Le dictionnaire de Barcelone : lettre E

Publié le Mis à jour le
DICO DE BARCELONE

DICTIONNAIRE DE BarceloneTous les dimanches, Equinox publie son dictionnaire de Barcelone. Aujourd’hui la lettre E. 

Eixample

L'Eixample, un proyecto visionario que pensó la Barcelona de hoy hace 150 años - Barcelona Secreta

Eixample signifie « extension » en catalan. Le quartier est né en 1859 , en plein révolution industrielle, et a été conçu comme une extension urbaine planifiée. Créé par l’urbaniste Ildefons Cerdà, ce plan de réforme et d’aménagement de la ville est pensé pour désengorger le centre arrivé à saturation, peu après la démolition des remparts médiévaux. Près d’un siècle sera nécessaire à sa mise en place. Le quartier s’étend tout en longueur et est divisé en deux par le Passeig de Gràcia. De part et d’autre se trouvent l’Eixample dreta et l’Eixample esquerre. Sorti de terre au moment où l’art nouveau est à la mode dans la capitale catalane, le quartier prend rapidement l’allure de musée à ciel ouvert dans lequel il est possible de découvrir les plus beaux monuments modernistes de la ville. Antoni Gaudí y réalisera une grande partie de ses œuvres, dont la Sagrada Familia, la Casa Batlló ou encore la Casa Milà.

Enard  (Mathias)

Mathias Énard : "Boussole est un roman mélancolique mais un roman d'espoir"

Mathias Enard, lui-même Barcelonais d’adoption, a écrit le livre La Rue de Voleurs dans lequel nous redécouvrirons ici la ville. La Rue des Voleurs, publié en août 2012, nous plonge dans la Barcelone de la crise économique avec un lieu central qui donnera son nom au livre : la Carrer Robadors (la « Rue des Voleurs »). C’est certainement l’une des artères les moins attrayantes de la ville, en plein quartier populaire du Raval, où se mêlent histoires des Misérables modernes, migrants, prostituées, dealers et jeunes désœuvrés, où se perdent parfois “des touristes ivres morts”. La face la plus sombre de Barcelone est ici, celle qui a toujours fasciné les écrivains français, transmettant à notre mémoire collective l’image d’une ville canaille où tout est permis. Elle fascine aussi Mathias Enard qui avait installé carrer Robadors son bureau d’écriture.  “Ma rue était l’une des pires du quartier, l’une des plus pittoresques si l’on veut; […] rue des putains, rue des drogués, des ivrognes, des paumés en tout genre” raconte le jeune Marocain Lakhdar, héros du roman.

Encants (marché historique des)

marché barcelone

À l’image d’un marché aux puces, le Mercat dels Encants propose une foule de babioles et de choses (à part des aliments), allant de la vaisselle aux vêtements en passant par des antiquités et de la décoration à bas prix. Mais si l’on y va, c’est moins pour ses bonnes affaires que pour sa structure impressionnante : els Encants est recouvert d’un haut toit de métal irrégulier, semblable à plusieurs miroirs, qui reflètent les stands qui se situent en-dessous. Ainsi, on peut voir ce qu’il se passe à l’intérieur du marché tout en étant à cent mètres de celui-ci.  Ce marché est certainement l’un des plus anciens de Barcelone, puisqu’il existe depuis 1300. Cependant, il n’est à moitié couvert que depuis 2013. Pour l’anecdote, le marché dels Encants organise encore des enchères (c’est l’un des derniers marchés européens à conserver cette tradition), qui ont lieu tous les matins avant l’ouverture. On peut donc aller les écouter, puis manger un bout dans l’un de ses bars-restaurants tout en regardant le marché fourmiller dans les miroirs qui lui servent de ciel.

Escalivada

Escalivada barcelona

Accompagné de fromage catalan ou de pata negra, l’escalivada est adorée des Barcelonais. C’est un mélange d’aubergines, d’oignons, de tomates et de poivrons lentement grillés et confits au four. Servis tièdes ou froids, les légumes coupés en lanières sont assaisonnés d’un filet d’huile d’olive.

