Search for content, post, videos

Tensions à Barcelone : les Mossos chargent les indépendantistes

violences barcelone

La situation est tendue ce soir à Barcelone. Les indépendantistes tentent de boycotter la venue du roi Felipe VI à l’occasion de l’inauguration du Congrès du Mobile.

Protestations à l’aéroport du Prat où doit atterrir le monarque, menace du couper les routes menant à Barcelone, et manifestations autour du Palau de la Musica où doit dîner le Roi avec les organisateurs du congrès. C’est autour de la zone du Palau que des scènes nerveuses ont eu lieu entre les Mossos d’Esquadra et les manifestants indépendantistes. Vers 18h, la police catalane, à la grande fureur des manifestants, a fermé l’Avenue Laietana qui mène au Palau de la Musica.

Les indépendantistes s’offusquent de la venue du roi d’Espagne qui  n’a pas condamné les violences policières du 1er octobre, le jour du referéndum, et de ne pas avoir eu d’empathie envers les victimes.

Les Mossos ont chargé les manifestants qui ont tenté de forcer le cordon de sécurité autour du Palau de la Musica. La conseillère municipale de Barcelone de la Cup, Maria-Jose Lecha, dit avoir été bléssée à la main lors de l’opération d’évacuation de la police catalane.

Boycott institutionel

Les responsables politiques catalans participent au boycott royal. Le président du parlement catalan Roger Torrent et la maire de Barcelone Ada Colau ne se sont pas rendus à la cérémonie d’accueil qui a eu lieu lors de l’atterissage du Roi. En revanche, Torrent et Colau iront manger avec le roi au Palau de la Musica, pour représenter le parlement et la mairie devant les organisateurs du Mobile World Congress.

Depuis Bruxelles, Carles Puigdemont a envoyé ce matin un message vidéo pour expliquer que le roi serait le bienvenu sur le sol de la République catalane quand il demanderait pardon pour les victimes du 1er octobre.

A l’autre bout de l’échiquier politique, le gouvernement espagnol prévient que devant le tumulte les organisateurs du Mobile pourraient, à terme, quitter Barcelone. La ville de Dubai s’est déjà présentée comme remplaçante de la capitale catalane.