[EXCLU] Tiziri et Lucas Digne: « Merci aux Catalans pour leur accueil! »

Lucas Digne et sa femme Tiziri reviennent sur leur première année à Barcelone et parlent de leur avenir dans une interview exclusive à Equinox.




Photos: Juan Lazaro

Vendredi dernier, 16h07. Lucas Digne laisse sa voiture au voiturier de l’hôtel W puis vient nous saluer. « Désolé du retard » s’excuse-t-il, alors que le rendez-vous était fixé à 16 heures. Tiziri, qui partage sa vie depuis plus de 7 ans, se joint à nous. Le joueur du F.C. Barcelone et sa femme, qui se sont connus à Lille, ont posé leurs bagages à Barcelone l’été dernier après avoir été à Rome et Paris. Pendant près d’une heure ils ont accepté de se confier en exclusivité à Equinox sur leur expérience en Catalogne et sur leur avenir.

L’interview audio en intégralité :




« On se sent super bien à Barcelone »

Lucas et Tiziri, comment vous sentez-vous un an après votre installation à Barcelone ?

Lucas Digne : On se sent super bien. C’est une ville qui nous correspond, ça bouge énormément, c’est très jeune. Il fait beau toute l’année, il y a de belles choses à visiter… Tout est parfait !

Tiziri Digne : On s’est vite adaptés.

Qu’est-ce qui vous étonne le plus à Barcelone ?

LD : Le nombre de touristes ! On les remarque plus qu’à Paris ou à Rome.

Lucas, à ton arrivée tu disais que la Sagrada Familia était votre monument préféré à Barcelone. Est-ce toujours le cas ?

LD : Maintenant on préfère la Pedrera. Le parc de la Ciutadella c’est vraiment bien aussi.

TD : On a tout visité ! On a fait les touristes (sourire) !

A votre arrivée, vous vous baladiez beaucoup en ville. Vous continuez ?

LD : On continue. On a déménagé il n’y a pas longtemps pour se rapprocher du centre car on aime vraiment vivre au cœur de la ville. Parler tous les jours la langue, faire beaucoup de choses à pied, c’est très agréable.


Lire aussi : Où habitent les joueurs du Barça?


Vous arrivez à sortir de chez vous sans qu’on vous reconnaisse ?

LD : Ça va. Ça dépend des jours (rires de Lucas et Tiziri).

C’est plus dur les jours de défaite ?

LD : Non, car les gens sont très gentils.

En cas de victoires les gens viennent plus vers vous ?

LD : C’est ça. Les personnes sont extrêmement chaleureuses. Il y a beaucoup d’affection, ils me disent « bien joué crack ». Ils ne demandent pas énormément de photos par rapport à l’Italie, ils sont plus réservés. Par exemple on s’est retrouvé une fois à côté de Gérard Piqué au restaurant et les gens le laissaient tranquille. Ça m’a paru un peu fou car c’est quelqu’un de très connu ici et dans le monde.

Avez-vous appris le catalan ?

LD : 3-4 mots.

TD : Merci (rires) – on utilise le même mot en français et en catalan.

LD : Adéu (au revoir), si us plau (s’il vous plaît). On se met à l’espagnol et après ce sera au tour du catalan. On a bien essayé en arrivant d’Italie mais c’était impossible, vraiment.

« Ce qui nous manque de la France? Le cinéma »

Avez-vous eu le temps de vous faire des amis ?

LD : Plus avec les gens du Club. Avec Rafael (NDLR : un Français qui s’occupe d’animer au quotidien les réseaux sociaux du Barça ), avec Samuel (Umtiti) que je connais depuis longtemps ainsi que Tiziri. On a aussi pas mal d’amis et de famille qui viennent.

Les Français qui habitent Barcelone ont toujours beaucoup de visiteurs à partir du mois de mai. Est-ce pareil pour vous ?

TD : C’est vrai que ce mois-ci on est complet (rires) !

LD : La semaine dernière c’était la famille de Tiziri, ce soir c’est au tour la mienne d’arriver. Tout le monde vient quand il y a le soleil !

Voilà deux ans que vous avez quitté la France. Qu’est-ce qui vous manque ?

TD : Le cinéma !

LD : On aimait bien y aller de temps en temps et on espère aller prochainement voir des films en espagnol. On est bon public, on peut aller voir des dessins animés avec la sœur de Tiziri jusqu’au film d’action. Dernièrement on est voir « Get out » quand on était en France. On le recommande !

Photo: Juan Lazaro

Vous avez vécu à Paris, à Rome et à Barcelone. Quelle est votre ville préférée?

TD : Barcelone est la ville que je préfère. Parce que c’est un peu comme Paris avec la mer et le soleil. Elle est grande, il y a toujours du monde, et plein de choses à faire.

LD : A Rome on habitait à côté du Vatican et c’était bien aussi.

Tiziri, est-ce que c’est facile de construire un projet professionnel quand son mari change 3 fois de club en 3 ans ?

