Search for content, post, videos

Le ministre français des Affaires étrangères critique la Catalogne

INDEPENDANCE CATALOGNE ESPAGNE

Le ministre des affaires étrangères Jean-Marc Ayrault a demandé hier que l’on respecte la souveraineté de la France. Une déclaration qui intervient suite à la motion du parlement de Catalogne reconnaissant le droit à l’auto-détermination du département français des Pyrénées-Orientales. 

Equinox en faisait mention le 7 novembre dernier, le ministère français des Affaires étrangères écrivait à l’Espagne pour se plaindre d’une résolution adoptée par le parlement catalan. La chambre catalane votait le 26 octobre une résolution reconnaissant le droit d’auto-détermination des pays catalans incluant le département français des Pyrénées-Orientales, qui ne réclame pas l’indépendance mais une simple autonomie. Une démarche pas appréciée par la France qui a fait part de son malaise.


Lire aussi :  La France écrit à l’Espagne pour se plaindre de la Catalogne


Coup dur pour le camp indépendantiste

Le chef de la diplomatie française Jean-Marc Ayrault est revenu à la charge ce mercredi lors d’une conférence de presse avec son homologue espagnol Alfonso Dastis. « Nous respectons la souveraineté de l’Espagne et nous demandons le même respect » à répondu Jean-Marc Ayrault à un journaliste l’interrogeant sur la résolution catalane. Tout en insistant sur le fait qu’il n’y aura pas de suite donnée à cette affaire, le ministre a néanmoins insisté sur le fait que la France « déplorait cette démarche du parlement catalan et l’a fait savoir au président de la région de la Catalogne ainsi qu’à l’ambassadeur d’Espagne ».

Jean-Marc Ayrault glisse ensuite « qu’il suit avec intérêt l’actualité politique espagnole dans sa complexité,sa diversité et sa richesse ». La France, ajoute-il « ne se mêle pas des décisions concernant le futur du pays qui appartiennent au gouvernement, au parlement et au peuple espagnols ». Et de conclure : « nous voulons une Espagne unie, en respect avec son ordre constitutionnel ». 

Un coup dur pour le camp indépendantiste qui a besoin de la reconnaissance internationale en général, et de la France voisine en particulier pour faire avancer le processus séparatiste.