Search for content, post, videos

La justice espagnole déclare le référendum catalan illégal

Il aura fallu moins de 24h à la justice espagnole pour suspendre la loi du référendum indépendantiste votée hier au parlement catalan. Néanmoins le gouvernement de Catalogne ne recule pas et maintient la date du 1er octobre pour convoquer les électeurs aux urnes.

Rapidité d’un côté, désobéissance de l’autre. Le premier ministre espagnol avait prévenu : le référendum que souhaite convoquer le gouvernement de Catalogne serait retoqué d’une manière expresse. C’est chose faite, le tribunal constitutionnel s’est réuni en urgence ce soir à 19h suite à une demande du gouvernement espagnol. Les juges estiment que le référendum d’autodétermination viole à la fois la constitution espagnole et le statut d’autonomie de la Catalogne. Le tribunal suspend donc immédiatement le référendum. L’exécutif catalan n’entend cependant pas se soumettre à la décision des autorités espagnoles. Le référendum aura tout de même lieu le 1er octobre, affirme-t-on au Palau de la Generalitat. Le gouvernement de Catalogne estime qu’il doit suivre les ordres du peuple de Catalogne, représenté par la majorité de députés indépendantistes au parlement plutôt qu’à l’Etat espagnol.


Lire aussi : Le parlement catalan convoque officiellement le référendum indépendantiste


Le choc de train entre les deux gouvernements s’est donc produit ce soir. Cependant l’État espagnol est loin d’avoir déployé le maximum de sa force de frappe. Pour empêcher la tenue du référendum, sur le papier, le gouvernement espagnol pouvait aussi suspendre l’autonomie catalane ou le président de la Generalitat Carles Puigdemont. Des mesures radicales, réclamées par les secteurs les plus anti-indépendance à Madrid mais qui ne sont pas utilisées au final par le président Mariano Rajoy.

La fête nationale de Catalogne, lundi 11 septembre, sera une démonstration de force des indépendantistes qui descendront dans la rue par centaines de milliers. Le chef du gouvernement espagnol n’a pas vraiment intérêt à créer des martyrs indépendantistes qui exalteraient une foule déjà extrêmement remontée contre l’exécutif de Madrid.