TD : J’avais un bac +2 en partant de Lille mais je n’ai rien pu faire en arrivant à Paris car on l’a su trop tard. L’année suivante j’ai intégré sur concours l’EFAP (une école de communication). J’ai fait un an là-bas puis j’ai suivi en Italie le cursus de l’EFAP en Erasmus. J’ai été diplômée l’an dernier.

Les femmes de Luis Suarez et Leo Messi viennent d’inaugurer une boutique à Barcelone. Ça te donne des idées ?

TD : Pas pour ouvrir une boutique. En revanche je lance avec deux amies un blog lifestyle et une chaîne Youtube avec des web-séries. C’est prévu pour le mois prochain. On pense que ça peut être intéressant car on a chacune un univers différent. Une habite Paris, l’autre Nice, et moi ici.

Et quels sont tes bons plans toi qui aime le fitness, la mode et la nourriture saine ?

TD : Avant on allait courir Carretera de les Aigues mais maintenant qu’on a déménagé on va à la plage, à la Barceloneta. Pour les restaurants l’Ikibana et le Carpe Diem.

LD : On est fous de sushi !

Pourtant Lucas tes coéquipiers ne t’ont jamais caractérisé avec l’émoji « Sushi » quand on leur a demandé de te décrire ?

LD : (Tiziri éclate de rire) Ils n’étaient pas encore au courant quand on l’a fait ! On aurait pu le mettre à Samuel Umtiti aussi.


Lire aussi : Samuel Umtiti, un expat presque comme les autres à Barcelone


« On a tous les deux un caractère fort ».

Lucas, comment décrirais-tu Tiziri?

LD : Déjà elle est très jolie… Elle a un fort caractère, c’est la personne la plus importante, elle a toujours été à mes côtés dans les hauts comme dans les bas. Pfff…. c’est difficile de décrire la personne qui vit à ses côtés…

Surtout qu’elle est à côté…

LD : C’est clair j’ai la pression ! Si je dis quelque chose de mal j’en ai pour trois semaines (Tiziri éclate de rire). Plus sérieusement je la remercie pour tout ce qu’elle a fait pour moi et pour nous, parce que ça n’a pas été facile pour elle de quitter Paris alors qu’on avait la famille à côté.

Et toi Tiziri, comment décrirais-tu Lucas?

TD : Il a un fort caractère aussi. Je crois qu’on a le même d’ailleurs. C’est quelqu’un de doux, à l’écoute de ses proches, il veut toujours faire le bien.

Vous vous êtes connus il y a 7 ans et demi au lycée. Vous imaginiez alors la vie que vous menez aujourd’hui?

LD : Par rapport au foot c’est un rêve de jouer au F.C. Barcelone. C’est le Club dans lequel j’ai toujours voulu jouer. Une fois mon père voulait m’emmener au Camp Nou pour voir un match mais je lui avait dit que non, que je voulais y jouer. Et dans ma vie privée ça se passe aussi très bien. Pourvu que ça continue comme ça !

TD : On en parlait la dernière fois et on se disait « qui aurait cru ». C’est impossible de l’imaginer.

Comment gérez-vous ce passage de lycéens à célébrités qui ont accès à des choses auxquelles beaucoup ne peuvent pas prétendre?

LD : C’est simple quand vous êtes bien entouré et que vous avez la tête sur les épaules. On est tous les deux très « famille ». On a une attache particulière avec nos frères et sœurs. Ça nous permet de garder les pieds sur terre.

Je vous propose maintenant de faire le jeu des « premières fois ». La première fois que vous avez mangé à l’heure espagnole, à 16 heures ou 22 heures?

LD : Ça m’a fait bizarre. C’était en mise au vert et on a mangé à 22h30. J’ai mis du temps avant de pouvoir dormir car mon corps n’était pas habitué ! (rires)

TD : 16 heures par contre ça va.

LD : Résultat le soir on va manger au restaurant à 21 heures comme de bons Français (rires).

La première fois que vous êtes rentrés à Lille?

TD : C’était fin août quand il y avait encore la ligne Barcelone-Lille. Ça été un choc climatique comme à chaque fois !

LD : Moi c’était pour faire Noël en famille. C’est vrai que ça fait un choc.

Lucas, la première fois que tu as dépassé un million de followers sur Instagram?

LD : Quand je suis arrivé j’en avais 300.000. Mais c’est le Barça, le plus grand club du monde où tout est très médiatisé. C’est super de voir l’affection des gens et leurs commentaires. C’est vraiment particulier de savoir que plus d’un million de personnes me suivent et je les en remercie pour ça.

Tiziri, la première fois que ta petite sœur a rencontré Messi?

TD : Oh la la elle était intimidée ! (rires). Elle a dit « Lucas, tu peux lui demander de faire une photo ? ». Elle était super contente !

LD : En plus elle aime bien le foot !

La première fois qu’on vous a reconnus à Barcelone?

LD : Ça doit être le jour de la signature de mon contrat parce que j’avais un masque sur le visage à cause d’une fracture du nez. C’était dur d’être discret d’autant qu’après on est allés à Port Aventura – un parc d’attraction près de Barcelone.

