Search for content, post, videos

Alberto Diaz : “Je ne veux pas d’une nouvelle mosquée à Barcelone”

barcelone

Les Français résidant à Barcelone pourront voter aux prochaines éléctions municipales du 24 mai. Equinox Radio reçoit dans son émission le Cercle les différents candidats à la Mairie de Barcelone.

Cette semaine, le candidat Partido Popular, le parti de Mariano Rajoy, Alberto Fernandez Diaz a répondu aux questions de la rédaction d’Equinox.

L’islam et l’immigration à Barcelone

Alberto Fernandez Diaz a pris fermement position contre la construction d’une mosquée à Barcelone avec des termes relativement durs que rapporte le journal catalan el Periódico : “Construire cette mosquée implique un investissement économique qui pourra seulement venir de familles ou de pays qui ont des valeurs contraires à celles des Européens. Ce sont nos adversaires et ils détestent tout ce que nous représentons”. Sur Equinox Radio le candidat du PP réitère ses propos, il refuse la comparaison avec la mosquée de Madrid qui collabore avec le gouvernement local du Partido Popular car selon lui, elle a été construite à une autre époque, “aujourd’hui on se poserait la question“. Il rappelle cependant que la Catalogne est une terre d’immigration mais le mieux pour Alberto Fernandez Diaz  est que l’Europe aide financièrement les pays les plus pauvres afin d’éviter qu’ils émigrent en Espagne: “il faut être exigeant avec les gens que nous accueillons“.

Le candidat PP évoque le Front National de Marine Le Pen disant qu’il ne sait pas d’où viennent ses électeurs,  que ce sont des gens de gauche et de droite qui votent pour ce parti. Par conséquent selon lui le Front National est un est mouvement extrême mais ce n’est pas un parti d’extrême droite. D’ailleurs, selon Alberto Fernandez Diaz,  “l’extrême gauche et l’extrême droite c’est la même chose“. Il fait une référence au mouvement Podemos qui  selon lui manque de valeurs démocratiques et est lié à des pays autoritaires comme le Vénézuela.

Le tourisme et le bruit à Barcelone

Le candidat du PP répond à Alfred Bosch le candidat de la gauche républicaine qui a demandé de remettre de l’ordre à Barcelone. Selon le leader du PP, ERC vote toujours contre les ordonnances municipales qui visent à réguler la sécurité à Barcelone. Il prend en exemple le cas de l’expulsion des marginaux et anti-systèmes de Can Vies qui a mal tourné. Diaz a soutenu le maire Trias contrairement à ERC.

Il souhaite comme tous les candidats réguler les appartements touristiques et condamne comme l’ensemble de l’opposition le bilan du maire sortant Xavier Trias en la matière. Il propose de regrouper tous les appartements touristiques dans les mêmes immeubles avec une conciergerie afin de ne plus gêner les voisins.

Alberto Fernandez Diaz  dit souhaiter concilier tradition et modernité, socialement et économiquement.

Les transports publics de Barcelone

Lors des premières années du mandat de Xavier Trias, les budgets de la Mairie ont pu être votés grâce au soutien du Partido Popular. En revanche le dernier budget 2015 a été voté avec l’appui des socialistes en échange d’une baisse du prix du ticket T10 de métro. Le Partido Popular a t-il donc voté des budgets qui incluaient la hausse du tarif des tickets de transport alors que les socialistes ont voté la baisse ?  Alberto Fernandez Diaz s’inscrit en faux et dénonce un coup de com’. Il rappelle que c’est l’ATM, composée de la régie des transports, de la Generalitat et de la Mairie, qui fixe les tarifs. Il rappelle aussi que seule la T10 a baissé et non l’ensemble des tarifs. Si il est élu Maire, il déclare procéder à un gel des tarifs durant 4 ans ainsi qu’à l’ouverture du métro de Barcelone toute la nuit du vendredi (comme c’est déjà le cas pour la nuit du samedi).

L’indépendantisme catalan

Un responsable du gouvernement catalan confiait à Equinox, que la Generalitat attendait les élections générales en misant sur un affaiblissement du PP qui perdrait sa majorité absolue pour négocier de nouveaux avantages pour l’autonomie catalane. Alberto Fernandez Diaz  ne croit pas en cette hypothèse rappelant que “si l’Espagne va bien, la Catalogne va bien et à l’inverse si l’ Espagne est faible, la Catalogne le sera aussi“. Il ajoute que l’on n’est pas encore selon lui dans une hypothèse de coalition PP-PSOE au niveau du gouvernement central, mais en cas d’urgence, comme en Allemagne, c’est une option envisageable pour consolider l’économie.

Par ailleurs, concernant le retour des corridas à Barcelone si la loi change, les taureaux pourront revenir à Barcelone, Alberto Fernandez Diaz se déclare contre les interdictions qui attentent aux libertés.

Les relations avec les autres partis politiques

Pour le leader du Parti Populaire, Ciudadanos n’est pas un parti nouveau car ils sont déjà au Parlement de Catalogne. Cependant il déclare que son adversaire n’est pas Ciudadanos mais le drapeau indépendantiste de Xavier Trias et l’extrême gauche d’Ada Colau. Pour lui il y 3 projets à Barcelone : le Partido Popular, les indépendantistes et les populistes de l’extrême gauche.

Tout comme le candidat socialiste Jaume Collboni, Alberto Fernandez Diaz pense que Xavier Trias a raté son mandat car il a plus été un délégué de la Generalitat aux ordres d’Artur Mas qu’un maire de Barcelone.

Enfin, Alberto Diaz  appelle les Français de Barcelone a voter pour lui, car son parti est celui qui ressemble le plus aux mouvements français pour faire barrage à la gauche.

Écouter l’interview intégrale en podcast