Search for content, post, videos

L’Espagne ne peut pas voter son budget à cause du conflit catalan

budget de l'espagne rajoy

C’était l’épée de Damoclès qui planait au-dessus de la tête de Mariano Rajoy: les mesures pour stopper le référendum catalan lui font perdre sa majorité parlementaire à Madrid. Première conséquence: le budget de l’Espagne de 2018 ne pourra pas être approuvé.

Mariano Rajoy, depuis les dernières législatives de juin 2016, gouverne l’Espagne avec une majorité relative. Malgré que le groupe du Partido Popular (PP) soit le plus important du Parlement avec ses 137 sièges, la majorité absolue est fixée à 213 députés. Pour faire passer ses textes, Mariano Rajoy doit négocier l’appui des libéraux de Ciutadans (Cs) et des nationalistes basques (PNV). En Espagne, lorsqu’un budget national (qui sert à payer les fonctionnaires, les services publics et les dépenses de l’Etat) est voté, il peut être prorogé une année de plus. L’an dernier, avec une grande coalition Cs, PNV et des élus des Canaries, Rajoy a voté le budget. Il souhaitait absolument valider celui de 2018 afin de le proroger en 2019.

Vers des élections nationales anticipées

Selon les plans de Mariano Rajoy, les autres formations politiques devaient facilement donner leur vote en 2018, année sans élection, tandis qu’en 2019 sont prévues les municipales. Avec cette échéance électorale, Rajoy savait qu’en 2019, les Basques et Ciutadans ne pourront pas mêler leur voix au PP pour approuver des budgets, en campagne électorale, les positions deviennent plus clivantes.

Le plan initial était: budget en 2018, prorogé en 2019 et Rajoy pouvait se présenter aux élections législatives de 2020. Sauf que le conflit catalan a fait prendre des mesures radicales au chef du gouvernement espagnol. Le PNV basque, qui est un parti nationaliste identitaire, se sent très proche des revendications catalanes. Le PNV s’est donc retiré de la négociation des budgets 2018 qui ne seront donc pas votés. Cette annonce officielle a été faite hier par Cristóbal Montoro, ministre des Finances. Retrait à crève-coeur des Basques, qui avaient négocié leur soutien à prix d’or. Un certain nombre de concessions étaient faites au Pays Basque en matière fiscale et pour le développement de l’équipement dans ce budget 2018. Le fusil à un coup de la prorogation des budgets étant utilisé cette année, la législature devrait prendre fin en 2019, avec la convocation d’élections législatives anticipées.