Search for content, post, videos

Les incontournables de la drague espagnole

Que ce soit dans un bar, derrière son portable ou dans une supérette de quartier, tout le monde use d’un lexique, basique ou personnalisé, pour séduire. Avec le retour du printemps, et de la saison des amours, la maîtrise de la langue est un atout indéniable pour mettre toutes les chances de son côté.

« Ta mère est un voleur, il a volé toutes les étoiles du ciel pour les mettre dans tes yeux ». Ça vous dit quelque chose ? En espagnol, ce genre de déclamations sont appelées « piropos ». Parmi eux, on trouve « ¡Vaya! Mi madre nunca me dijo que las flores andaban! – Mon Dieu! Ma mère ne m’a jamais dit que les fleurs pouvaient marcher! » ou encore « Guapa! Apuesto a que te llamas Google, porque tienes todo lo que busco. – Beauté! Je parie que tu t’appelles Google, parce que tu as tout ce que je cherche ». Traditionnellement scandés dans la rue, ces compliments se font aujourd’hui plus discrets, d’après Nina Infante, présidente du Forum feminista. “Les piropos ont changé et les gens font beaucoup plus attention aux formulations sexistes qu’il y a vingt ans”, expliquait-elle à Courrier international en 2011.

Draguer ou jeter les ifs

La séduction, si l’on se réfère à ses représentants comme Don Juan, relève d’un art subtil. Entre beauté du jeu et sournoiserie, la fin justifie parfois les moyens pour « conduire à l’écart » ou « mener à soi », d’après l’origine latine de « séduction » (se ducere). Alors, quels mots utiliser pour « jeter les ifs » (« tirar los tejos », expression signifiant draguer)?

« Estudias o trabajas ? – Tu étudies ou tu travailles ? », serait, d’après le traducteur Rubén Sánchez Egido, une phrase d’accroche de base en Espagne. Autre technique bien connue des fumeurs « Tienes fuego ? – Tu as du feu ? ». Si ce prétexte permet d’engager la conversation, pour le traducteur, il était plus utilisé « à l’époque de nos parents ou par la nôtre jusqu’en 2011. Avant, il était possible de fumer dans les bars et les boîtes, c’était donc facile d’engager la discussion avec quelqu’un qu’on ne connaissait pas. »

Rompre la glace en direct

Dans le registre du séducteur pur, on trouve « Camina por la sombra, porque los bombones al sol se derriten – Marche à l’ombre, car les chocolats au soleil fondent » ou version plus « lourdingue » : « Estás más buena que un plato de lentejas de mi abuela – tu es plus bonne qu’un plat de lentilles de ma grand-mère ». Pour simplement transmettre sa sympathie pour quelqu’un, un « eres un sol – tu es un soleil » fera l’affaire. Et, pour ceux friands de mises en scène et de jeux de mots, amener un glaçon, le casser et annoncer : Ya hemos roto el hielo, así que ya podemos conocernos mejor – Nous avons brisé la glace, maintenant nous pouvons apprendre à mieux nous connaître. »

« J’ai beaucoup baroudé… »

Sur sa chaîne Youtube, le blogueur Telemartin lui aussi donne quelques clés, du traditionnel « Tu es joli(e) – Qué guapo/a » ou « Tu me plais beaucoup – Me gustas mucho », au plus cliché « Je vois tout Madrid dans tes yeux – Veo todo Madrid en tus ojos » qui pourra bien sûr être adapté à la capital catalane pour les plus chauvins. Enfin, pour ceux qui ont plus d’aplomb, Telemartin propose « J’ai beaucoup baroudé… – He viajado mucho en mi vida… » ou « J’ai étudié la physique quantique – He estudiado la física cuántica ». À conseiller seulement aux rois de l’esbroufe car si cela n’est pas avéré, la supercherie sera vite découverte !

Bonus track:

Ils ont fait l’histoire de la séduction.