Dictionnaire de Barcelone : lettre I

Publié le Mis à jour le
DICO DE BARCELONE

DICTIONNAIRE DE BarceloneTous les dimanches, Equinox publie son dictionnaire de Barcelone. Aujourd’hui la lettre I.

 

Insultes

insultes catalan

La langue catalane a beau être représentée par de grands hommes (et femmes) de lettres, comme Verdaguer, elle reste aussi une source inépuisable d’expressions amusantes. Voici la liste (non-exhaustive) des insultes catalanes les plus drôles et improbables. Pixapins : Littéralement, un “pisse-sapins”. C’est une insulte, ou du moins une façon peu aimable d’appeler les citadins qui se rendent occasionnellement à la campagne et qui agissent de manière parfois irrespectueuse, en urinant un peu n’importe où par exemple.  Panxacontent : On pourrait le traduire par “ventre content”, mais cette expression n’a rien à voir avec la nourriture. Elle désigne une personne qui agit d’abord et réfléchit ensuite, quelqu’un qui fait des choses qui n’ont pas de sens et ne s’en préoccupe pas. Baliga-balaga : Cette expression, que l’on ne peut pas vraiment traduire littéralement, est utilisée en catalan pour désigner un bon à rien, un charlot, quelqu’un qui fait le guignol et n’est pas sérieux.  Pastanaga : Si ce mot veut littéralement dire “carotte” dans le langage courant, on appelle aussi ‘pastanaga’ les personnes qui perdent un peu la raison, qui sont peu lucides. Cul d’olla : On pourrait traduire cette insulte par « fesses de casserole », ou « derrière de cocotte », pour être moins familier. Il n’empêche que cette expression plutôt vulgaire désigne un minable, un nul, un bon à rien. Mitjamerda : Les Anglais disent « litte shit », les Français « petite merde », et les Catalans… « demi-merde ». Ce qui désigne quelqu’un de lâche, de peureux, qui ne vaut rien. Carallot : signifie littéralement “tête de gadoue” et est utilisée pour désigner un idiot, quelqu’un de stupide, un imbécile, simple d’esprit. Aixafaguitarres veut dire “écrase-guitares”. Elle désigne en fait les trouble-fêtes, les personnes rabat-joies.

Près de cent ans après l’arrêt des travaux, le grand amphithéâtre de l’Escola industrial de Barcelone est enfin achevé et prêt à accueillir 600 personnes.

Industrial (escola)

Escola industrial de Barcelone

Pendant 90 ans, on ne le connaissait que sous sa forme inachevée, brique et béton apparents. Mais l’amphithéâtre de l’Escola industrial de Barcelone a finalement été terminé et inauguré en 2022. La construction de l’espace avait commencé en 1926, mais la crise économique et le changement politique stoppèrent les travaux seulement trois ans plus tard, laissant l’amphithéâtre comme abandonné, jusqu’en 2017.  À cette date, la Diputación de Barcelona, propriétaire du bâtiment situé carrer del Comte d’Urgell, décide d’investir huit millions d’euros pour terminer les travaux. Historiquement, l’édifice avait été inauguré en 1870. C’était à l’origine une usine textile appartenant aux frères Batlló i Batlló. Elle fonctionna jusqu’en 1889, passant ensuite aux mains de la province de Barcelone au début du XXème siècle. Aujourd’hui, l’amphithéâtre est un espace large et lumineux, grâce à la coupole qui le couronne.  Il servira de salle polyvalente à l’institution éducative, pouvant accueillir jusqu’à 600 personnes.

Industriel (ancien quartier)

industrie barcelone

Longtemps surnommé « le Manchester catalan » pour ses nombreuses usines, le quartier de Poblenou a connu une transformation surprenante au cours des dernières années. Autrefois, le territoire sur lequel se situe aujourd’hui le quartier branché de Barcelone n’était qu’une zone humide proche de l’embouchure du fleuve Besos. À partir du XIIe siècle, il devient une zone de pâturage pour le bétail destiné à être abattu à Barcelone. La vie exclusivement agraire de la région va durer jusqu’à la fin du XVIIIe siècle. À cette époque, la zone est considérée comme la zone de l’autre côté de la Ciutadella, construite après 1714. On y construit alors une prison et on y crée le premier cimetière en dehors des murailles. Puis arrive l’ère de l’industrialisation.Le quartier appartenait alors à la ville San Martín de Provensals, qui s’est rapidement développé grâce à l’industrie. À la fin du XIXe siècle, elle accueillait la plus grande concentration d’industries de Catalogne et l’une des plus importantes d’Espagne.  Avec les Jeux Olympiques de 1992, Barcelone s’est ouverte à la mer et Poblenou a pleinement profité de ce renouveau. La Villa Olímpica et le Puerto Olímpico ont permis de donner un second souffle au quartier et de mettre en lumière ses atouts et son potentiel. Si la mer est un point incontestable, Poblenou attire aussi pour ses magnifiques bâtiments industriels du XIXe siècle reconvertis en lofts, en espaces de création ou en galeries d’art. Le charme de la vie de quartier est un atout complémentaire, comme le montre sa rambla avec ses commerces de proximité, bien loin de l’ambiance dénaturée des célèbres Ramblas de Barcelone. La transformation urbaine de Poblenou est encadrée par le projet [email protected], créé par la marie dans l’intention de le transformer en un territoire technologique et innovant de la capitale catalane, tout en respectant les espaces de loisir et de résidence.

 

medecin français à Barcelone

Recommandé pour vous