Search for content, post, videos

E.Maragall, ministre des Affaires étrangères: « La Catalogne et la France vont avoir une relation intense »

Après sept mois de fermeture suite à l’application de l’article 155, le ministère des Affaires étrangères catalan réouvrait ses portes ce lundi.

Pour prendre la suite de Raül Romeva, actuellement incarcéré à Madrid suite à la déclaration d’indépendance, Ernest Maragall devient le chef de la diplomatie catalane. Âgé de 74 ans, frère de l’ancien président de la Catalogne et petit-fils du célèbre poète catalan Joan Maragall, l’actuel conseiller des Affaires étrangères est un poids lourd dans le monde politique local. En 2006, il était ministre de l’Éducation dans un gouvernement socialiste. Il finit par quitter le socialisme catalan, pas assez indépendantiste à son goût.

Le ministère des Affaires étrangères, a été l’une des institutions catalanes les plus frappées par l’article 155. L’internationalisation du conflit catalan reste le caillou dans la chaussure espagnole. Le service diplomatique catalan « Diplocat » a été démantelé, les ambassades catalanes fermées et le programme Xammar qui liait les correspondants étrangers au gouvernement catalan fermé également.

Message pour l’Europe

Ernest Maragall a la lourde charge de reconstruire les affaires extérieures catalanes. Lors de sa prise de fonction aujourd’hui à 10h, une soixantaine d’employés du ministère l’attendait pour l’accueillir sous des applaudissements. Dans la Casa dels Canonges, siège du ministère, Maragall a confié en français à Equinox: « que son premier objectif sera de garantir que la relation entre la Catalogne et l’Union européenne, et particulièrement avec la France, soit positive et intense ». Le nouveau ministre ajoute que les valeurs comme les « compromis sociaux, la justice, l’équité, la dignité, la reconnaissance de notre diversité qui devraient valoriser l’Europe, sont aujourd’hui en danger en Europe. » Ernest Maragall conclut: « nous défendrons ces valeurs pour les maintenir au sein de l’Europe ».

La déclaration d’Ernest Maragall sur Equinox