« Le plus impressionnant au Camp Nou c’est quand on rentre sur le terrain »

A ce propos, il paraît que vous aviez décidé l’été dernier de venir en vacances à Barcelone sans savoir que vous alliez jouer ici…

LD : On avait prévu de faire le séjour à Port Aventura et puis après les discussions ont avancé. On peut dire que tout s’est bien goupillé et on est partis quelques jours après la signature de mon contrat.

Y-a-t-il une attraction qui vous ait scotchée?

LD : Le nouveau grand huit (Shambala Trip NDLR). Il est vraiment pas mal. Je l’ai fait plusieurs fois avec mon père et j’ai même réussi à faire monter ma mère. Elle s’en souvient encore.

Et toi Tiziri tu aimes bien ces attractions?

TD : Non !

LD : Elle est plus barbe à papa!

TD : Juste le parc aquatique. Les manèges à sensation c’est pas mon truc.

Cette année vous avez prévu de partir où?

LD : Cette année on a prévu d’aller à New-York. J’y suis déjà allé 2 jours mais c’était avec le foot donc c’était totalement différent. On avait eu une soirée de libre. En plus madame n’y est jamais allée (sourire).

Lucas, la première fois que tu as joué au Camp Nou, ça t’a fait quoi?

LD (il souffle) : Oula. Beaucoup d’émotions. Le fait que ce soit un de mes rêves qui se réalise, que ma famille soit là, porter ce maillot…

C’est impressionnant quand on est au milieu du terrain?

LD : Le plus impressionnant c’est quand on rentre sur le terrain à la sortie du tunnel des vestiaires. Quand je jouais à Rome j’avais disputé un match au Camp Nou contre le Barça et il y avait 100.000 personnes contre nous. Maintenant elles sont avec moi.

A propos de Rome, qu’as-tu ressenti Lucas quand tu as vu ton maillot de la Roma dans la collection de Leo Messi? (l’Argentin l’a dévoilé il y a peu sur Instagram).

LD : J’étais content ! Je lui avais demandé après le match au Camp Nou car c’est pour moi le plus grand joueur du monde. C’est le seul joueur à qui j’avais demandé d’échanger mon maillot.

Et toi Tiziri ça t’a fait quoi quand tu as vu Lucas jouer la première fois au Camp Nou?

TD : J’étais émue… et fière de lui.

C’était aussi une concrétisation de vos 7 ans ensemble?

LD : Oui c’était une étape de plus. Une étape franchie. C’est le fruit d’un long travail. On avance tous les deux depuis qu’on est ensemble et le fait que j’en sois là aujourd’hui c’est sûr qu’elle n’y est pas pour rien, loin de là. C’est un pilier, ne serait-ce qu’au niveau de l’hygiène de vie elle apporte une stabilité. Beaucoup de gens mettent de côté le rôle des femmes de footballeurs en disant qu’elles ne sont là que pour ceci ou pour cela mais bien au contraire. C’est elle par exemple qui prépare mes repas. Elle est très à cheval sur tout ce qui est légumes et je sais que j’en ai besoin. Vu qu’elle a fait de la danse classique, elle sait exactement ce qui faut faire et pas faire. Ça aide d’avoir quelqu’un à ses côtés qui tire dans le même sens que soi.




« Quand vous êtes dans le plus grand club du monde, vous n’avez pas envie d’en changer »

Lucas, parlons football. Tu es de nouveau sélectionné en Equipe de France. Quel est ton sentiment?

LD : C’est toujours un plaisir de retourner en équipe de France. Représenter mon pays est l’un de mes objectifs. C’est une fierté. Ce maillot me tient à cœur.

Comment évalues-tu ta saison au Barça?

LD : Je suis très content au niveau personnel. J’ai eu la chance de jouer 26 matchs dans le plus grand club du monde. C’est quelque chose d’important à mon âge et pour une première saison. 

Rester au Barça est la bonne solution pour être sélectionné pour la Coupe du Monde 2018, si la France se qualifie?

LD : Tout se passe sur le terrain et ce sera à moi de prouver à Barcelone que je peux avoir ma place en Equipe de France. C’est le club le plus médiatisé donc si je suis bon sur le terrain à Barcelone, tout se passera bien.

Il n’y a donc pas besoin de changer de club cet été pour aller au Mondial 2018?

LD : Non. Quand vous êtes dans le plus grand club du monde, vous n’avez pas envie de changer de club !

Avez-vous envie d’ajouter quelque chose?

LD : Merci aux Catalans pour l’accueil. C’était vraiment très agréable.

Et qu’est-ce qu’on peut vous souhaitez pour la suite si on se revoit… ou pas d’ailleurs?

TD : Qu’on se revoit !

LD : Oui va on se revoir ! Après que du bonheur, beaucoup de trophées, et personnellement que ça continue comme ça entre nous aussi.

Et beaucoup de trophées dans la famille?

LD : Ca on verra (rires de Lucas et Tiziri). Avec le temps ça arrivera sûrement un jour.

Olivier Goldstein

Journaliste sportif. Olivier Goldstein couvre depuis un an l’actualité du F.C.Barcelone et du sport à Barcelone. Il a fondé en novembre 2015 Le Blog du Barça, le premier Blog 100% Barça écrit en français depuis Barcelone.