Procès des indépendantistes catalans – La chronologie des événements

par Rédac Equinox Radio Barcelone
Procès des indépendantistes catalans – La chronologie des événements

6 et 7 septembre 2017

Le parlement approuve la loi encadrant le référendum

L’indépendantisme utilise sa majorité absolue parlementaire pour voter la loi encadrant le référendum qui doit avoir lieu le 1er octobre. La droite et les socialistes quittent l’hémicycle.

Le  7 septembre le Tribunal Constitutionnel espagnol annule la loi du référendum.

Le même jour, la majorité indépendantiste au parlement catalan vote la loi de déconnexion qui prévoit la sécession de l’Espagne si le oui l’emporte lors du référendum. De nouveau, l’opposition quitte l’hémicycle.

Cette deuxième loi sera suspendue par le Tribunal Constitutionnel espagnol .

Le parquet dépose une plainte contre le gouvernement de Carles Puigdemont pour désobéissance, détournement et malversation.

11 septembre 2017

Diada, la fête nationale de Catalogne

Comme chaque 11 septembre, les souverainistes catalans descendent dans la rue pour demander l’indépendance à l’occasion de la fête nationale.

A moins de trois semaines du référendum, la Diada a réuni un million de participants, selon la police municipale de Barcelone.

20 septembre 2017 

Manifestation devant le ministère de l’Économie

Le juge de la 13e chambre de Barcelone ordonne de perquisitionner le ministère catalan de l’Économie et de la vice-présidence de la Catalogne dirigé par Oriol Junqueras.

La Guardia Civil estime que le siège de ce ministère est le point névralgique de l’organisation du référendum et place en garde à vue 14 hauts fonctionnaires du gouvernement catalan.

Une manifestation monstre soutenue par les associations ANC et Òmnium bloque les allées et venues de la Police espagnole jusqu’à l’aube.

C’est un des moments clés du procès. Jordi Sanchez et Jordi Cuixart, respectivement présidents de l’ANC et Omnium, sont accusés par le tribunal d’avoir organisé une manifestation comportant des violences contre la police espagnole. Ce que les accusés placés en détention provisoire depuis le 16 octobre 2017 réfutent. De nombreuses vidéos à charge et décharge seront projetées durant le procès.

voleurs barcelone

27 septembre 2017

Ordre de fermeture préalable des bureaux de vote

Le Tribunal Supérieur de justice catalan ordonne à la police de Catalogne, les Mossos d’Esquadra, de fermer tous les bureaux de vote.

Majoritairement ce sont des écoles primaires, dans lesquels sont massées des familles entières qui organisent tout le week-end, jour et nuit, des activités sportives et culturelles afin de justifier leur présence et empêcher la police de sceller les établissements.

mesa-electoral-referendum-1-o-sergi-alcazar-03

1er octobre 2017

Le référendum

Le référendum interdit se déroule dans un climat de violences avec de lourdes charges de la police espagnole. Le parquet accuse le gouvernement de Carles Puigdemont et les responsables associatifs d’être responsables des violences en ayant refusé d’annuler le référendum. C’est un des grands axes du procès.

Participèrent ce jour-là 2.286.217 personnes (43% du corps électoral): 2.044.038 votèrent “oui”, 177.547  “non”, 44.913 blancs et 19.719 nuls.

16 octobre 2017 

Détention provisoire de Jordi Sanchez et Jordi Cuixart

La juge Carmen Lamela envoie Jordi Sànchez et Jordi Cuixart en détention préventive.

Les responsables associatifs sont inculpés pour sédition après la manifestation du 20 septembre.

Ils sont incarcérés dans la prison de Soto del Real à Madrid.

27 octobre 2017

Déclaration unilatérale d’indépendance et article 155

En l’absence de l’opposition qui a quitté l’hémicycle, la majorité indépendantiste vote une motion reconnaissant l’indépendance de la Catalogne.

Le Sénat espagnol donne l’autorisation au Premier ministre Mariano Rajoy d’appliquer l’article 155 de la Constitution qui suspend l’autonomie politique de la Catalogne.

Mariano Rajoy destitue Carles Puigdemont et ses ministres et dissout le parlement régional, convoquant de fait des élections législatives catalanes le 21 décembre.

30 octobre 2017

Exil de Carles Puigdemont en Belgique

Accusés par le parquet de rébellion, délit passible d’une peine de 30 ans de prison, Carles Puigdemont et une partie de son gouvernement partent en exil à Bruxelles.

2 novembre 2017

Les ministres en prison

Les anciens ministres du gouvernement catalan Junqueras, Forn, Romeva, Bassa, Mundó, Borràs, Rull, Turull sont placés en détention préventive.

La juge Llamela dicte un mandat d’arrêt européen contre Puigdemont et les ex-ministres Comín, Puig, Serret et Ponsatí qui ne se sont pas présentés à l’audience.

21 décembre 2017

Elections catalanes

Le parti anti-indépendance Ciutadans arrive en tête de l’élection mais les indépendantistes séparés en 3 listes (Puigdemont depuis Bruxelles, Junqueras depuis la prison et l’extrême-gauche de la Cup) sont majoritaires en nombre de députés et pourront former un nouveau gouvernement.

Accepter la politique de confidentialité. Accepter Lire plus

Normes légales