Tarragone: la ville oubliée de Catalogne

Par le 11 janvier, 2018 Les visites catalanes

La ville de Tarragone est souvent la grande oubliée des touristes qui se rendent en Catalogne. Ils lui préfèrent en général Barcelone ou la Costa Brava. Pourtant, saviez-vous qu’elle dominait la région à l’époque romaine ? Retour sur l’histoire méconnue de la ville oubliée de Catalogne.

La capitale de la Costa Daurada (Côte Dorée) a de nombreux points communs avec Barcelone: un patrimoine romain et médiéval riche, la mer, un port actif. Pourtant, l’ancienne Tarraco est souvent boudée par les guides touristiques, qui conseillent généralement d’y « passer » une journée, ou au maximum un week-end. Le guide Michelin ne lui donne que deux étoiles et lui assigne la mention « mérite le détour »: comme si la ville ne méritait pas qu’on lui consacre un séjour entier !

Tarragone est pourtant très riche culturellement. Il s’agit, après Rome, de la deuxième ville au monde à concentrer le plus de vestiges romains. Elle est classée au Patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 2002 et est devenue capitale de la culture catalane en 2012. Et pourtant, seulement 2,5 millions de touristes viennent à elle, face aux 7 millions qui visitent Barcelone chaque année. Nous vous proposons de découvrir Tarragone, cette petite ville de province qui avait tout pour devenir une capitale méditerranéenne dès l’époque romaine. Le destin en a choisi autrement.

La ville la plus romaine de Catalogne

C’est en 218 av. J.-C. que les Romains arrivent et nomment la ville Tarraco. Ils en font la capitale de la province romaine de Tarraconaise, qui recouvrait une partie de la péninsule ibérique. Après l’arrivée des premiers Romains, Tarraco ne cesse de croître. Ayant acquis le statut de colonie au Ier siècle avant J.-C., les habitants lui donnent les attributs dignes de ce nouveau rang. Sa période de grandeur correspond au règne de l’empereur Auguste, au cours duquel la ville acquiert un forum romain et un théâtre à côté de la mer, toujours visibles. Lui sont ensuite attribués un cirque romain et un autre forum.

Le dernier édifice datant de cette période de splendeur sera l’amphithéâtre, réalisé au 2e siècle après J.-C. La capitale de province a été la résidence d’empereurs comme Auguste, Galba ou encore Adrien, lors de leurs déplacements dans la péninsule. Les traces de cette faste période sont encore présentes dans la capitale de la Costa Daurada. Elle compte 14 monuments romains, ce qui en fait un site unique en Espagne. Ces édifices sont en partie conservés et accessibles aux touristes. Ils témoignent de la grandeur passée d’une ville qui régnait sur une partie de la péninsule. D’ailleurs, ne vous étonnez pas de croiser, entre deux terrasses de café ou sur les rues piétonnes du vieux centre des stèles gravées en latin, sur le sol ou insérées dans les façades des bâtiments.

La fin de son hégémonie

La fin du IIe siècle ap. J.-C. marque le début des difficultés économiques pour Tarraco. Peu de statues sont retrouvées de cette époque, signe d’une baisse de leur construction, faute de financement. C’est l’époque de la défaite de l’empereur Clodio Albino, soutenu, entre autres, par le gouverneur tarraconais Novio Lucio Rufo. Le nombre de commerçants baisse, ainsi que celui de hauts fonctionnaires publics. Le Ve siècle marque l’arrivée des Visigoths et la ville continue de perdre progressivement de la population et de l’activité économique. Le VIIIe siècle voit l’arrivée des musulmans d’Afrique du nord, qui prennent Tarraco entre 713 et 714 et achèveront sa décadence. Si la ville n’est pas détruite, malgré le siège qui dura plus d’un mois, elle perd le peu d’importance administrative et religieuse qu’il lui restait.

Une ville à visiter

Au contraire de certains guides touristiques, nous ne vous conseillons pas de « passer par » Tarragone, mais de vous y rendre. Les vestiges de son glorieux passé sont très bien conservés et vous garantissent un voyage dans le temps. N’oubliez pas de visiter l’amphithéâtre romain, impressionnant au bord de la mer. Le cirque romain est l’un des autres monuments à voir. Il accueillait les courses de chevaux et de chars. Le Musée national archéologique de Tarragone vous permet de le découvrir, en partie enseveli sous la ville médiévale. À visiter absolument ! À voir également, le musée et la nécropole paléochrétiens datant du IIIe et IVe siècle.

Tarragone médiévale et moderne

Le voyage dans le temps ne s’arrête pas au VIIe siècle ap. J.-C. Découvrez l’époque médiévale en visitant la cathédrale dédiée à Santa Tecla, sainte patronne de la ville, ainsi que son centre historique gothique et baroque. Vous tomberez sous le charme de ces vieilles ruelles, notamment autour de la plaça del Rei. N’oubliez pas non plus d’avancer dans le temps, en vous rendant dans la ville moderne, dont la Rambla Nova est une excellente représentation. Enfin, prenez de la hauteur avec le fameux Balcon de la Méditerrannée, un belvédère donnant sur la plage.

S’y rendre

Le train est un excellent moyen. La gare « Tarragona » vous dépose au pied de la vieille ville. Si vous prenez l’AVE, il vous laissera à « Camp de Tarragona » en banlieue, mais une navette en bus vous permettra de vous rendre au centre-ville.

La ville est également facile d’accès en voiture, située au bord de l’AP-7 et de l’A-7.

Plus économiques, des compagnies de bus font également la liaison Barcelone-Tarragone.

À ne pas manquer

Si vous pensez visiter cette ville au mois de mai, ne manquez pas le festival Tarraco Viva. Depuis 1999, la ville se transforme à cette époque de l’année pour proposer une immense reconstitution de la vie quotidienne à l’époque romaine.

Aux alentours

Si vous aimez les plages de sable, vous serez conquis par la Costa Daurada. N’hésitez pas à vous rendre à Calafell, Torredembarra ou Altafulla, qui offrent le charme des vieilles villes et d’excellentes infrastructures balnéaires. Vous pouvez également vous rendre jusqu’au Delta de l’Èbre et admirer les impressionnantes rizières. Pour les amateurs de sensations fortes ou pour les sorties en famille, le parc thématique de Port Aventura se trouve à 15 minutes en voiture de la ville.

Plus d’informations ici.

Karim Joutet

Agrégé d’espagnol et doctorant (Université Paris-Sorbonne et Universitat Autònoma de Barcelona), Karim Joutet séjourne à Barcelone en tant que membre de la Casa de Velázquez et effectue une thèse sur l'immigration espagnole en Catalogne. Il tient également un blog sur l’apprentissage de l’espagnol : «Espagnol pas à pas – Astuces et conseils d’un prof».