Escudella i galets

Receta de escudella i carn d'olla - Unareceta.com

C’est l’un des repas de Noël par excellence, que les Catalans dégustent en famille le 25 décembre. « Il s’agit d’un bouillon cuit durant trois ou quatre heures avec des légumes, du veau ou du poulet », détaille le chef catalan Carlos Martínez Agut. « On l’accompagne de pâtes appelées ‘galets’, fourrées avec la viande et les légumes de la cuisson du bouillon. C’est une soupe très nourrissante ! »

Espadrille

DSC06412 2 11

Photo : Clémentine Laurent/Equinox

On se dispute presque partout en Espagne (et même en-dehors) l’origine de l’espadrille. À Barcelone, on est convaincu que l’espardenya est catalane. Mais, même s’il est vrai qu’elle varie en fonction des régions, l’espadrille est vieille comme le monde et attribuable presque à tous les peuples. Si elles sont à l’origine portées par les paysans, les espadrilles s’adaptent, au fur et à mesure, au pied de tous : militaires, ouvriers, bourgeois barcelonais du début du XXème siècle et même républicains durant la guerre civile, comme symbole d’opposition au fascisme. Mais avec l’arrivée de l’industrie et la fabrication rapide et bon marché de chaussures, l’espadrille aurait bien pu disparaître des pieds des Catalans. Si elle a survécu aujourd’hui, c’est grâce à deux choses : la tradition et la mode. « À l’origine, les mossos d’esquadra portaient des espadrilles typiques de Valls, car c’est là qu’elles ont été créées au XVIIIème siècle. Et encore aujourd’hui, la tenue de gala des mossos conserve ce type d’espadrilles », raconte avec fierté Joan Carles Tasies Martínez propriétaire de l’atelier historique La Manual Alpargatera à Barcelone.

Espanya (Plaça)

Plaza de Espanya | Hop on Hop Off Barcelona

C’est l’une des places les plus importantes de Barcelone, qui se situe à la croisée des quartiers de l’Eixample, Sant Antoni et Hostafrancs, et au pied de Montjuïc. Y passent la Gran Via de les Corts Catalanes et l’Avinguda del Paral·lel, deus artères de la ville. La place est monumentale, et l’une des plus impressionnantes de Barcelone : on y trouve les anciennes arènes de Barcelone transformées en centre commercial, la Fira de Barcelone, deux tours vénitiennes et le Musée national d’art de Catalogne, tous construits pour l’Exposition internationale de 1929. Sa fontaine monumentale, au milieu du rond-point, est elle aussi emblématique et a été imaginée par Josep María Jujol, architecte qui a travaillé avec Antoni Gaudí.

Avec 34 000 mètres carrés de superficie, la Plaça d’Espanya de Barcelone est la seconde plus grande place d’Espagne, après la place éponyme de Madrid. Pour mieux l’admirer, rien de tel que de prendre un peu de hauteur et de monter sur la terrasse du centre commercial Arenas.

Estació de França

Estació de França - Visit Barcelona

Construite au XIXe siècle puis rénovée au XXe siècle pour recevoir l’Exposition universelle de 1929, la gare de France est devenue l’un des lieux qui caractérisent le plus la ville de Barcelone. En 1926, l’ingénieur Andreu Muntaner et l’architecte Pedro Muguruza ont tous deux unis leurs efforts pour ériger une gare moderne et élégante, afin d’abriter la première ligne ferroviaire reliant l’Espagne à la France, d’où son nom : estacio de França. Trois ans plus tard, en 1929, la gare est inaugurée par le roi d’Espagne Alfonso XIII et accueille la fameuse Exposition universelle. La gare de France est souvent considérée comme la plus belle de la ville. Elle montre un mélange de styles classiques et plus modernes avec ses décorations en marbre, bronze et cristal ainsi que ses sculptures modernistes. L’une des principales prouesses architecturales est son lobby intérieur de style noucentiste, construit à l’occasion de l’Exposition universelle, par deux architectes de renom : Raimon Duran Reinals et Pelagi Martínez Aparicio. Par ailleurs, une élégante horloge surplombe le hall, et une grande maquette présente la gare dans son ensemble. Au sein de cette gare, il est difficile de passer à côté du grand nombre de représentations de hiboux que l’on peut trouver à la fois sur ses façades intérieures et extérieures. Leur présence visait dans un premier temps à effrayer les pigeons qui entrent dans la gare. Cependant, aujourd’hui, ils sont devenus l’un des éléments les plus photographiés par les visiteurs de l’édifice.

