Search for content, post, videos

Prison requise pour les chefs des Mossos d’Esquadra

police catalane

Le procès des responsables de la déclaration d’indépendance aura lieu en janvier prochain, la celulle des Mossos d’Esquadra, la police catalane, est frappée de plein fouet.

Le parquet espagnol a présenté aujourd’hui ses réquisitions en vue du procès qui débutera d’ici deux mois. Des demandes sévère de la part du procureur espagnol qui dépasse au total plus de 200 ans de prison. Le parquet retient l’article 473 du code pénal qui correspond à un “délit de rébellion sans armes ni combats”.  Tous les ministres de Carles Puigdemont se voit menacé de peines allant entre 5 et 25 ans de réclusion.

Le procureur frappe fort en élargissant les demandes de peines au responsables de la police catalane : les Mossos d’Esquadra. Le major Josep LLuis Trapero, qui est devenu très populaire pour sa brillante gestion des attentats terroristes du 17 août 2017 à Barcelone, est menacé de 11 ans de réclusion.

Josep Lluis Trapero n’a jamais montré un profil indépendantiste radical. Cependant le juge et le procureur estiment que le dispositif mis en place par les Mossos d’Esquadra pour empêcher le vote du 1er octobre n’était que pure esthétique. Contrairement aux policiers espagnols qui sont venus interrompre le vote en tenues anti-émeutes avec matraques, casques, boucliers et flash-balls, les Mossos d’Esquadra étaient en habits de ville. La justice pointe du doigt le manque d’effectifs de policiers catalans : 7000 contre 12.000 lors d’une journée électorale habituelle. Le major Trapero avait affirmé à de nombreuses reprises qu’il n’était pas question d’utiliser la violence en raison du nombre de personnes concentrées le 1er octobre.

C’est l’ensemble de la cellule dirigeante de la police catalane qui pourrait terminer derrière les barreaux :  l’ancien directeur de la police Pere Soler et l’ancien secrétaire général du ministère de l’Intérieur Cesar Puig encourent 11 ans de prison pour rébellion. Teresa Laplana, intendante de la police, se retrouve avec 4 ans de prison requis pour sédition.

LIRE AUSSI : PLUS DE 200 ANS DE PRISONS REQUIS POUR LES RESPONSABLES INDÉPENDANTISTES