Search for content, post, videos

Quand faire du sport à Barcelone devient néfaste pour la santé

Alors que les bienfaits du sport ne sont plus à prouver, dans les grandes villes comme Barcelone, l’activité physique peut avoir des effets néfastes sur le corps. En cause: la pollution de l’air. Que ce soit en extérieur ou en salle de fitness.

Tout le monde y est désormais habitué, des alertes aux pics de pollution sont régulièrement émises dans les grandes métropoles à l’image de la capitale catalane. Autre habitude qui règne à Barcelone, les coureurs, cyclistes et autres sportifs qui s’adonnent à leur loisir au grand air. Des hobbies, sinon sains, qui peuvent présenter quelques risques pour la santé. Lorsque nous pratiquons une activité sportive, nos poumons s’ouvrent comme une fleur pour pouvoir accueillir la masse d’air nécessaire. Une porte également ouverte à toutes les particules polluantes présentes dans l’air.

Des polluants dans les salles de sport

Pour se maintenir en forme, d’autres privilégient les salles de sport. Un espace clos où on ne se pose pas forcément la question de la qualité de l’air. Pourtant, en 2014 une étude menée par des scientifiques portugais et hollandais a révélé des taux de poussière et de dioxyde de carbone au-dessus de la limite garantissant une atmosphère de qualité. Ces résultats ont été obtenus grâce à des capteurs installés dans onze salles de sport de Lisbonne.

Les pics d’émission de ces particules ont été atteints lors de cours d’aérobic le soir. Un créneau où « beaucoup de clients étaient réunis dans un espace confiné, remuaient de la poussière, transpiraient et soufflaient fortement, produisant ainsi du dioxyde de carbone à chaque respiration », a précisé au Figaro Carla Ramos, un des auteurs de l’étude. Présent dans les produits d’entretien, le taux de formaldéhyde s’est également révélé important. À l’instar de la poussière et du dioxyde de carbone, son ingestion peut, à terme, provoquer des troubles respiratoires comme l’asthme.

Privilégier la plage, bannir la Rambla

Pourtant, pour le coach sportif Captain Burpee, pas de doute, il est plus sain de faire du sport en salle que dans les rues de Barcelone. « Je vois beaucoup de gens courir dans les parcs ou sur la Rambla, témoigne-t-il. C’est très malsain parce que les voitures passent à côté et ça les expose à une forte absorption de gaz polluants. » Il indique également que la salle où il délivre ses conseils, CrossfitGala, est soumise à des normes : « Nous avons obligatoirement de la ventilation, surtout en été ».

Pour faire du sport dehors, le coach conseille de se rendre le long de la mer, ventilateur naturel. À la Barceloneta par exemple. En revanche, il contre-indique la nage dans ses eaux à cause de « toute sorte de détritus, polluants et déchets des hôtels qui se déversent » via les égouts. Prendre de l’altitude peut aussi être une solution, en choisissant la montagne, ses dénivelés. De façon générale, le sportif préconise « de s’éloigner du centre de Barcelone où toute la pollution est concentrée ». Même les parcs, selon lui, n’offrent pas un environnement sain pour une raison simple : « Ils ne sont pas assez grands comme dans certains pays du Nord comme l’Irlande, la Pologne ou l’Allemagne. Ici, ils sont souvent près des routes. Alors le parc de la Ciutadella, c’est bien mais ce n’est pas assez. »

Réveil à l’aube pour courir en ville

Partir à l’aventure et casser sa routine serait donc une réponse à l’air nocif citadin. En éternel optimiste, le coach sportif ne voit pourtant pas la pollution comme une menace : « Ce n’est pas parce qu’il y a de la pollution que les gens ne doivent pas faire de sport. Au contraire, c’est l’occasion de tester différents paysages, des nouveaux terrains. Cela apporte des difficultés et des variations ». Et pour ceux qui sont vraiment accros à leur footing dans les rues de Barcelone, Captain Burpee déconseille vivement de le faire le soir, « là où il y a les gros pics de pollution » et de privilégier l’aurore, vers 6 heures du matin. « Cela demande donc plus de discipline », concède celui pour qui « plus de discipline égale plus de liberté ».