électricité, et sur les transports en commun).

Si vous n’avez jamais eu de Carte Vitale, comptez 2 mois de plus : les cartes sont faites par un seul et unique centre en France. Elle peut maintenant être obtenue à partir de l’âge de 12 ans au lieu de 16. Pensez à demander une copie de vos dossiers médicaux, ou au pire d’une lettre de votre médecin de famille mentionnant maladie(s) chronique(s) et traitement(s) en cours.

4 – Se loger

se loger francePoint noir s’il en est, sauf si bien sûr vous êtes muté(s) et que votre employeur vous fournit un logement adéquat, et vous paie les frais de déménagement. Quand vous aurez donc assidûment complété votre course administrative, que vous serez dans un état proche de l’épuisement mental, il faudra bien quitter la famille/ami(e/s)/autre qui vous aura hébergé et/ ou gardé vos affaires dans leur garage/cave/autre.

En ce qui concerne les possibles aides à votre disposition, citons le FSL (Fonds Solidaire Logement) qui peut vous avancer les frais d´agence d´assurance logement – qui est obligatoire – ainsi que le dépôt de garantie, et se porter garant de votre loyer pendant 1 an. Le remboursement se fera mensuellement et à un taux de 0% une fois le dossier approuvé. Les conditions et le montant variant selon chaque département, il faudra consulter la CAF correspondante. Sinon l’APL est, bien entendu, toujours de rigueur.

5 – Ayez un projet professionnel/personnel

La crise aidant, l’herbe n´est pas forcément plus verte dans l´Hexagone : beaucoup d´emplois sont payés au minimum, même si vous gagnerez plus en travaillant moins (vive les 35 heures). Les CDI sont rares, les CDD peuvent s’accumuler au sein d´une même entreprise, et de nombreux sur-diplômés/sur-qualifiés occupent des emplois précaires. Votre expérience professionnelle à l’étranger peut devenir un handicap : certains recruteurs sont méfiants et pensent que vous êtes instable et repartirez à la première occasion.

Faites une recherche soutenue dans le secteur qui vous intéresse, mettez la famille et les amis à contribution, faites-vous recommander par votre patron/collègues sur LinkedIn, créez un compte sur Viadeo, enfin, mettez tous les chances de votre côté. Ce conseil s’avère vital si vous vous êtes laissé aspirer par le trou noir des centres d´appels à Barcelone, à moins que vous n’ayez prévu de continuer à être “Téléconseiller/ère”, la version Made in France de “Teleoperador/a”.

Sachez que votre conseiller/ère Pôle Emploi avec lequel/laquelle vous aurez dûment pris rendez-vous dès que vous aurez une adresse et un téléphone de contact vous cuisinera sur votre PPAE (Projet Personnalisé d’Accès à l’Emploi). L’inscription se fait exclusivement sur Internet. Actualisez votre CV, pensez à vérifier avant votre départ que vous avez l’intégralité de vos fiches de salaire, le(s) soldes de tout compte, vos avis d´imposition  et le précieux formulaire U1 ou U2. Envisagez une éventuelle reconversion professionnelle.

6 – Anticipez les moments de cafard

expatriation france

Car ils seront là, ces moments où vous allez douter, où vous vous retournerez sur des vacanciers espagnols en pensant qu’ils ont de la chance, où voir un “Clàsico” Barça-Madrid vous mettra la larme à l’œil alors que vous n’êtes même pas fan de foot. Une fois passée la période de “enfin un croissant/du pain décent” et “vive la sécurité sociale à la française”, vous vous rappellerez du temps où appeler quelqu´un à 22 heures était monnaie courante, où il y avait encore des magasins ouverts après 18 heures et du monde dans les rues après minuit voire au-delà. Vous pourriez même développer une nostalgie malsaine à la climatisation à outrance des transports en commun et au volume sonore voisins-bars-métro…

7 – … planifiez votre retour pour les beaux jours

Ce qui pourrait paraître anodin ne l’est pas : s’acheter et devoir mettre une doudoune quand les Barcelonais commencent à aller à la plage est éprouvant pour le moral. Osez dire que vous ne vous êtes pas habitués au climat de Barcelone et à circuler les trois quarts de l’année en sandales! En revenant durant les beaux jours, vous serez moins tenté(e)s de noyer votre frustration dans la nourriture : la combinaison charcuteries- bons petits plats en sauce bien de chez nous-vins-fromages-viennoiseries-etc est dévastatrice.

#BonusTrack : un site pour faciliter votre retour

Voici pour finir un excellent site. Retourenfrance.fr est truffé de bon conseils et d’articles pertinents pour bien couvrir toutes les bases et plus, pour un retour en France bien géré. Cet outil intéractif de simulation destiné spécialement aux expatriés français est à tester: après avoir dressé votre profil par des questions, il vous indiquera les démarches administratives, les pièces à apporter, et des liens pour davantage d’informations. Et cet article d´Equinox pour les démarches à faire avant de partir est à lire.

Courage! Grâce à Ouibus, Easyjet, Blablacar et autres compagnies bourgeonnantes, vous pourrez revenir vous faire un petit week-end express pour danser toute la nuit, vous faire dorer sur la plage ou faire les soldes! Alors soignez bien vos amis barcelonais, et ne les oubliez pas!

* Petite note pour ceux qui sont partis depuis longtemps: le RMI s´appelle maintenant RSA, l’ANPE et les Assedics ont fusionné sous un seul organisme nommé Pôle emploi, et la Sécurité Sociale et son système de remboursement ont été réformés.