Esteve (Sant)

26 décembre

La tradition de célébrer la Sant Esteve le 26 decembre en Catalogne remonte au Moyen-Âge, lorsque la région était sous la domination des Carolingiens, alors qu’une bonne partie du reste de la péninsule était dirigée par les Goths. Les dirigeants étant différents, mais aussi les évêchés (institution catholique qui gère un territoire), les valeurs et les traditions n’étaient pas les mêmes. En Catalogne, les Carolingiens avaient une vision très familiale, en particulier pour les célébrations. Pour Noël, le 25 décembre, il était indispensable que tous les membres d’un clan, proches comme éloignés, se retrouvent dans la maison familiale pour célébrer la naissance du Christ… quitte à devoir traverser tout le territoire pour cela. Voyager se faisait à cheval, en chariot, ou à pied pour les plus modestes. Les trajets étaient plus longs, plus laborieux et, en hiver, bien plus froids qu’aujourd’hui. De plus, les lampadaires n’existaient pas encore (l’éclairage public ne commence à apparaître qu’au XVe siècle, dans les villes espagnoles), il était donc parfois dangereux d’être à l’extérieur une fois la nuit tombée. La solution des Carolingiens ? Donner un jour non travaillé aux habitants, le lendemain de Noël, pour qu’ils puissent rentrer sains et saufs chez eux. La date correspond au jour de la Saint-Étienne, le jour de la « Sant Esteve » est donc férié depuis en Catalogne.  Cette célébration n’existe pas dans la majorité des autres régions espagnoles, aujourd’hui, car elles dépendaient souvent de l’évêché de Tolède, contrairement à la Catalogne dirigée par l’évêché de Narbonne. C’est donc une (autre) fête typique de la région, à l’occasion de laquelle les habitants cuisinent leurs célèbres ‘canelons‘, des sortes de cannelloni fourrés à la viande et aux légumes, restes du repas de Noël.

Estrella Damm

Damm - Cerveza Estrella Damm, Caja de 12 Botellas 25cl | Cerveza Lager Mediterránea, Receta Original 1876, 100% Ingredientes Naturales, en Botellín : Amazon.es: Alimentación y bebidas

L’Estrella Damm est l’une des bières les plus populaires de Catalogne et de Barcelone, également vendue dans les Baléares et à Valence. Créée par un couple d’Alsaciens à Barcelone en 1876, August et Mélanie Kuentzmann Damm, qui fuyaient la guerre franco-prussienne, elle plaît particulièrement aux Barcelonais car elle est très légère. Au départ, elle s’appelait même la « Strasburger Bier », la « bière de Strasbourg », avant qu’elle ne soit popularisée par son étoile comme symbole, « estrella ». C’est une bière dite « lager », à base d’orge, de riz et de houblon et fermentée pendant trois semaines. Elle contient 5,4 % d’alcool et se sert bien fraîche. Elle est aujourd’hui produite à Lleida, en Catalogne.

Eulalia (Santa)

santa eulalia 1

Si aujourd’hui, Santa Eulàlia rime avec des festivités autour du 12 février, la vie de cette jeune chrétienne n’a pas été pour autant joyeuse. Il faut remonter à l’époque romaine pour comprendre l’une des légendes les plus célèbres de Barcelone. Née en 290, Eulàlia grandit dans une éducation chrétienne aux alentours de Barcino, qui était le nom de la capitale catalane. La ville était plus petite, ainsi Eulàlia vivait à ce qui correspond aujourd’hui au quartier de Sarrià. L’empereur Diocleciano, en fonction entre 284 et 305, persécutait les chrétiens. À seulement 13 ans, Eulàlia décide de se rendre à Barcino pour rencontrer le gouverneur et dénoncer la répression impitoyable. La jeune fille, refusant de renoncer à sa foi chrétienne, est condamnée à treize supplices au rythme d’un an par an, correspondant à l’âge d’Eulàlia. Le premier supplice pour la chrétienne fut d’être emprisonnée avant d’être fouettée. Par la suite, elle a été attachée pour être brûlée, mais aussi enfermée dans un tonneau rempli de morceaux de verre et d’objets pointus, avant qu’il soit lancé dans les rues. Eulàlia finit par être crucifiée en 304, sur une croix en forme de X, avant d’être canonisée en 633.  Le souvenir d’Eulàlia plane encore aujourd’hui sur Barcelone. Elle est enterrée dans la crypte de la cathédrale. Cette dernière abrite en permanence treize oies pour rendre hommage à la sainte et rappeler ses terribles souffrances. Des images de la patronne se répartissent également dans la ville, notamment à la mairie. Les fêtes qui portent son nom existent depuis le XVIII, mais elles sont devenues incontournables dans les années 80.

Lire aussi :

la lettre A

la lettre B

la lettre C

la lettre D

medecin français à Barcelone

Recommandé pour vous