Search for content, post, videos

Ils s’emprisonnent volontairement en solidarité avec « les prisonniers politiques »

Les indépendantistes ont installé une cellule en plein centre de Vic, en solidarité avec leurs leaders actuellement placés en détention préventive à Madrid pour des faits présumés de sédition. 

Photos:AG/Equinox

Sept ans après être entrée dans le Guiness pour le record de participation à un lip dub (5771 personnes pour un lip dub indépendantiste), la petite ville de Vic, à une heure de Barcelone, refait parler d’elle avec une installation pour le moins singulière : une double cage en plein place centrale. « L’idée était de ne pas faire quelque chose de trop ridicule, mais d’assez bien pour montrer au monde qu’en ce moment des gens sont emprisonnés pour leurs idées » explique Arnau, militant indépendantiste d’une trentaine d’années.

Un bénévole explique aux passants l’objectif de l’installation

Sur l’idée des deux associations indépendantistes Omnium et ANC, la « cellule » a été construite à partir d’un mobil home de chantier et se compose de deux espaces pouvant accueillir chacun une personne, avec un lit, un bureau et un petit radiateur.

La cellule a été installée à l’aide d’une grue

Elle a été mise en place le 18 novembre et devrait rester jusqu’au 10 décembre, sauf libération des deux dirigeants séparatistes Jordi Sanchez et Jordi Cuixart, et des huit anciens ministres catalans actuellement en détention provisoire dans le cadre des poursuites de l’Etat pour sédition et rébellion.


Lire aussi : L’intégralité du gouvernement catalan en prison


Les personnes intéressées par l’expérience sont invitées à s’inscrire sur le site web dédié et à choisir une tranche horaire de deux heures minimum. Et depuis le début de l’installation, les deux cellules ont toujours été occupées.

Plus de 150 participants

Arnau a participé à l’expérience samedi dernier entre minuit et quatre heures du matin. « Cela permet de se rendre compte de la privation de liberté que peuvent ressentir les prisonniers politiques, explique-t-il, même si quelques heures, ce n’est pas grand-chose, et puis il y a toujours du monde qui passe, qui vient te parler ou même te donner à boire ou à manger ».

Arnau (à gauche) a passé quatre heures dans la cellule de Vic

Selon ce jeune kinésithérapeute, plus de 150 personnes se sont déjà enfermées volontairement dans les cellules depuis le début de l’installation, dont des proches des anciens ministres incarcérés. Pour les participants, passer deux heures en cellule, c’est aussi montrer sa solidarité envers les illustres prisonniers séparatistes. L’installation en elle-même a été pensée pour interpeller. « Ici il y a toujours du monde qui passe, pour aller faire ses courses ou d’autres choses, c’est une façon de ne pas les oublier » poursuit Arnau.

L’installation restera sur la place centrale de Vic jusqu’au 10 décembre

Des livres d’or ont même été mis à disposition dans les cellules. Ils seront remis aux responsables indépendantistes après leur libération.