Les 5 différences entre la bière française et espagnole

Par le 8 novembre, 2017 CULTURE

Les Espagnols et les Français se partagent une passion : celle de la bière.  Mais la consommation diffère notablement d’un pays à l’autre. 

En Espagne comme en France, la consommation de bière est remontée à la hausse depuis quelques années. Bière, cerveza, beer, qu’importe son appellation, elle est la star des bars.Tour d’horizon des différences entre les deux pays.

1. Le prix 

« Quoi ? T’as vu le prix de la bière ! » voici l’une des phrases que l’on entend souvent de la part d’amis venus nous rendre visite à Barcelone. Ici, le prix est avantageux. Sans surprise, c’est l’une des plus grandes différences. Selon le site internet combien-coute.net le prix d’une bière en Espagne oscille entre 1,50€ ou 3€. Le coût pour un verre est inférieur à celui de la France de 60%.

À Barcelone, le prix d’un verre de bière se trouve entre 2€ et peut aller jusqu’à 3,5€. À titre de comparaison, à Paris on peut monter jusqu’à 7€.

2. Les Espagnols, vainqueurs du litre 

Contacté par Equinox, Emmanuel Gillard, auteur de « Bières et brasseries françaises du 21ème siècle », indique que les Espagnols dégustent près de quatre fois plus de bières qu’un Français.

La consommation annuelle moyenne par habitant est de 21 litres en France, contre environ 80 litres en Espagne. Un phénomène qui pourrait s’expliquer par la qualité de vie que propose l’Espagne. Le climat y est plus favorable pour des bières en terrasse après une journée de travail.

3. Le degré d’alcool 

Contrairement aux idées reçues, les bières espagnoles sont moins alcoolisées. Thomas, jeune auteur du blog happybeertime, nous explique que le soleil y est pour beaucoup : « plus il fait chaud, plus les consommateurs voudront une bière facile à boire ».

En France, le taux d’alcool d’une bière en moyenne se situe entre 5 et 6 degrés. En Espagne, il faut compter un degré en-dessous. La bière la plus alcoolisée est de 6,5. Un petit score !

4. Une consommation différente 

La nette différence réside aussi dans la consommation de la boisson, nous explique le biérologue Hervé Marziou. « En Espagne, plus souvent de la bière, en petite quantité tout au long de la journée » continue notre spécialiste. En France les verres de 20 centilitres, comme en Espagne, n’ont jamais eu de succès.

À Barcelone, aller se détendre avec une bonne bière relève presque d’une tradition. Les étrangers sont souvent frappés de voir cette consommation importante des hommes comme des femmes à n’importe quelle heure. Il n’y a pas d’occasion particulière pour une cerveza. Le Français, lui, va provoquer le moment : une pizza, un match de foot par exemple.

C’est aussi ça le secret, l’Espagnol grignote. En France, l’organisation des repas est très importante. Dans le pays des tapas, la façon de vivre facilite le rafraîchissement à la bière. Ce sont des boissons désaltérantes qui s’associent avec tout. « Dans l’Hexagone, il est plus difficile de faire comprendre qu’une bière peut accompagner un plat » constate Hervé Marziou. En Espagne il n’est pas rare de voir une paella accompagnée d’une bonne bière.

« Ce sont des goûts simples qui sont recherchés, en France on aime les détails, l’éveillement des sens » poursuit Hervé Marziou. Les Espagnols préfèrent la simplicité et la convivialité, l’essence même de la boisson. Le plaisir est dans le partage entre amis et la découverte.

5. Un symbole identitaire 

Autre phénomène que ne partage pas la France, en Espagne la bière est identitaire. Vous partez à Séville, les locaux prendront grand plaisir à vous offrir une « CruzCampo » bière sévillane. À Madrid, ce sera la Mahou. « En Espagne, on se reconnaît dans la bière » déclare le biérologue.

En France, il est plus difficile de donner une bière emblématique d’une ville.

Elisa Casson

Parisienne d’origine.
Journaliste Equinox Magazine et Radio.