Search for content, post, videos

Les lieux emblématiques de la Barcelone d’autrefois

Chaque ville possède ces édifices majestueux baignés d’histoire qui ont disparu la plupart du temps pendant les guerres. Et Barcelone n’y fait malheureusement pas exception. Retour sur 5 lieux de la capitale catalane emportés par le temps.  

Ces endroits étaient magiques parfois, symboliques souvent, mais toujours imbibés d’histoire pour la ville de Barcelone. Balayés par la guerre civile ou détruits parce que trop endommagés, ces édifices du 19ème et 20ème siècle ne sont désormais plus visibles dans les rues de la capitale catalane.

Palacio de las Bellas Artes

C’est à l’occasion de l’Exposition Universelle de 1888 que cet édifice polyvalent de Barcelone voit le jour. En face du Parc de la Ciutadella, l’oeuvre d’Augusto Font Carreras était destinée à des expositions artistiques, des concerts ou des événements culturels et sociaux. Le Palais a été très endommagé pendant la guerre civile qui a touché l’Espagne et iI sera finalement détruit en 1942. L’endroit est désormais remplacé par un établissement d’une toute aussi grande ampleur puisqu’il s’agit du Palais de Justice de Barcelone.

Palacio Real menor de Barcelona

Le Palais Real Menor de Barcelona connu également en tant que Palais de la Comtesse a été un édifice historique. Seuls quelques restes ont été conservés. La création de ce Palais a commencé en 1134 avec l’Ordre des Templiers. Il se trouvait dans l’actuelle calle Ataulfo, dans le barrio Gòtico de Barcelone. Les différentes guerres successives ont conduit ce Palais à changer de main à de nombreuses reprises pour devenir le Palais Real Menor. Aujourd’hui, il ne reste plus grand chose de ce monument. Simplement, une église qui rappelle les marques artistiques de ce moment de l’histoire et la chapelle reconstruite au 16ème siècle.

Café Torino

C’est en 1902 que le café Torino ouvre ses portes. On doit cette oeuvre à Flaminio Mazzelama un italien de Turin et pour la réaliser une équipe remarquable d’architectes modernistes, sélectionné minutieusement. Un établissement moderne mais délicat et qualifié par les historiens comme le meilleur de tous. Une réalisation toute aussi incroyable de l’extérieur comme de l’intérieur puisque Gaudi et Puig i Cadafalch ont été chargés de décorer l’espace intérieur du café. En 1911, après seulement 9 années d’existence, le café Torino situé au numéro 18 sur le Passeig de Gràcia est fermé. Il disparaîtra complètement en 1934 lorsque l’architecte Josep Lluis Sert ouvrira à sa place une joaillerie.


Lire aussi : Les stations fantômes du métro de Barcelone


Prison de Les Corts

Une prison aménagée pour emprisonner les femmes devenue El Corte Ingles. C’est l’histoire que raconte cet endroit. Sous la répression franquiste, cette prison est créée afin d’enfermer les résistantes au régime entre 1939 et 1955. En 1936, le Comité des Prisonniers de la Generalitat de Catalogne destine ce centre de répression à devenir le Correctionnel General des Femmes. Des milliers de femmes ont été emprisonnées entre ces quatre murs sous Franco. Finalement détruit, il est actuellement l’un des magasins préférés des Barcelonais : El Corte Ingles de Diagonal.

Hotel internacional de Barcelona

A l’origine de cet hôtel, on trouve l’oeuvre d’un homme :  l’architecte Luis Domenech Montaner. Il l’a réalisé pour l’Exposition Universelle de 1888. Une exposition qui a permis de faire naître beaucoup d’édifices à Barcelone. Un record a été réalisé pour l’Hôtel International de Barcelone. Les 5 000 mètres carrés de cet établissement incroyable ont été construit en seulement 53 jours sur le Passeig de Colom. Une installation temporaire avait également été mise en place pour accueillir les visiteurs de l’Exposition. Malheureusement, sa démolition commencera le 1er mai 1889, un peu moins d’un an après son inauguration.

Bonus : une vidéo de Barcelone en 1908

En voyant ces endroits disparus de Barcelone, on aurait presque envie de remonter dans le temps. C’est justement ce à quoi nous invite Ricardo de Baños avec une série documentaire, lors d’une ballade dans Barcelone, en tramway et à travers le temps. Bon voyage.

Barcelone en tramway (1908) :