Search for content, post, videos

La Barceloneta perd ses commerces historiques

Le restaurant centenaire Can Manel a fermé ses portes ce mois-ci. Il s’ajoute à la longue liste des lieux emblématiques et historiques qui ont disparu depuis 2014 à la Barceloneta.

Photo: CM/Equinox

Chaque jour depuis 1870, le numéro 60 du Passeig Joan de Borbó accueillait des visiteurs désireux de savourer des plats traditionnels sur la Barceloneta. Mais depuis le 16 octobre, malgré les beaux jours, la terrasse n’est pas déballée, l’emblématique store bleu aux rayures blanches n’est pas déployé et les chaises restent empilées. Et pour cause. Le Can Manel a définitivement baissé ses stores. Le restaurant familial et emblématique a accusé le coup de l’entrée en vigueur en 2014 d’une loi sur la révision des loyers locauxaugmentant fortement ces derniersLors du renouvellement de leur bail, la quatrième génération de propriétaires a choisi de céder l’établissement à la société Quinoa et de partir à la retraite.

« Cette loi a fait du mal à beaucoup de commerces qui n’ont pas pu négocier et éviter une forte augmentation de leur loyer. C’est une vraie tristesse que des lieux qui ont toujours existé disparaissent. On avait des clients en commun. Ils nous ont confié avoir beaucoup de peine » se désole Albert, gérant du restaurant Mar Salada, voisin du Can Manel depuis 24 ans. « Les loyers sont très chers et la qualité touristique n’est pas bonne. Comment faites-vous pour vous en sortir ? Vous ne pouvez pas trop augmenter les prix des plats car de tout façon les touristes viennent à Barcelone avec un budget serré. Ils ne viennent pas dépenser dans un restaurant mais au Burger King ou au Mcdonald’s » ajoute Vicente, serveur au Can Costa, dernier restaurant de l’allée avant la plage.

La Barceloneta « colonisée »

« Sur les dix dernières années, il y a eu une dégradation de la zone. Les lieux emblématiques ferment et ce sont des Pakistanais qui ouvrent ou des restaurants avec des prix bas mais surtout une basse qualité. Avant les gens venaient sur la Barceloneta manger un plat de poisson avec du riz. Maintenant l’activité s’est diversifiée avec des fast-foods » complète Albert.

L’Observatori Econòmic Eixos relevait sur le site du journal 20 minutes qu’il y a « une colonisation de la zone » due aux boutiques de souvenirs et à la restauration rapide. L’observatoire parle d’une « vulgarisation » de la Barceloneta où un nombre croissant de bazars se sont installés. Ils représentent 25.6% des commerces du secteur, un chiffre au-dessus de la moyenne des autres endroits de la ville. Autrement dit, un commerce sur quatre est un bazar à la Barceloneta.

Depuis 2014, Barcelone a perdu de nombreux lieux historiques comme les librairies Catalònia et Canuda, le Palais des Jouets et la Juguetería Monforte spécialisés dans la vente de jeux anciens, la boutique de tissus El Indio, l’enseigne de mode Camisería Deulofeu et le commerce historique de vente de design Vinçon.

Plan de sauvetage pour les enseignes historiques

Pour lutter contre l’hémorragie, la mairie de Barcelone a adopté en février dernier un plan de protection des commerces emblématiques de la ville. Il concerne 211 locaux de la capitale catalane. Au total, la mairie va consacrer un million d’euros au maintien de ces commerces, à travers diverses mesures de promotion et de protection des boutiques historiques.

Par ailleurs, la Barceloneta peut compter sur l’arrivée du prestigieux chef Carles Abellan. Le cuisinier gastronomique ouvrira son dixième restaurant de Barcelone au numéro 19 du Passeig Joan de Borbón d’ici deux semaines. « Cela va relancer le tourisme de qualité et améliorer la zone » annonce confiant Albert de La Mar Salada.