Search for content, post, videos

La Mairie de Barcelone sanctionne Airbnb et HomeAway

appartement touristique illégal barcelone

Barcelone part en guerre contre les appartements touristiques non déclarés. Les plates-formes Airbnb et HomeAway devront payer 60 000€ d’amendes chacune pour avoir diffusé des annonces de location d’appartements sans licence touristique.

Depuis son arrivée au pouvoir il y a 6 mois, l’équipe municipale d’Ada Colau a fait de la régulation du tourisme l’une de ses priorités. Victime de son succès, Barcelone souffre d’un tourisme massif qui asphyxie peu à peu les quartiers du centre-ville et affecte la vie quotidienne de ses habitants.


Lire aussi : Peut-on louer son appartement à des touristes?


La régulation des appartements touristiques avait fait l’objet de multiples propositions des différents candidats lors de la dernière campagne municipale. Ces appartements dédiés à la location de courte durée (moins de 3 mois) sont tenus de demander une licence touristique auprès de la Mairie de Barcelone et de s’inscrire au Registre du Tourisme de Catalogne. Le nombre de licences octroyées est limité, afin d’assurer un bon équilibre dans la ville. Mais faute de contrôles et de sanctions, de nombreux Barcelonais proposent leur logement au noir, créant de nombreux conflits de voisinage à cause notamment du bruit généré par les touristes à n’importe quelle heure du jour et de la nuit.

D’autres plates-formes dans le viseur de la Mairie

Pour tenter de mettre fin à un phénomène devenu incontrôlable, la nouvelle équipe municipale a rencontré à plusieurs reprises les responsables des plates-formes diffusant les offres de location. Elle leur a demandé de publier uniquement les appartements légalement inscrits au Registre du Tourisme.

Mais Airbnb et HomeAway n’ont pas régularisé leurs publications. L’équipe municipale a ainsi identifié 3929 logements sans licence sur le site HomeAway et 1891 sur Airbnb. Elle a annoncé hier avoir lancé des procédures disciplinaires contre ces deux plates-formes, leur réclamant une amende de 30 000 euros pour avoir « fait la publicité d’appartements touristiques non inscrits au Registre du Tourisme de Catalogne » et une autre amende de 30 000 euros pour « ne pas avoir répondu aux demandes de l’administration ».

Des responsables d’Airbnb ont répondu être « en total désaccord » avec cette décision et ont informé que la plate-forme ferait appel. Janet Sanz, adjointe au maire chargée de l’urbanisme, a quant à elle affirmé que la Mairie prendrait les mêmes mesures contre d’autres plates-formes dans les semaines à venir. Selon l’administration, Barcelone abriterait 9600 appartements touristiques non déclarés.