Pollution: Barcelone déclare l’urgence climatique

par Rédac Equinox Radio Barcelone
pic de pollution barcelone catalogne

Barcelone proclamera mercredi prochain l’urgence climatique. La maire Ada Colau ambitionne une réduction drastique de la mobilité en voiture particulière, multipliera la génération d’énergie solaire dans les bâtiments privés et encouragera la réhabilitation énergétique des logements.

Présentée officiellement mercredi, la déclaration d’urgence climatique a été élaborée en cinq sessions participatives avec 200 entités et 300 personnes. Cet état d’exception écologique pour Barcelone frappera tous les fronts de la pollution. La mairie affiche son objectif de réduire le plastique à usage unique, faciliter le recyclage des ordures ménagères, et pacifier les rues. Lors de la campagne électorale Barcelona En Comú, le parti de la maire Ada Colau, avait proposé de convertir une rue sur trois en axe vert dans le quartier de l’Eixample saturé de voitures. Pour aller dans ce sens, la ville devrait multiplier les coupures ponctuelles des grandes artères de communication pendant les vacances.

Le consistoire de Barcelone prévoit également de créer la figure d’un responsable environnemental dans chaque quartier de la ville. Ada Colau souhaite aussi implanter une batterie de mesures afin réduire la pollution sonore et la consommation de viande dans les écoles. Enfin, dans le cas de l’aéroport, le maire se déclare favorable à l’élimination des vols courts ayant une alternative en train, comme le pont aérien avec Madrid.

Les associations veulent aller plus loin

Le Plan Climat 2018-2030 de la mairie prévoit une réduction des gaz à effet de serre de 45% d’ici 2030 par rapport aux chiffres enregistrés en 2005. Mais les entités environnementales (les vendredis pour l’avenir, Rebel·lió o Extinció et Moviment per la Justícia Climàtica) exigent un horizon plus exigeant: jusqu’à 55% de réduction en prenant comme référence l’année 1990, conformément à la réglementation européenne. En 1990, il y avait moins d’émissions qu’en 2005. Les associations de défense de l’environnement demandent de stopper la croissance des infrastructures comme le port ou l’aéroport, de créer un péage urbain dissuasif pour réduire l’entrée de véhicules à Barcelone et fermer l’incinérateur Tersa.

Les sources de pollution à Barcelone sont multiples : les véhicules à moteur génèrent 50% de la détérioration de la qualité de l’air, le port 40% et les usines 10%.

Recommandés pour vous

Accepter la politique de confidentialité. Accepter Lire plus

Normes légales