Le labyrinthe d’Horta: mythologie grecque et jardin à la française

Par le 10 août, 2017 CULTURE

D’essence française et de nature romantique, le parc du labyrinthe d’Horta est un bijou singulier de Barcelone.

En 1794, dans le quartier d’Horta-Guinardó, au nord-est de Barcelone le marquis de Llupìa, Joan Antoni Desvalls i d’Ardena, est propriétaire d’un terrain de 9 hectares. Ce marquis, qui avait un grand goût artistique, dessina un jardin néo-classique à la française et lui donna corps avec l’aide de l’architecte italien Domenico Bagutti et du jardinier français Joseph Delvalet. A cette époque, Sant Joan d’Horta était une commune indépendante de Barcelone. Elle fut annexée en 1904.

Au milieu du XIXe siècle, les héritiers du marquis agrandirent le parc du côté du « torrente d’en Pallós » avec un jardin romantique, des parterres, places, grands arbres et une cascade. Un canal a également été ajouté, reliant les deux terrasses, la supérieure et l’intermédiaire.

Près du palais, qui est l’ancienne demeure de la famille du marquis, il est possible d’admirer une fontaine héraldique, avec une colonne couronnée par un chien et un pélican, ainsi que le Jardí dels boixos. A Horta, l’eau se mélange gracieusement aux statues qui rendent hommage à la mythologie grecque. 

Le parc a même attiré des rois. Carlos IV (1802), Fernando VII (1828) et Alfonso XIII (1908) ont tour à tour donné des réceptions officielles dans les jardins d’Horta.

Culture dans le parc

De nos jours, la mairie de Barcelone organise des festivités dans les parcs: concerts de musique classique et spectacles en tout genre. Ce n’est pas nouveau, déjà en 1880, le parc d’Horta était le terrain de rencontres sociales et culturelles avec des représentations théâtrales en plein air. Le célèbre poète catalan Joan Maragall était de la partie, notamment le 10 octobre 1898 avec l’avant-première de la tragédie de Goethe, Ifigenia en Tauris.

Le labyrinthe

Naturellement, le point d’orgue du parc est son labyrinthe. 750 mètres de cyprès taillés finement composent cette organisation tortueuse. A l’entrée du labyrinthe, toujours fidèle à l’esprit de la mythologie grecque qui règne dans le parc, il y a les figures d’Ariane et Thésée accompagnées d’une inscription gravée dans la roche : « Entra, saldrás sin rodeo, / el laberinto es sencillo, / no es menester el ovillo / que dio Ariadna a Teseo ».

L’obsession grecque se fait aussi remarquer au centre du labyrinthe avec une statue du dieu de l’amour Éros.  A la sortie, un hommage est rendu à la nymphe Eco et Narcisse avec cette phrase: « De un ardiente frenesí / Eco y Narciso abrazados, / fallecen enamorados, / ella de él y él de sí ». Ceux qui arrivent à sortir du labyrinthe peuvent admirer à quelques mètres le « Jardín de los Musgos » qui rend hommage au fameux Minotaure avec une statue à son effigie.

En 2006, une scène du fil « Le Parfum » a été tournée dans le parc.

Nico Salvado

Fondateur d'Equinox, directeur d'antenne et animateur de l'émission "Les News de Barcelone" du lundi au jeudi de 17h à 19h sur Equinox Radio.