Search for content, post, videos

Eric Zemmour : « C’est l’Europe qui a encouragé l’indépendantisme catalan »

Dans un édito du Figaro Magazine, le polémiste le plus célèbre de France, Eric Zemmour livre une analyse sur les désirs indépendantistes des anciennes nations dont la Catalogne. Un réveil du à l’union européenne selon le journaliste.

Star de la télé, journaliste pour le Figaro Magazine, auteur de livres à succès et chroniqueur sur la radio RTL, Eric Zemmour livre depuis 20 ans des analyses sur les phénomènes politiques. Ce matin dans le Figaro Magazine, dans un billet intitulé « L’Écosse sonne le réveil des anciennes nations », le journaliste explique son point de vue sur les processus indépendantistes qui touchent actuellement divers coins de l’Europe.

« Le Brexit britannique a exaspéré les Écossais qui ont voté majoritairement contre. Ce désaccord majeur a réveillé les velléités indépendantistes des Écossais qui organisent un nouveau référendum à ce sujet. Ce ne sera pas le premier. Mais cela pourrait être le dernier si les Écossais décident cette fois d’abandonner les Anglais. De fermer une parenthèse vieille de trois siècles, puisque l’acte de naissance du Royaume-Uni date de 1707. » Une situation qui amuserait les partisans de l’Europe qui rient discrètement selon Zemmour.

Selon lui, « ce mouvement vient de loin. Il n’est pas limité à la Grande-Bretagne. (…) C’est l’Europe qui, depuis des décennies, encourage les régions à affirmer leur personnalité et leur autonomie. C’est l’Europe qui les arrose de subventions. C’est l’Europe qui a encouragé les Etats-nations, même les plus unitaires comme la France, à créer des institutions régionales (…) C’est l’Europe qui leur a donné une représentation à Bruxelles et une dignité quasi étatique. C’est l’Europe, enfin et surtout, qui donne un gigantesque marché économique à des entreprises locales qui autrefois avaient besoin pour vivre du marché national. Partout, en Europe, les anciennes nations se sont réveillées : l’Ecosse, mais aussi la Catalogne, la Flandre, l’Italie du Nord, ou même la Corse ou la Bretagne. Toutes les antiques nations vaincues par l’édification des Etats-nations à l’ère moderne ont relevé la tête, assurées d’avoir un toit européen. La Catalogne prépare son référendum d’indépendance ; la Flandre s’est peu à peu détachée de la Wallonie ; l’Italie du Nord n’a pas renoncé ; les indépendantistes corses, enfin, ont pris le pouvoir à la région. Et le font savoir. »

Le double jeu de l’Europe

Selon l’auteur du best-seller, « Le Suicide français » vendu à 2 millions d’exemplaires, l’Europe jouerait donc un double jeu. Le jour, elle condamnerait les processus séparatistes et la nuit elle encouragerait ces désirs indépendantistes afin de déstabiliser les grands Etats pour garder le pouvoir.

Une analyse qui n’est pas loin de celle que le candidat de gauche radicale à la présidentielle, Jean-Luc Mélenchon a faite dans les colonnes d’Equinox. Selon le tribun, il faut autoriser le référendum catalan, car le peuple a le droit de s’exprimer, mais il est contre l’indépendance de la Catalogne « qui ferait le jeu de l’Europe ».


Lire aussi : Jean-Luc Mélenchon favorable à un référendum en Catalogne