Search for content, post, videos

Les vendeurs ambulants de la Barceloneta peuvent gagner jusqu’à 6000 euros par mois

Cerveza beer amigo” ? Vous connaissez bien le refrain si vous fréquentez les plages de Barcelone, mais ce que vous ne saviez pas, c’est que les vendeurs ambulants peuvent faire de jolis bénéfices financiers.

Les 90 agents de la  Guardia Urbanala police municipale de Barcelone qui surveille notamment les plages, connaissent bien leurs clients. Des vendeurs clandestins, à la fois dans le pays et dans leur activités commerciales (souvent d’origine indienne ou pakistanaise), qui proposent à longueur de journée bières, cola et mojitos.  Selon les policiers, cités par l’agence de presse catalane ACN, bien que les chiffres de vente soient en baisse (- 15% en 2012, – 8% en 2013 et – 10% en 2014), la tâche des forces de l’ordre reste très compliquée.

En effet la sanction principale contre ces vendeurs à la sauvette est une amende de 270 euros, qui descend à 60 euros si elle est payée sur le champ. Évidement insolvables, les vendeurs ne paient jamais leurs amendes.

En revanche c’est un commerce très lucratif puisque selon la police, un mojito revendu 5 € ne coûte à la fabrication qu’entre 20 et 30 centimes, à la cause de la piètre qualité des produits utilisés. Les meilleurs vendeurs peuvent gagner jusqu’à 6000 euros par mois. Pour des raisons sanitaires, d’ailleurs la police conseille de ne pas acheter ces produits qui souvent sont cachés dans des poubelles et des égouts.