Search for content, post, videos

[REPORTAGE] Attentat de Barcelone – Quel impact sur le tourisme?

L’attentat survenu à Barcelone le 17 août dernier soulève la question de la sécurité de la ville. Il pourrait même porter un coup dur au tourisme, mais les professionnels et experts du secteur se montrent plutôt confiants pour le futur. 

Barcelone est depuis plusieurs années une destination touristique phare. En 2016, selon les statistiques de Turisme Barcelona, la ville a accueilli 9,86 millions de voyageurs. Les 17 et 18 août dernier, la Catalogne est frappée par un double attentat à Barcelone et Cambrils, faisant 16 morts et plus de 120 blessés. Parmi les victimes se trouvent de nombreux touristes qui déambulaient sur la célèbre Rambla, un passage obligé des vacanciers dans la capitale catalane. Suite à cette tragédie, la sécurité de la ville est remise en cause. À Paris, après les attentats du 13 novembre 2015, la fréquentation touristique a baissé de 6% en 2016 et de 10% pour les voyageurs étrangers. Du jamais vu. Les touristes effrayés délaisseront-ils la capitale catalane ?

Le directeur du Syndicat des Hôtels de Barcelone, Manel Casals, estime qu’il faut déjà analyser les jours qui ont suivi l’attentat. Entre le jeudi 17 et le dimanche 20 août, le drame a eu plusieurs effets: “certaines personnes ont avancé leur retour chez elles et il y a eu quelques annulations mais c’était minime. Durant la semaine du 21 au 27 août il y a eu très peu d’annulations, on est revenu peu à peu à la normalité. Par exemple, le Congrès Européen de Cardiologie (qui concernait 30.000 visiteurs, ndlr) s’est déroulé comme prévu”. Pour le directeur, les premiers chiffres sont plutôt encourageants. En août 2016, le taux d’occupation des établissements hôteliers de la ville était de 85% et “cette année il devrait se situer entre 85 et 86%” affirme-t-il.

Ces quelques annulations, la municipalité a préféré de pas en parler. Le 29 août dernier, Jaume Collboni, second adjoint au maire, affirmait en conférence de presse “qu’il y a eu aucune annulation dans les hôtels, foires et événements”. Il ajoute que “dans d’autres villes (Paris, Bruxelles, etc) il y a eu des annulations 24h après les attentats. Mais les Ramblas, le jour après l’attaque, étaient remplies”. Un fait véridique, puisque ce lieu pourtant théâtre du drame, était à nouveau fréquentée le 19 août comme durant une journée classique du mois d’août. Seules les terrasses étaient plus vides qu’à l’accoutumée.

Une ville attractive

Pour Oriol Miralbell, expert du tourisme et professeur d’économie et entreprise à l’Université Oberta de Catalunya (UOC), il est encore trop tôt pour savoir : “les effets sont plutôt mitigés, mais si jamais on constate une baisse de fréquentation, la ville pourra la récupérer”. Le spécialiste revient sur le contexte de la capitale catalane, qui diffère des autres villes européennes: “Il faut prendre en compte qu’à Barcelone, le nombre de touristes augmente de façon constante depuis plusieurs années. Un tel contexte ne peut pas se comparer avec d’autres villes touristiques touchées par des attentats aussi, comme Paris et Londres.” Au vu du nombre de visiteurs, l’équilibre serait donc rapidement retrouvé en cas de baisse.

Il se montre plutôt confiant pour le futur de la ville. “L’attractivité de Barcelone suffit à convaincre les voyageurs, même après un attentat. La ville séduit grâce à des prix intéressants et un climat favorable.” La recette du succès de Barcelone, mêlant soleil, plage et tapas, ne serait pas prête de s’arrêter. Un argument partagé par le second adjoint au maire, pour qui la capitale catalane “n’a pas besoin de vendre sa réputation internationale, elle est déjà plus que construite dans l’imaginaire”. 

“De plus, cette destination cible et attire plutôt les jeunes touristes. Cette tranche d’âge de la population est plus inconsciente, elle ne va pas s’arrêter de voyager et continuera de venir à Barcelone, même après un attentat” nous explique Oriol Miralbell. En revanche, les familles seraient plus sensibles à ce type d’événements, “mais vont-elles réellement arrêter de venir à Barcelone? Il est encore trop tôt pour tirer des conclusions”.

Toutefois, les effets pourraient être négatifs “s’il y a une répétition des attentats dans un même lieu” avait expliqué Jean-Pierre Mas, président des Entreprises du voyage à l’AFP quelques jours après l’attentat de Barcelone. Une ville peut finir par “avoir l’air dangereuse” avait renchéri Didier Arino, directeur du cabinet spécialisé Protourisme.

La massification du tourisme

Au lendemain de l’attentat, certaines compagnies aériennes ont baissé leurs prix pour palier à une éventuelle baisse, comme Ryanair. Quelques établissements hôteliers auraient également fait de même selon plusieurs médias locaux. Oriol Miralbell n’est pas convaincu par cette stratégie. “Pour moi c’est une stratégie négative. Ça pourrait faire de Barcelone, une destination comme Salou ou Lloret del Mar. Personnellement, je pense que ce type d’initiative peut faire baisser la qualité du tourisme. De plus, ce n’est pas responsable de la part des compagnies de prendre ce type de décision seules. Il serait préférable de consulter les autorités”.

Pour l’expert, malgré l’attentat, il ne faut pas oublier les problématiques actuelles du tourisme de la ville. Les stratégies marketing ne vont pas aider le secteur à survivre après un attentat, mais accentuera le tourisme de masse dont la ville n’a pas besoin. Après un drame dont Barcelone a été la scène, “une campagne sur la sécurité serait plus juste” conclue-t-il. La municipalité a annoncé qu’elle allait réaliser trois rapports de suivi de la situation touristique, à 30, 60 et 90 jours après les attentats.