Le Camp Nou rouvre ses portes dans un contexte politique brûlant

Privés de match le 1er octobre, les supporters du F.C. Barcelone vont enfin pouvoir réinvestir les tribunes du Camp Nou ce soir. Dans un climat politique encore brûlant.

Photo:OG / Equinox

Le Camp Nou va ouvrir de nouveau les portes à ses supporters ce soir dans un climat social et politique lourd, très lourd à Barcelone (Barça-Olympiakos, 20h45 CET). Ce sera la première fois depuis le 19 septembre que les aficionados du Club pourront encourager leur équipe dans leur stade. Une rareté à ce moment de la saison, fruit de la décision du président du F.C. Barcelone de jouer le 1er octobre à huis clos suite aux violences policières le jour du référendum.

La réponse du public du Camp Nou est donc très attendue pour prendre la température d’une partie de la société catalane. Les semaines précédent le 1er octobre, de nombreuses banderoles pro-indépendantistes ont été déployées avant le coup d’envoi des matchs du F.C. Barcelone. Le point d’orgue de l’évolution des 40 dernières années où certains supporters exhibaient les Senyeras – drapeaux de la Catalogne – pour glisser petit à petit vers l’Estelada, le drapeau indépendantiste.

Pas d’envahissement du terrain prévu

La contestation ce soir ne devrait pas prendre des proportions jamais vues au Camp Nou malgré l’imminence de l’application de l’article 155, qui mettrait la Catalogne sous tutelle de l’Espagne, et l’incarcération récente des leaders indépendantistes d’ANC et d’Omnium. Le groupe de supporters Seguiment, le plus organisé de tous au F.C. Barcelone, avait appelé le 1er octobre à l’envahissement pacifique du terrain lors du Barça-Las Palmas joué finalement à huis clos. « Ce jour-là c’était justifié car les Catalans, les socios du Club et ses supporters étaient agressés devant les collèges électoraux. Le football était alors secondaire » a dit le porte-parole de ce mouvement à Equinox. Avant de préciser que de le faire mercredi « n’aurait aucun sens ». Seguiment pourrait toutefois se manifester à l’aide de banderoles élevées depuis les tribunes.

L’association indépendantiste ANC, qui avait distribué jusqu’à 30.000 esteladas avant Barça-Bate Borisov en 2015, n’a rien prévu de particulier. Quant aux pro-Espagne, regroupés sous la bannière de Blaugrana al Vent, ils ne se manifesteront pas non plus. « Pour le moment » note Sixto Cardenas, leur porte-parole. Majorité silencieuse aussi au Camp Nou, elle pourrait bien se faire entendre dans les prochaines semaines en fonction des événements politiques qui secouent la Catalogne.

Les supporters bloqués en dehors du Camp Nou le 1er octobre avant Barça-Las Palmas. Le match s’est joué finalement à huis clos.

Le Barça invite l’ANC et Omnium, pas la Societat Civil

C’est donc le football qui prédominera ce soir au Camp Nou. Le temps pour les gens d’oublier pendant 90 minutes la situation qui affecte la santé mentale des habitants de Catalogne, comme l’expliquait la psychologue Caroline Gourdier sur Equinox. Certes il y aura bien des sifflets lors de l’hymne de la Ligue des Champions. Mais ils seront adressés à l’UEFA, qui avait mis à l’amende le F.C. Barcelone après l’exhibition d’Esteladas en finale de la compétition en 2015. Et pas à Juncker, qui a fermé la porte à toute possibilité d’indépendance la semaine dernière. Un soulagement pour le comité directeur du F.C. Barcelone, toujours mal à l’aise face au thème de l’indépendantisme de la Catalogne. La décision de jouer à huis clos le 1er octobre a entrainé la démission du vice-président Carles Villarubi et de l’ambassadeur du Club pour le Barça Innovation Hub Jordi Monés. Un document interne a même été rédigé pour donner aux membres du Comité directeur et ses principaux responsables les armes pour répondre aux questions de la presse sur le sujet.

Le F.C. Barcelone, qui prône le dialogue dans le conflit opposant sécessionnistes et unionistes, a pourtant pris hier soir une décision qui sera interprétée en dehors de la Catalogne comme de l’engagement envers les indépendantistes. Le vice-président de l’ANC et le secrétaire général d’Omnium, dont les présidents sont toujours incarcérés, sont en effet les invités du Club en loge présidentielle, au même titre qu’une large représentation de la Commission Pour La Médiation lancée à l’initiative du Barreau des Avocats de Barcelone. Il y aura même une banderole déployée avant la rencontre prônant le dialogue et le respect. La Societat Civil Catalana, en faveur de l’union, a affirmé à Equinox ne pas avoir été invitée. « On espère que ce sera un match de football et que les gens viendront profiter de notre jeu » a dit hier l’entraineur du Barça Ernesto Valverde.  L’actualité brûlante de la rue et les considérations politiques vont quand même s’inviter au Camp Nou ce soir.

Olivier Goldstein

Journaliste sportif. Olivier Goldstein couvre depuis un an l’actualité du F.C.Barcelone et du sport à Barcelone. Il a fondé en novembre 2015 Le Blog du Barça, le premier Blog 100% Barça écrit en français depuis Barcelone.