Search for content, post, videos

Artur Mas fonde un nouveau parti indépendantiste

independance catalogne

Le parti historique indépendantiste catalan Convergència a officiellement changé de nom ce dimanche pour s’appeler Partit Demòcrata Català (Parti Démocrate catalan)Un changement de nom qui pourrait bien marquer un tournant au sein du mouvement d’Artur Mas.

Convergencia Democratica de Catalunya (Convergence démocratique de Catalogne – CDC) le parti fondé au sortir de la dictature franquiste est donc mort et enterré. Jordi Pujol, qui fut emprisonné par le dictateur Franco pour ses idéaux indépendantistes, véritable héros de la cause séparatiste, une sorte de De Gaulle catalan, fondait en novembre 1974 le parti Convergencia. Il réunissait en son sein des sympathisants issus du monde ouvrier, des membres de la petite et grande bourgeoisie.

Ce fut la renaissance politique du mouvement catalaniste et du rétablissement de l’autonomie administrative de la Catalogne qui était interdite sous la dictature. Au pouvoir pendant près de trente ans, Jordi Pujol et CDC ont réussi à obtenir de Madrid le rétablissement d’une police autonome (Les Mossos d’Esquadra) l’importante gestion du système de santé, et de l’éducation.

Congrès fondateur de Convergencia en 1974

Trente ans plus tard, en juillet 2014, tout s’écroule. Le père fondateur de la Catalogne moderne Jordi Pujol passe à la confession. Il avoue avoir placé de l’argent en Andorre. La presse se déchaîne en révélations. Pujol aurait battu tous les records établis par les hommes politiques en matière de corruption : détournement de l’argent public lors de travaux  gérés par le gouvernement catalan, commissions prises sur les primes des fonctionnaires et même gestion frauduleuse de l’argent destiné aux hôpitaux catalans.

L’homme tombe de sa statue de commandeur et il est banni de la vie publique. Il devient honteux d’avoir côtoyé politiquement Jordi Pujol. Le parti avait déjà une réputation de corruption généralisée, la chute de Jordi Pujol déclare la fin de CDC qui ne finit plus de s’écrouler à chaque nouvelle élection.

Une lente agonie

Convergència aura mis deux ans à mourir, mais ses dirigeants ont mis fin à ses souffrances ce dimanche 10 juillet 2016. Après 3 jours mouvementés pour trouver un nouveau nom au parti, c’est finalement Partit Demòcrata Català qui a été choisi par les militantsUn nom que l’on peut traduire en français par Parti Démocrate Catalan. Artur Mas sera président de ce nouveau parti (à priori en tandem féminin avec Neus Monte). Changement d’époque, changement de moeurs.

Alors qu’à CDC les présidents du parti (Jordi Pujol et Artur Mas) avaient les pleins pouvoirs, dans son nouvel habillage le mouvement n’offre à son président qu’une forme de représentation symbolique. Le secrétaire général du parti, qui doit être élu cette semaine, prendra les décisions exécutives. Artur Mas a tenté de garder le pouvoir en son sein, mais cette position a du faire face à une levée de boucliers de la part des dirigeants du parti. Preuve que les échecs électoraux répétés d’Artur Mas, les soupçons de corruption qui pèsent sur lui ont fragilisé son avenir politique, même si il sauve les apparences en conservant une présidence à la façon « Reine d’Angleterre ».

Partit Demòcrata Català, el nombre elegido para ser el partido heredero de CDC

Cap vers l’indépendance de la Catalogne

Alors que l’ancienne CDC était réputée à ses origines pour avoir un discours modéré sur l’indépendance de la Catalogne, le nouveau parti se radicalise fortement. Partit Demòcrata Català est un outil qui doit emmener la Catalogne vers son indépendance. Si besoin en utilisant l’arme atomique de la « déclaration unilatérale d’indépendance », c’est-à-dire de déclarer la séparation de l’Espagne sans autorisation de Madrid et sans reconnaissance ni internationale, ni européenne. Une mesure radicale qui pour l’instant n’est défendue que par la gauche et l’extrême-gauche. Bien que se déclarant « centriste »,Partit Demòcrata Català ne compte donc pas renoncer aux mesures les plus extrêmes.

Le parti souhaite que le régime de la Catalogne indépendante soit une république sur le modèle français, se calquant sur les mêmes valeurs selon son coordinateur Francesc Sànchez. Les indépendantistes catalans possèdent la majorité absolue au Parlement de Catalogne. Une motion de confiance doit être votée en septembre prochain afin de donner une nouvelle dynamique au processus de séparation avec l’Espagne.