Search for content, post, videos

L’inquiétante augmentation de l’alcoolisme festif des jeunes Espagnols

Les médecins espagnols tirent la sonnette d’alarme. Les épisodes d’ivresse festive chez les jeunes mineurs ont été multipliés par deux en 20 ans et engendrent de graves conséquences physiques et psychologiques. 

On boit trop en Espagne. C’est la conclusion des experts entendus cette semaine par la ministre de la Santé espagnole Dolors Montserrat dans le cadre de la préparation d’une loi sur l’alcool et les mineurs. Le représentant de la Société Espagnole d’Epidémiologie, le docteur Joan Ramon Villalbí, a tout de même nuancé le constat en expliquant que la consommation était passée de 19 litres d’alcool par an et par habitant dans les années 70 à 10 litres ces dernières années.


Lire aussi : Pourquoi la vente d’alcool est-elle interdite dès 23h à Barcelone?


L’un des éléments les plus inquiétants selon la communauté médicale reste la consommation ludique des jeunes. « Les saouleries ont doublé au cours des 20 dernières années, constatent les experts, environ 15% des jeunes entre 14 et 18 ans se saoulent tous les week-ends et nous constatons chaque fois plus de comas éthyliques, dont certains finissent par le décès du mineur ».  Selon les derniers rapports, un jeune Espagnol sur trois a été ivre au moins une fois au cours du mois écoulé.

Repousser l’âge de début de la consommation

Pour les médecins, il est indispensable de réussir à repousser l’âge de début de la consommation d’alcool pour minimiser les conséquences néfastes de l’abus. « Une fille de 15 ans qui pèse 50 kilos peut mourir si elle boit une demi-bouteille de vodka en une heure, indiquent les experts, les mineurs qui boivent dès 14 ans (l’âge moyen du début de la consommation d’alcool en Espagne) ont 46% de probabilités d’avoir des problèmes liés à l’alcool au cours de leur vie ». Ces problèmes vont du coma éthylique aux maladies du foie, en passant par l’échec scolaire, la grossesse non désirée, les accidents de voiture ou les bagarres. « Si on commençait à boire à 21 ans, cette probabilité serait réduite à 9% » ajoutent-ils.

Les médecins recommandent davantage de prévention en milieu scolaire, une augmentation du prix de l’alcool (l’Espagne est l’un des pays les moins chers de l’Union européenne), une réduction des points de vente et un taux d’alcoolémie zéro sur la route.