Search for content, post, videos

Inquiétudes face au manque de policiers à Barcelone

police catalane mossos d'esquadra

En pleine saison touristique, la police municipale de Barcelone pourrait considérablement baisser ses effectifs tandis que le gouvernement catalan ne pourra pas recruter des Mossos, ce qui provoque de nombreuses inquiétudes sur le plan de la sécurité.

La saison estivale est toujours un moment délicat pour les forces de l’ordre à Barcelone. Une période marquée par un afflux de touristes et sa recrudescence de pickpockets. La situation de Barcelone reste également très sensible sur les questions d’attaques terroristes. Les forces de l’ordre doivent donc être pleinement mobilisées.

Or Barcelone se retrouve avec un double problème : une vague d’agents de la police municipale qui devraient partir en retraite à partir de cet été et pourraient ne pas être remplacés à temps. S’ajoute à cela un concours de recrutement de 500 Mossos d’Esquadra, la police nationale catalane, qui se retrouve annulé par le Ministère des Finances espagnol.


Lire aussi : Pourquoi la police catalane s’appelle Mossos d’Esquadra?


Concernant la police municipale, ce sont nos confrères du très libéral El Mundo qui tirent la sonnette d’alarme : 270 agents de la guardia urbana barcelonaise pourraient faire valoir leur droit à la retraite en plein boom de la saison estivale. Tout vient d’une réforme gouvernementale, approuvée à la fin de l’année dernière, qui permet aux policiers locaux d’avancer leur âge de départ à la retraite de 65 à 60 ans. Une mesure basée sur la demande volontaire, qui pourrait priver le pays de 20.000 policiers entre juillet et août. Dans le cas de la Catalogne, selon une prévision du Ministère de l’emploi, 719 agents dont 270 à Barcelone pourrait faire valoir leurs droits à la retraite soit 6,6% du corps de police catalan.

Resultado de imagen de guardia urbana

Evidemment une polémique a rapidement éclaté entre la maire de gauche radicale Ada Colau, toujours suspecté de maltraiter sa police municipale, et les syndicats de force de l’ordre. « Ce n’est pas de notre faute, c’est une mesure de l’État espagnol et nous ne voulons pas diminuer le nombre de policiers » dit en substance la mairie de Barcelone qui ajoute « manquer de visibilité sur le nombre réel de départs à la retraite ».

La mairie de Barcelone met en avant également l’ouverture d’un concours qui offre 120 nouvelles places pour devenir policier municipal à Barcelone. « Ce n’est pas assez, ça ne couvrira pas le nombre de départs à la retraite », se désolent les syndicats qui pointent du doigt un manque de prévision de la part de la Mairie, qui a ouvert son concours trop tard et aura pour effet d’avoir des agents qui n’auront pas la formation suffisante pour affronter les rues barcelonaises.

Risque terroriste élevé

Du côté des Mossos d’Esquadra, la police nationale catalane qui assume toutes les compétences en matière de sécurité et de lutte contre le terrorisme, les choses ne vont pas mieux. Le conseiller à l’Intérieur catalan Jordi Jané a annoncé un concours public afin de recruter 500 nouveaux agents. Une initiative qui vient de recevoir un non ferme de la part du Ministère des Finances espagnol. Ce dernier considère que le gouvernement catalan n’a pas les moyens financiers d’embaucher 500 nouveaux policiers.

Selon un rapport du ministère, la Catalogne devra se contenter de 50 nouveaux emplois, soit 10% du recrutement initialement prévu. Une annonce qui a provoqué la fureur du Ministre de l’Intérieur catalan qui, dans une conférence de presse lundi dernier, a affirmé que « la Catalogne avait besoin de ces 500 nouveaux postes » faisant remarquer que « 37% des arrestations de djihadistes sur toute l’Espagne ont eu lieu en Catalogne ». La région compte actuellement environ 16.800 Mossos.