Search for content, post, videos

Pourquoi les Espagnols s’appellent-ils “tío” entre eux?

“Tío” ou “tía”, impossible de ne pas entendre ces mots si répandus en espagnol au quotidien. Ces termes font partie du langage courant, leur introduction dans la langue remonte à plusieurs siècles.

En langue espagnole, le terme “tío” ou “tía” au féminin se traduit tout d’abord par “oncle” et “tante”, mais il correspond également à un mot plutôt familier. “Tío” est souvent utilisé au cours d’une phrase pour désigner n’importe qui ou attirer l’attention de quelqu’un quand on s’adresse à lui. En français, on pourrait traduire cette expression par “mec” ou “meuf”, bien que “tío” et “tía” sont plus intégrés dans le langage courant. À Barcelone ou ailleurs, il n’est pas rare d’entendre un Espagnol placer ce vocable.

Origine grecque

L’origine de ce mot s’avère très ancienne. Selon Gabriel Laguna, professeur de philologie latine à l’Université de Córdoba, “tío” vient du grec “theios” [θεĩος]. Étymologiquement, cela signifie “divine” ou “de nature divine”. Le terme s’utilisait comme une distinction honorifique, c’est-à-dire dans le sens de respectable. “Theios” s’est peu à peu intégré dans le lexique du latin vulgaire, soit le latin parlé par le peuple, de quelques royaumes d’Occident pour évoluer dans les langues romanes. Il devient finalement “tío” en espagnol et “zio” en italien, certainement au VI après J.C pour le spécialiste.

Tout d’abord, “tío” était un titre de respect, mais plutôt utilisé dans un contexte familial ou rural. Il désignait les personnes qui étaient inférieures aux titres de “Señor” et “Don”. Cette explication s’illustre dans le roman “La Vida de Lazarillo de Tormes” datant de 1554 où le terme “tío” est employé par Lazarillo pour s’adresser à une personne âgée aveugle. Le mot servait également à qualifier le frère d’un père ou une mère. Avec le temps, la définition de “tío” se fait plus imprécise, puisque celle du parent s’est ajoutée dans le langage. Mais les deux cohabitent aujourd’hui.

Évolution au XXe siècle

Plus tard, le mot est cité dans l’étude “Le délinquant espagnol” de Rafael Salillas en 1896, puis dans le Dictionnaire de l’argot espagnol de Luis Besses en 1905. Dans ce dernier ouvrage, “tío” désigne alors un “homme insignifiant”, “un individu qui a un portefeuille avec des valeurs”. Pour une femme, “tía” exprime “une femme rustique et grossière”. Les spécialistes du langage affirment que le mot a donc perdu de la valeur avec le temps, mais il a fini par s’utiliser si communément que son caractère plutôt péjoratif s’est effacé pour laisser place à ce qu’il est aujourd’hui.