Search for content, post, videos

Un photographe arrêté au bureau de vote de Marine Lepen à Hénin-Beaumont

L’image du photographe arrêté en marge du vote du premier tour de l’élection présidentielle à Hénin-Beaumont a fait le tour du monde. 

Le photographe suivait les Femens depuis deux ans

En période d’état d’urgence, la sécurité est sur les dents. C’est ainsi, selon les premiers éléments que le photographe freelance Jacob Khrist, a pu être arrêté à Hénin-Beaumont. Et suite à cette arrestation musclée, certaines questions restent en suspens. La cause de ces arrestations en pagaille dont a été victime le photojournaliste? L’arrivée des Femen qui ne manquent pas une occasion de s’inviter dans la campagne de la candidate du Front national. On peut donc penser qu’il y a un lien de cause à effet entre l’arrivée surprise des Femen et le fait que ce photographe soit présent pour immortaliser la scène. A-t-il été averti de leurs venues à l’avance ? A-t-il de lui-même participé à ce que l’on peut qualifier de trouble à l’ordre public? Le commissariat de Lens n’a toujours pas donné de réponse.

D’ailleurs, Jacob Khrist suit les Femen, féministes que l’on peut voir s’agiter seins nus lors de manifestations importantes pour protester, depuis déjà quelques années. Un photographe freelance recherche toujours la photo choc qui créera le buzz. Une photo qu’il pourra alors retoucher avec un logiciel spécialisé comme celui sur cette page, et qu’il pourra alors revendre au prix fort.

Une journaliste espagnole immortalise l’arrestation

La vidéo qui montrait l’arrestation musclée du photographe a été capturée par la journaliste espagnole Carmen Diaz Gonzales qui a par ailleurs écrit “voilà comment le service de sécurité de Marine Le Pen traite la presse. Écoeurant”. L’homme a été plaqué au sol par deux hommes qui l’ont écrasé et ont menacé son matériel, puis placé en garde à vue. Son agence a indiqué dimanche dans un communiqué que l’arrestation était “inadmissible” et “violente” alors que le photographe “était dans l’exercice de son métier”.

Le photojournaliste a finalement été libéré et le parquet a assuré que pour sa part  “aucune suite n’est donc donnée en ce qui le concerne”.