Search for content, post, videos

Interview Cut Killer à Barcelone

Ecouter Equinox Radio Barcelone

Le deeejay mythique Cut Killer donne une interview exclusive à Equinox Radio Barcelone. Cut Killer en cet été 2014 débarque deux fois à Barcelone pour des gros lives au Razzmatazz, dans le cadre du concept Razz and Bounce. Une fois en juillet une fois en août. Rencontre.

DJ Cut Killer barcelone razzmatazz

Equinox Radio : Il y a deux semaines, nous avons interviewé ton colocataire de studio DJ Snake et d’ailleurs tu as laissé un message disant que tu profitais pour squatter son studio à Miami. Est-ce que tu fais parti de ces artistes comme La Fouine, Booba ou DJ Snake qui trainent un peu à Miami ?

Cut Killer : Non, disons que sur un malentendu on s’est croisé pour la finale de la NBA. Moi qui suis un fervent admirateur de basket et un ami intime de Boris et de Tony Parker, j’assiste à tous les matchs et toutes les finales, enfin à une grande partie des matchs de l’année. On s’est retrouvé à Miami avec Sub Zéro et Snake, et je leur ai fait plaisir, je les ai invité au match.

ER : Ton actualité, un album ou une compil était prévu pour le 7 juillet 2014 , c’est toujours dans les bacs ?

CK : Au final non, on avait un projet avec Def Jam mais il est tombé à l’eau. Les maisons de disques ne sont plus habilitées à faire des choses concrètes, elles veulent faire des trucs relativement commerciaux. Donc dès qu’on propose quelque chose de moins commercial ils ne sont pas opérationnels. Ce qui est sorti le 6 mai 2014 c’est une mixtape regroupant des classiques de l’époque de l’émission Radio Nova quand j’y officiais, là je viens de finir une musique d’un film qui s’appelle “Sous X” qui sortira en octobre novembre, je suis sur la préparation d’un nouveau film de Frank Gastambide, qui avait fait “Les cailleras”, et qui s’appelle “Pattaya”.

ER: Il y a pleins d’auditeurs de Equinox Radio Barcelone qui sont dans la salle ce soir, car nous avons offert des places dans tous les sens. Geoffroy nous a posé une question pour toi, il t’a vu mixer à Paris et il dit que tu es un magicien car on ne voit pas tes mains quand tu mixes et on voulait savoir le truc ?

CK: Il n’y a pas de trucs, je ne suis pas magicien, n’oublions pas que je suis qu’un simple DJ. Après effectivement cela fait 25 ans que je suis dans le métier, on a un background qui nous permet d’être assez large. Ce soir on va se faire plaisir car c’est une soirée thématique hip-hop, je vais la couper en deux parties car je reviens au mois d’août. Donc celle-là va être hip-hop trap car c’est mon délire mais je vais surtout essayer de me faire plaisir car c’est le but. A Barcelone le public est toujours réceptif. J’ai envie de vous dire on va faire la fête !

ER : Tu fais l’inauguration de la soirée du Razz and Bounce ce soir, comme tu l’as dit tu feras la deuxième partie au mois d’août, comment c’est passé la collaboration avec le Razz and Bounce ? Est-ce que toi qui est venu vers ou est-ce que ce sont eux qui sont venus vers toi, comment tu sens ce concept ?

CK : C’est très simple on était là il y a moins de trois mois, il y avait Skrillex et Snake quui officiaient au Razzmatazz. J’ai revu l’organisateur, que je connaissais déjà, et il m’a dit “ça tombe super bien, on voudrait faire l’ouverture des soirées avec toi”. Donc j’ai dit oui avec plaisir. On ne vient pas souvent à Barcelone, on est souvent à Salou ou Madrid, donc on va se faire plaisir ici.

ER : Tu mixes un petit peu partout, tu étais à St-Tropez , tu as fait le festival de Cannes, tu vas faire le mariage de Tony Parker. Comment tu fais pour mélanger tout ça ? Ce soir tu es dans quel état d’esprit ?

CK : Je suis dans un bon esprit. Ce soir c’est une thématique hip-hop dans on va se faire vraiment plaisir. La différence avec des soirées comme le festival de Cannes ou d’autres ambiances, c’est qu’on amène autre chose c’est assez éclectique, on passe un peu de tout mais à ma manière. Sur la tournée de cet été on est vraiment dans une thématique où l’on va montrer toutes les facettes du hip-hop, et essayer de faire en sorte que les gens soit de plus en plus aptes à comprendre qu’il y a toute une histoire, qu’il y a un background au niveau du hip-hop. Il y a beaucoup de jeunes qui n’ont pas encore cette culture. Il y en a qui sont nés dedans et d’autres qui ont zappé. Certains sont dans une génération 2010 donc ils sont bloqués, mais il y avait aussi les années 1990 et 2000, il y avait beaucoup de choses et de styles différents alors qu’aujourd’hui on reste cantonné à un style en particulier. On va voyager.

 

Ecouter Cut Killer sur Equinox Radio Barcelone

 

Ecouter Equinox Radio Barcelone