Search for content, post, videos

NOTRE AVIS – L’expo digitale de Björk, une expérience sensorielle déroutante

Véritable immersion de réalité virtuelle, l’exposition de Björk qui a débuté aujourd’hui au Centre de Culture Contemporaine de Barcelone (CCCB) vous plonge dans l’univers créatif et délirant de la chanteuse islandaise. Une visite subversive et hors du temps qui ne m’a pas laissée indifférente.

Autant vous le dire toute suite, l’exposition Björk Digital outrepasse les conventions et est une expérience à part entière. Inspirée du dernier album de la chanteuse, Vulnicura, la visite mélange des performances scéniques et différentes pièces audiovisuelles produites grâce aux récentes technologies de réalité virtuelle. Ces différents projets vidéo ont été pour la plupart réalisés en collaboration avec des artistes comme Michael Gondry, Spike Jonze, Alexander McQueen ou Nick Knight.

Lancée en 2016, Björk Digital a déjà pratiquement fait le tour du monde en étant exposé à Tokyo, Sydney, Montréal, Londres, Reykjavik, et Los Angeles. Débarquée à Barcelone aujourd’hui, son inauguration coïncide avec la participation de Björk au Sonar Festival à Barcelone.

La visite débute avec un projet artistique intitulé « Black Lake ». Plongé dans un noir quasi total, les visiteurs entrent dans une salle cubique. L’expérience étant majoritairement virtuelle, la décoration du lieu est très épurée et minimaliste. Deux grands projecteurs sont disposés de chaque côté de la pièce afin de nous  dans l’univers fantasque de Björk. Les clips vidéo nous montrent l’artiste seule au milieu de Rodado, une zone montagneuse islandaise. Sur fond des chansons de Björk, les deux écrans panoramiques nous projettent des images de la chanteuse recouverte d’une lave bleuâtre et se déplaçant sur des falaises. Une mise en scène atypique qui nous est présentée par le personnel de l’exposition comme une métaphore des « difficultés de la vie auxquelles sont confrontées les artistes ».

Plongée dans l’obscurité et immersion dans la réalité virtuelle

La visite se poursuite avec les expériences de réalité virtuelle. A ce moment-là, les choses sérieuses commencent. Équipés d’écouteurs et d’un casque de réalité virtuelle qui couvre la vision à 360 dégrés, l’immersion est totale. Pendant ces trois expériences qui durent en moyenne une dizaine de minutes, vous serez complètement déconnecté du monde réel. Les deux premières simulations  proposent deux concerts privés de la chanteuse. Le premier se déroule sur une plage et le second dans un  univers stratosphérique. Rien d’étonnant, quand on sait que la chanteuse est connue pour être perchée jusque dans les étoiles. La seconde vidéo se termine avec une plongée dans la mâchoire et la trachée de la chanteuse. Une image qui m’a laissé quelque peu perplexe, je dois l’avouer.

 

La dernière expérience de réalité virtuelle de Björk Digital est quelque peu difficile à décrire tant elle entraîne le visiteur dans l’inconnu. En plus, d’écouteurs et du casque de réalité virtuelle, chaque participant est équipé de manettes qui prennent la forme de mains humaines une fois que l’expérience démarre. Cette dernière immersion n’est pas sans rappeler l’univers du film Avatar, et propose aux spectateurs d’assister à une performance de la chanteuse modélisée en 3D.

Une expérience déjantée et atypique mais pas un « concert privé »

A la sortie de l’exposition, ni totalement séduite, ni complément déçue, mon avis sur le projet de la chanteuse islandaise reste mitigé. Il est vrai, l’atout phare de l’exposition reste son exploitation de la réalité virtuelle, une technologie de pointe qui permet de vivre une expérience inédite et de voyager dans un univers irréel. Cependant, l’évènement décrit comme un « concert privé » ne tient pas réellement sa promesse. Pour ma part, les prestations virtuelle ne m’ont pas rappelé les sensations d’une performance en direct. Invitation à l’introspection, l’exposition atypique de Björk est sans doute dépendante des sensibilités de chacun.

A noter, de plus que nous ne sommes pas tous égaux dans nos réactions face à la réalité virtuelle. Les responsables du CCCB  préviennent les participants dès le début de la visite, en cas de malaise il est possible de retirer à tous moment le casque de réalité virtuelle ou de faire un signe à l’un des membres du personnel. De mon côté, la canicule associée à mes petites tendances à la claustrophobie ne m’ont sans doute pas permis de profiter de toute l’intensité de l’expérience.

Infos pratiques- Expo Björk Digital

Information et réservations sur le site officiel

Capacité: 25 personnes par session
Age minimum: 14 ans
Durée de la visite: 90 minutes

Horaires: Exposition du

Du Lundi au Jeudi: de 15h à 19h
Vendredi: de 15h à 20h
Samedi: de 10 à 20h
Dimanche et jour fériés: de 10h à 19h

Tarifs: 14.50€  ou 12.50€ (Tarif réduit)

Adresse: CCCB,