Search for content, post, videos

Exposition commémorative pour les 30 ans de l’attentat Hipercor Barcelone

attentat eta

Pour les 30 ans de l’attentat du centre commercial Hipercor à Barcelone, une exposition commémorative sera mise en place en 2017. 

En 2017, à l’occasion des 30 ans de l’attentat du centre commercial commercial Hipercor survenu à Barcelone en 1987, une exposition est organisée. Cette dernière a pour objectif de rendre hommage aux victimes, mais aussi de rappeler aux habitants la gravité de cet attentat. L’historien Ricard Vinyes a été nommé il y a deux mois directeur du programme de mémoire de la ville. Il explique que cette exposition « ne s’adresse pas seulement aux victimes et aux proches (…). Notre volonté est de faire une exposition, bien que nous n’avons pas encore décidé du lieu ni de qui va la commissionner ».

L’exposition servira de mémoire, mais elle sera également un moyen d’ouvrir au débat. « Nous voulons que les Barcelonais réagissent (…) on ne va pas parler de terrorisme de façon générale mais de ce qui c’est passé dans la capitale catalane, un des épisodes les plus tragiques qu’ait vécu la ville » précise Ricard Vinyes. Il ajoute que « l’exposition ne devrait laisser personne indifférent ». 

Le programme de mémoire de la mairie de Barcelone met régulièrement en place des initiatives de ce type. Courant février, le centre culturel du Born a même été rebaptisé Born Centre de Culture et de Mémoire. En plus des différentes expositions, il va accueillir à la fin de l’année un cycle nommé Memòries de la ruïna.

L’attentat le plus meurtrier de l’ETA

L’attentat de l’Hipercor a eu lieu le 19 juin 1987 à Barcelone. Ce jour-là le groupe terroriste l’ETA gare une voiture piégée, chargée de 30 kilos d’ammonal et de 100 litres d’essence devant le centre commercial Hipercor, situé avenue Meridiana. Une combinaison explosive qui a fait 21 morts et 45 blessés. L’ETA commet son attaque la plus meurtrière de toute son histoire terroriste. Quatre membres de l’organisation furent condamnés à environ 800 ans de prison chacun : Santiago Arrospide Sarasola, Rafael Caride Simon, Josefa Ernaga et Domingo Troitiño.