La Castanyada, Halloween façon catalane

par Cathy Dogon

Les feuilles des arbres tombent peu à peu et les jours se terminent plus tôt. Ça y est, c’est sûr, on est bien en automne ! Les Espagnols ont pris l’habitude depuis quelques décennies de célébrer cette entrée dans la saison. Et bien sûr, ça se passe autour de la table.

A partir du 31 octobre, la Castanyada met à l’honneur la cuisine avec les fruits et légumes du moment. On mange les châtaignes cuites au four, ou sur le feu, avec une pointe de sel et du Moscatel. Ce vin doux blanc et sucré est servi surtout à cette période de l’année. Vous aurez peut être déjà croisé les nombreux castanyeros et casteñeras dans les rues de Barcelone : ces confiseurs de castañas asadas assis dans leur guérite vendant le fruit au kilo ou déjà cuit.

La fête est célébrée dans tout le pays et chaque région a ses propres coutumes. Et les Catalans ne dérogent pas à la règles : la Castañada devient la Castanyada et l’on retrouve sur les tables de nouveaux mets : des panellets, ou “petit pain” que l’on sert un dessert à base de pâte d’amande et de sucre, des boniatos (ou patate douce en français) et des fruits confits.

Si c’est cette fête est surtout culinaire, c’était pour accompagner les croyants durant la Toussaint et particulièrement pour célébrer la Nuit des défunts. Le repas de la Castanyada est alors resté dans les moeurs le soir du 31 octobre ou du 1er novembre, bien que la célébration de la châtaigne dure jusqu’à décembre.

Un conte pour les enfants

Cette alternative au Halloween américain et horrifique a aussi ses légendes. L’automne a inspiré aux Espagnols l’histoire de Tana, une castañera attentionnée, sous forme de conte.

La vendeuse de châtaignes, emmitouflée dans sa robe épaisse et son chal, un foulard sur la tête,  avait pour habitude d’en offrir quelques-unes aux enfants qui sortaient de l’école. Attentionnée, elle leur racontait des contes, qu’ils croyaient les yeux fermés. Mais une autre castanyera espérait avoir autant de succès que Tana, et lui vola son lot de châtaignes. En vain. La séduction ne prit pas et les enfants coururent immédiatement chez leur castenyera préférée pour la consoler. Une leçon pour la castenyara voleuse qui vint s’excuser. Les deux femmes devinrent finalement amies et parvinrent à vendre toutes deux des chataignes.

Plusieurs événements fleurissent dans la ville à cette occasion et particulièrement dans les associations culturelles ou de quartiers. Cette année, crise catalane oblige, les indépendantistes organisent une castanyada dans les rues de Barcelone pour protester contre le verdict du procès judiciaire.

Recommandés pour vous

Accepter la politique de confidentialité. Accepter Lire plus

Normes légales