Search for content, post, videos

[ENQUÊTE] Barcelone est-elle dangereuse pour la santé?

Comme toute grande agglomération, Barcelone présente certains inconvénients liés à la vie en milieu urbain : une contamination atmosphérique préoccupante, du bruit, beaucoup de stress… Mais quel est réellement le niveau de dangerosité de l’environnement de Barcelone ? Démêlons le vrai du faux.

Photos:CM/Equinox

Le volume important de véhicules en circulation dans la ville émet deux polluants majeurs, les particules fines (dites PM10) et le dioxyde d’azote (NO2). Selon le dernier Rapport sur la Santé publié annuellement par l’Agence de Santé de Barcelone, 68% des habitants de la ville ont été exposés à des émissions polluantes supérieures à la norme autorisée par l’Union européenne. Si l’on suit en revanche les normes de l’Organisation mondiale de la santé, 97% de la population serait concernée. Mais il n’y a pas que l’air. La pollution sonore, notamment le bruit des voitures et motos, serait un facteur aggravant pour un tiers des malades à Barcelone selon un récent rapport de l’Agence de Santé.

Pas la pire élève en Europe

Le grand défi environnemental des années à venir consiste à faire baisser les émissions de particules polluantes. Après des recommandations à ce sujet, l’UE passe maintenant aux avertissements. La Commission européenne a en effet tiré les oreilles de neuf pays le mois dernier, dont la France et l’Espagne, pour dépassements réguliers des limites d’émissions fixées pour ces deux polluants. Bruxelles a prévenu : suite à ce dernier rappel à l’ordre, ce sera la Cour de procédure européenne qui sera saisie pour ces infractions.

La pollution de Barcelone reste sensiblement proche à celles de Madrid et de Paris, mais est inférieure à celle d’autres grandes agglomérations européennes. Une carte interactive de l’Agence européenne pour l’environnement permet de comparer l’indice de qualité de l’air de plusieurs villes européennes. On y constate par exemple que l’air est davantage pollué à Varsovie qui a atteint des records dernièrement avec plus de 108μg/m3.

À Barcelone, l’exposition varie selon les jours et les zones. En effet, vous serez plus exposé dans des quartiers de forte circulation routière, comme l’Eixample (moyenne annuelle de 52 μg/m3 en 2016) ou encore à Gràcia et Sant Gervasi (49μg/m3 en moyenne), alors que les émissions sont inférieures à Pedrables (38μg/m3) ou Sants (32μg/m3).

Des pathologies graves, voire mortelles

Le bilan est lourd. La pollution de l’air serait responsable à elle seule de la mort de plus de 400.000 personnes chaque année en Europe, dont 31.000 en Espagne selon les dernières données de l’agence européenne de l’environnement. Il s’agit de personnes décédées des suites de maladies cardio-respiratoires directement liées à la contamination atmosphérique.

D’autre part, environ 32 millions de personnes au sein de l’UE souffrent de la pollution acoustique liée au trafic routier. En Espagne, 26% de la population serait concernée, soit un Espagnol sur quatre souffrant directement ou indirectement de la pollution sonore de sa ville. Selon l’OMS, le bruit serait le second problème environnemental affectant le plus l’être humain derrière la pollution atmosphérique. Le bruit peut provoquer des gênes auditives, des maux de têtes, du stress mais aussi causer des problèmes sur le sommeil, affecter les capacités cognitives des personnes et même provoquer des maladies cardiovasculaires ou respiratoires. Sans compter que cette pollution agit de manière négative sur notre mental, et peut affecter notre équilibre psychologique en générant du stress chronique et des troubles de l’humeur.

Qu’en est-il de l’eau?

Avez-vous déjà regardé votre verre d’eau issue du robinet d’un oeil suspicieux? Peut-être parce qu’à Barcelone son odeur et son goût sont particulièrement forts et marqués de relents de produits chimiques. Sachez que l’eau de Barcelone est bien potable, et que son odeur particulière ne la rend pas impropre à consommation. Des contrôles sont effectués périodiquement dans différents points de la ville pour s’en assurer. Il convient cependant de souligner que des études régulièrement menées par des associations de consommateurs pointent du doigt certains problèmes de qualité de l’eau barcelonaise.


Lire aussi : Peut-on boire de l’eau du robinet à Barcelone?


L’organisation de consommateurs OCU a par exemple relevé la présence de micro-bactéries qui se développent au contact de l’oxygène dans l’eau de la ville. Cette présence s’explique soit par une accumulation de bactéries dans les canalisations de la ville ou des foyers, ou bien par un excès de produits chimiques lors du traitement de l’eau.

Car c’est bien là la particularité de Barcelone ; son eau est fortement traitée. L’eau distribuée dans la ville provient des fleuves Llobregat et Ter. Ces fleuves contiennent des particules polluantes issues de l’activité humaine et industrielle locale. L’eau doit donc passer par différents procédés chimiques de nettoyage avant de rejoindre le réseau urbain de distribution. L’eau du robinet aura un goût plus ou moins fort selon votre quartier de Barcelone. Les habitants de Horta par exemple, situés dans le district nord alimenté par le fleuve Ter, bénéficieront d’une eau de meilleure qualité que ceux qui vivent à Sants, puisque l’eau du Llobregat distribuée dans ce quartier nécessite plus de traitement qu’une eau issue du Ter.

Mesures préventives et solutions

La mairie de Barcelone a lancé l’an dernier un plan contre la contamination de l’air avec 58 mesures restrictives visant l’amélioration de la qualité de l’air de la ville. Un système de vignettes a été mis en place afin d’interdire la circulation aux véhicules les plus polluants lors des épisodes de contamination importants. Les habitants sont incités à délaisser leur voiture pour les transports en commun, grâce à une réorganisation des lignes de bus, ou encore à prendre le vélo, avec l’installation de plus de 60 kilomètres de pistes cyclables supplémentaires dans toute la ville. Des projets pilotes ont également été lancés, comme la « superilla » de Poblenou, qui consiste à couper la circulation dans tout un quartier pour que les piétons se l’approprient.

Les conséquences de la contamination atmosphérique préoccupent la municipalité et ses habitants. Des dialogues sont ouverts sur les conséquences de la pollution. Une activité est organisée le dimanche 7 mars à 18h au Centre Cívic Cotxeres de Borrell, pour permettre aux voisins de Sant Antoni d’échanger et d’aborder des solutions communes.

Si la pollution atmosphérique et sonore est un problème commun à toute grande ville, Barcelone possède cependant un grand avantage par rapport à ses cousines européennes. Il est possible d’échapper au bruit de la jungle urbaine le temps d’une escapade dans la nature toute proche : à moins d’une heure de route de la capitale catalane se trouvent de nombreux espaces verts permettant de déconnecter de la ville et remplir ses poumons d’air frais. Une proximité de la mer et de la montagne que nous envient de nombreux Européens.

Quant à ceux qui cherchent à se détoxiquer du bruit et de la pollution de la ville sans avoir le temps de partir en escapade, ils peuvent suivre des ateliers dédiés à la gestion du stress urbain, où ils apprendront à gérer leur respiration afin de libérer les tensions accumulées par la pollution sonore, le stress de la ville, ou à évacuer les méfaits de la pollution. Sachez également que Barcelone compte un centre d’isolation sensorielle, où vous pourrez vous couper du monde et vous concentrer sur votre relaxation dans une cabine isolante de la lumière et du bruit extérieurs.