Search for content, post, videos

Pourquoi l’hymne espagnol n’a-t-il pas de paroles?

espagne-drapeau

Elle n’est pas chantée lors des rencontres sportives ou officielles, mais elle est des fois huée par les indépendantistes catalans. « La Marcha real »,  l’hymne espagnol, n’a pas de paroles et on vous explique pourquoi.

Les origines de « La Marcha Granadera » sont floues. La mélodie initiale remonterait au XIIIe siècle durant le règne d’Alfonso X.  A l’époque les hymnes étaient légions, un pour chaque corps armé qui était exécuté lors des hommages au roi. À partir de 1749, le souverain Fernando VI réglementa l’usage des musiques militaires et « La Marcha Granadera » devint incontournable.


Lire aussi : Pourquoi la police catalane s’appelle Mossos d’Esquadra?


Il a fallu attendre 1761 pour qu’on la retranscrive sur papier. Manuel Espinosa de los Monteros se chargea de la tâche. Son nom est associé au futur hymne mais il n’en est pas l’auteur initial. Le morceau changea de nom le 3 septembre 1770 pour devenir « Marcha de Honor » sous l’égide du roi Carlos III. Pendant plus de 200 ans, on exécuta cet hymne sans s’émouvoir qu’elle ne comportait pas de paroles. Le 3 février 1815, la marche prend le nom officiel « española » et devient l’unique musique lors des cérémonies d’hommage aux rois, l’important étant de ne plus utiliser les marches françaises dans un esprit d’union nationale.

A la recherche de paroles

Les siècles passant, les élites espagnoles commencent à être complexées que leur hymne, contrairement à ceux de leurs voisins, n’ait pas de paroles. Ainsi le 4 septembre 1870, le général d’origine catalane Prim, souhaitant que l’hymne reflète l’image libérale et progressiste du pays, lance un concours pour trouver un auteur écrivant des paroles à la Marcha Española . Échec total. Joan Prim reçoit 447 propositions dont beaucoup s’inspirent de la Marseillaise. Le jury chargé de sélectionner l’oeuvre laisse tomber Joan Prim pour ne pas rester dans l’histoire comme ceux qui auraient changé l’hymne de la nation. Il faut dire aussi que la Marcha Granadera est devenue quasiment sacrée pour avoir été l’un des symboles de l’unité espagnole lors de la guerre d’indépendance contre les troupes françaises.

L’hymne avec paroles durant la dictature du général Franco

La Marcha Real disparaît du paysage espagnol durant l’instauration de la République (1931-1939). D’une manière officieuse « El himno de Riego » devient l’hymne du régime.

L’hymne de l’Espagne fut rétabli par le dictateur Franco, en y ajoutant des paroles écrites par le poète José Maria Pernan. Cependant, bien que chantée dans les écoles, cette version ne deviendra jamais officielle et la Marcha Real resta durant toute la dictature sans paroles.

Les tentatives impossibles

En 1975. la démocratie et la monarchie sont rétablies en Espagne et la Marcha Real  continue d’être l’hymne officiel.. et muet. A l’approche des Jeux Olympiques de 1992 à Barcelone, le comité olympique national a demandé aux citoyens espagnols de soumettre leurs idées et a proposé de chercher les 500.000 signatures citoyennes pour soumettre un projet législatif. Le concours a été remporté par un inconnu : Paulino Cubero, chômeur de la région de Ciudad Real. Placido Domingo devait être le premier à chanter officiellement l’hymne. Mais face aux critiques, le projet est abandonné.

L’idée de doter l’hymne de paroles refait surface dans les sphères politiques de temps à autre. Le premier ministre conservateur Jose Maria Aznar, au début des années 2000, avait rassemblé des intellectuels et poètes pour écrire des paroles, mais le projet est resté à l’état de brouillon. Quelques années plus tard, et de l’autre côté de l’échiquier politique, la ministre de la culture du premier ministre socialiste Jose-Luis Zapatero confiait dans la presse qu’elle recevait des propositions de paroles tous les trois jours…