L’intégralité du gouvernement catalan va en prison ce soir

Par le 2 novembre, 2017 Crise catalane

Neuf anciens ministres répondaient ce matin à la citation à comparaître envoyée par la juge Carmen Lamena suite à la plainte du procureur de l’Etat pour sédition, rébellion et malversation.  

Ce midi, le procureur a demandé l’incarcération immédiate et sans caution du vice-président Oriol Junqueras et de sept ministres, et une incarcération avec caution de 50.000 euros pour Santi Vila, le ministre des entreprises qui avait démissionné la veille de la déclaration d’indépendance.

Finalement, la juge a décidé d’envoyer l’ensemble du gouvernement en prison sauf Santi Vila qui avait démissionné avant la déclaration d’indépendance

Les ministres incarcérés

L’ancien vice-président Oriol Junqueras est le leader de la gauche républicaine (ERC). Il est donné gagnant dans les sondages lors des élections qui doivent se tenir le 21 décembre. Junqueras était absolument contre la stratégie de Puigdemont de se réfugier à Bruxelles. Les deux hommes qui ne se saluent plus depuis des jours, ont failli en venir aux mains lors des réunions marathons précédant la déclaration d’indépendance. Titulaire de l’économie, Oriol Junqueras avait chapeauté une grande partie de l’organisation du référendum et avait affronté le ministre des Finances espagnol qui avait bloqué les comptes bancaires de la Generalitat.

Jordi Turull est une ancienne gloire de PdeCat, le parti d’Artur Mas. Démonétisé politiquement, le processus indépendantiste l’a remis sur le devant de la scène. D’abord président du groupe majoritaire indépendantiste au Parlement et ensuite porte-parole du gouvernement, il a géré toute la communication du référendum et la diffusion des publicités autour du référendum qui avait été interdites par la justice espagnole.

Raul Romeva est un ancien député européen des écologistes catalans. Il est devenu tête de liste des indépendantistes de Junts Pel Si en septembre 2015. Au ministère catalan des Affaires étrangères, il a été très présent dans toute l’Europe pour tenter de convaincre les États de soutenir l’indépendance de la Catalogne.

Joaquim Forn est membre du Pdecat d’Artur Mas. Il était adjoint à la sécurité à la mairie de Barcelone durant le mandat de Xavier Trias. Il jouit à ce titre d’une bonne réputation au sein de la Guardia Urbana de Barcelone. Ministre de l’Intérieur, il avait plusieurs fois demandé à ce que les Mossos d’Esquadra désobéissent à l’État espagnol. Forn était présent lors de la conférence de presse de Carles Puigdemont mardi à Bruxelles et a tenu des propos très durs contre le gouvernement espagnol

Josep Rull est un membre du PdeCat d’Artur Mas depuis sa jeunesse. Il a sans succès essayé de prendre la tête du parti en 2016. Certains lui prêtent l’intention de vouloir se porter candidat pour son mouvement lors du scrutin de décembre 2017.

Carles Mundó, homme discret, titulaire de la justice, a fait ses premières armes en politique au sein du parti ERC ou il était conseiller municipal à Gurb (Osona). Carles Mundó était un des ministres les plus septiques quant à la déclaration d’indépendance.

Dolors Bassa vient du monde syndical de la ville de Gérone au sein de l’UGT (la CGT catalane). Elle s’est rapprochée d’ERC pour finalement devenir ministre du Travail en janvier 2016.

Meritxell Borràs est une figure historique du Pdecat depuis 1995. Elle a réalisé une grande partie de sa carrière dans la ville de L’Hospitalet de Llobregat. Ministre depuis juin 2015, elle avait montré en privé une grande réticence face à la déclaration d’indépendance. Elle était au côté de Puigdemont à Bruxelles, mais est rentrée mardi soir à Barcelone avec Joaquim Forn.

Le seul ministre libre

Santi Vila, proche d’Artur Mas, est considéré comme l’unique membre modéré de l’ancien gouvernement de Puigdemont. Proche des entreprises et de la présidente du Congrès des députés de Madrid Ana Pastor, Vila a présenté sa candidature contestée pour conduire PDeCAT aux élections de décembre 2017. Il opte pour une collaboration directe avec Madrid. En cas de refus du PDeCAT de l’investir, il créera son propre parti et se présentera à ce titre.

Les mesures coercitives prises aujourd’hui visent à éviter une éventuelle fuite, une récidive ou des destructions de preuves. Lors du procès qui aurait lieu d’ici quelques mois, les ministres catalans destitués risquent des peines de prison allant jusqu’à 30 ans pour avoir organisé le processus séparatiste et la déclaration d’indépendance. L’ensemble du gouvernement destitué était convoqué mais Carles Puigdemont et quatre de ses anciens ministres ne se sont pas présentés et sont restés en Belgique en attente, disent-ils, d’avoir l’assurance de pouvoir avoir « procès équitable ».

Aurélie Chamerois

Journaliste et chroniqueuse dans l’émission « Les News de Barcelone » du lundi au jeudi de 17h à 19h sur Equinox Radio. Cofondatrice d’Equinox et barcelonaise d’adoption depuis 2008, elle couvre l’actualité catalane et espagnole, avec une préférence pour les sujets économie et société. Auteur du guide « Barcelone l’essentiel » aux Editions Nomades.