Search for content, post, videos

Interview Gerard Gomez (jeunesse ERC)

Pour ce nouveau numéro de “Sans Frontières” sur Equinox Radio y Equinox Magazine nous avons interviewé Gerard Gomez le porte-parole de JERC, le parti de la jeunesse d’ERC.

JERC EN EQUINOX RADIO Y EQUINOX MAGAZINE BARCELONASuite à l’affiche des JERC qui proclame “En route pour la liberté” nous avons demandé a Gerard Gómez de qui il pensait être prisonnier et si ce terme n’est pas un peu exagéré en comparaison avec ce qui se passe dans d’autres pays, où certains peuples sont privés des libertés essentielles, ce qui n’est pas le cas en Catalogne.  Le jeune porte-parole répond que JERC veut un nouvel état pour renforcer la démocratie et les droits sociaux. La loi Wert pour lui est une nouvelle attaque contre la liberté catalane. Il veut vivre dans un état affranchi des lois espagnoles et de sa constitution. Pour Gerard Gómez il n’y a pas d’exagération dans les termes de “direction vers la liberté” parce que d’autres peuples comme les Grecs, Italiens, Portugais et Irlandais demandent aussi la liberté.

Pour continuer nous avons demandé à Gerard Gómez qui est un porte-parole s’adressant à la jeunesse, si ce n’est pas dangereux d’exciter les jeunes avec le rêve d’indépendance qui parait quasi impossible à atteindre au regard de l’opposition à la fois de l’U.E, de l’ONU, du gouvernement espagnol et de l’ensemble des communautés autonomes.

la jeunesse catalane lutte aujourd’hui pour ses droits comme l’a fait la jeunesse française en mai 68

Bien au contraire Gerard Gomez pense que l’indépendance est possible car beaucoup de pays l’ont obtenue comme par exemple la Lettonie. Selon lui, nous ne pouvons pas savoir comment réagira l’Europe puisque les traités n’évoquent pas le cas d’une région qui se séparerait d’un état membre.  Gerard Comez dit simplement que l’Europe devra tenir compte des souhaits du peuple catalan. Concernant son rôle envers la jeunesse, il dit qu’il est normal que celle-ci combatte pour ses idéaux comme ce fut le cas des jeunes Français en mai 1968.

A la question “quelle est la différence entre un parti nationaliste français comme par exemple le Front National et un parti nationaliste catalan comme JERC et existe t-il un bon nationalisme et un mauvais nationalisme”, Gerard Gomez répond qu’il n’est pas nationaliste mais indépendantiste et que le nationalisme vient de l’Espagne et non de la Catalogne. Il refuse par ailleurs  la comparaison avec le Front National, le qualifiant de parti xénophobe tandis que l’indépendantisme catalan selon lui est au contraire ouvert à l’immigration.

Par ailleurs à la question JERC est-il un parti d’extrême gauche, Gerard Gomez répond par la négative, bien que son mouvement soutienne le parti d’extrême gauche française le “Front de Gauche”.

Nous avons posé la question à Gerard Gomez pour savoir si celui-ci ressentait de la frustration sur le fait de soutenir un gouvernement de centre-droit. Il répond par la négative arguant du fait que ERC et CIU ont en point commun la recherche de la liberté pour le pays catalan, et qu’une fois l’indépendance acquise des avancées sociales seront votées dans des secteurs comme l’avortement ou les expulsions de logements ce qui est impossible selon lui à l’heure actuelle à cause du gouvernement central. Il ajoute qu’ERC pourrait rentrer au gouvernement une fois que le président Mas aura annoncé la date du référendum.

Pour terminer Gerard Gomez affirme qu’il ne veut ni pacte fiscal, ni autres propositions autres que l’ indépendance, car à chaque fois que la Catalogne a négocié avec Madrid les choses ne sont jamais arrivées à terme, il prend pour exemple l’Estatut. Enfin , si référendum il y a, et que la réponse est un “NON” à l’indépendance, Gerard Gomez déclare qu’il faudra écouter la volonté du peuple. Il espère en revanche que si la réponse est un “OUI” à l’indépendance, le camp du “NON” saura aussi accepter le résultat.

 

Écouter l’intégralité de l’interview de Gerard Gomez surEquinox Radio Barcelone

 

……………