Search for content, post, videos

Notre avis – La folle expo « Miralda Madeinusa » du MACBA de Barcelone

L’artiste catalan Antoni Miralda présente pour la première fois à Barcelone son travail artistique réalisé aux Etats-Unis entre 1972 et 1990. L’exposition « Miralda Madeinusa » s’installe au deuxième étage du MACBA jusqu’au 9 avril 2017. On y découvre un artiste très engagé et original. 

Photos : CM/Equinox

Antoni Miralda, peut-être que le nom ne vous dit rien et pourtant cet artiste catalan a un CV bien plus long que le vôtre et le mien réunis. J’ai le tournis rien qu’en regardant la frise jaune chronologique de plusieurs mètres de long accroché au mur du MACBA retraçant ses différents projets…environ 10 mètres pour 20 ans de sa vie. Moi j’ai 21 ans et malgré mes différentes expériences professionnelles mon CV tient en une page. Pour vous éviter de passer la journée à lire cette biographie géante je vous propose ce petit résumé. Après avoir habité à Paris quelques années, il prend la direction des Etats-Unis en 1971. Là-bas il trouve un pays tourmenté par la guerre du Vietnam, les mouvements sociaux et politiques mais aussi un pays très cosmopolite. Tout cela ça se traduit dans ses œuvres puisqu’en Antoni Miralda les a construites en dialoguant avec le contexte social et culturel de l’époque.

La bio interminable d’Antoni Miralda.

 

Féculents pour action rapide

L’exposition commence par une première salle qui nous plonge dans le New-York des années 70 et Miami des années 80 et 90. On y découvre les premiers projets artistiques réalisés aux Etats-Unis par Miralda. En arrivant dans cette exposition, j’étais loin de me douter du sex appeal artistique d’un grain de riz, d’une tranche de pain ou encore des pâtes. Ces aliments sont les matières premières utilisées par l’artiste pour créer ses œuvres et porter un message d’universalité. L’artiste utilise des colorants alimentaires et réalise des structures spectaculaires avec ces aliments. Ne reculant devient rien, l’artiste engagé a par exemple jeté du riz coloré dans l’une des plus grande avenue de New-York pour dénoncer la spéculation immobilière ou construit un mur de plusieurs mètres de long en pain de mie pour faire allusion au rationnement alimentaire subi pendant le krach boursier de 1929. C’est grâce à des photos, des archives et des vidéos que l’on peut voir les actions de Miralda et les réactions des passants dans la rue à l’époque.

Ce mur constitué de pain de mie est visible au MACBA. Long de plusieurs mètres, il occupe une salle entière.

 

Le Macba présente aussi les œuvres originales de l’artiste comme un bout du mur de pain de mie ou le projet « Food situation for a Patriotic Banquet ». Encore jamais exposé, ce projet éphémère met en scène un banquet où sont invités autour de la table les huit pays les plus puissants du monde en 1972. Chaise, nappe et serviettes blanches contrastent avec les drapeaux colorés des pays dessinés en bas de la nappe et sur les menus où est écrit l’hymne de chaque nation. Des drapeaux que l’on retrouve aussi dans les assiettes. Enfin pour ce qu’il en reste… Miralda a disposé dans chaque plat le drapeau dessiné avec du riz cuit coloré face du pays correspondant. Autant vous dire que depuis le 22 octobre, date de début de l’exposition, on ne décèle plus vraiment le riz de la mousse de moisie venue se greffer sur l’assiette. Pas de panique, aucune odeur ne circule car ces jolis champignons colorés sont emprisonnés par des cloches de verre. L’image si poétique du riz en train de moisir sert à montrer la disparition de l’identité des pays et la fin de la logique de colonisation.

Un mariage entre la statue de la liberté et la statue de Colón

Un grand rideau rose scinde l’exposition en deux parties. Fini les féculents colorés et les manifestations engagées. Nous voici dans un nouvel univers de l’artiste. Un univers pour le moins particulier. Miralda a travaillé six ans sur un projet fou baptisé « Honeymoon Project », de 1986 à 1992. Très attiré par les monuments, le catalan a imaginé un mariage fou entre la statue de la liberté et la statue de Colón du port de BarceloneSitués à la même latitude géographique ils célèbrent l’échange d’idées et de produits depuis 1492 entre l’Europe et l’Amérique. Colón représentant la conquête et la statue new-yorkaise la liberté, leur union était évidente pour Miralda. L’artiste a donc tout pensé. Sous le traditionnel chant religieux « Alléluia », on découvre au Macba des alliances géantes, un carnet ou encore une cagnotte de mariage et du rosé à l’effigie du couple mais également un mur retraçant en photos toutes les œuvres réalisées par l’artiste en collaboration avec des collectifs de citoyens du monde entier. Je crois que c’est au moment où je suis tombée nez-à-nez avec une photo des chaussures à talons détachables transformables en gondole qu’une petite voix dans ma tête s’est exprimée : « Mais jusqu’où est-il allé ? ». Car oui lorsqu’on voit la trentaine d’objets réalisés grandeur nature pour ce mariage entre deux statues, la question devient légitime.

La statue de la liberté et la statue de Colon prêt pour leur mariage.

 

L’exposition se termine dans la salle d’à côté où le décor d’un bar a été recré. Un bar à tapas kitsch né aux Etats-Unis dans les années 80. Je n’ai pas bien saisi pourquoi mais il était là. Paraît-il que les vendredis et samedis les visiteurs peuvent savourer un cocktail et une tapa originale dans ce bar en échange de trois euros qui seront reversés pour la création d’œuvres.

L’exposition « Miralda Madeinusa » est totalement déjantée mais pleine de créativité. On découvre un artiste catalan engagé qui renverse les codes de l’art et nous épate par son imagination débordante. Lorsqu’on pense que ce n’est qu’une petite partie de son travail qui est ici présenté, on a du mal à imaginer son atelier.

Infos pratiques – MACBA Barcelone

L’exposition « Miralda Madeinusa » est visible au Macba de Barcelone jusqu’au 9 avril 2017. Site officiel ici

Horaires: Ouvert le lundi, puis du mercredi au vendredi de 11h à 19h30 / Samedi de 10h à 21h / Dimanche et jours fériés de 10h à 15h / Fermé le mardi

Prix : 10 euros l’entrée d’une durée de validité d’un mois.

Adresse : Plaça dels Àngels, 1, 08001 Barcelona
Transports : Métro Universitat (ligne 1 et 2) et Liceu (ligne 3)