Les voitures en voie de disparition, dans le Raval de Barcelone

Par Clémentine Laurent
Publié le Mis à jour le
Raval

Dans le Raval, à Barcelone, circuler en voiture va devenir de plus en plus complexe. La mairie va imposer des horaires à la circulation des véhicules, pour améliorer la mobilité dans le quartier.

Photo : Clémentine Laurent/Equinox

Les voitures se feront de moins en moins nombreuses, dans les rues du Raval, à partir de 2022. Une volonté de la mairie de Barcelone, afin de permettre aux piétons et aux cyclistes d’occuper un peu plus d’espace sur la voie publique sans se « marcher » dessus.

Selon le plan de la mairie, les voitures ne pourront plus circuler dans le Raval de 7 heures à 9 heures du matin et de 14 heures à 21 heures l’après-midi. Seuls les véhicules des riverains, commerçants, autorisés ou de livraison pourront circuler à ces heures, tout comme les voitures cherchant à accéder à un parking dans le quartier.

Les heures auxquelles les livraisons et chargements de camions et camionnettes seront aussi réduites à la matinée, il n’y aura donc plus de livraisons dans l’après-midi ; par ailleurs, de nouvelles places de parking prévues à cet effet seront créées.

RavalPhoto : Ajuntament

15 rues du Raval changent aussi de sens de direction, et de nouvelles pistes cyclables seront aménagées.

Ces mesures ne seront pas toutes effectives dès le début de l’année 2022 : elles s’appliqueront progressivement, en commençant par le changement de direction de rues durant le premier trimestre 2022. Suivra ensuite la création de nouvelles places de livraisons, ainsi que la réduction des horaires de celles-ci durant le deuxième trimestre. Les horaires d’accessibilité du quartier aux voitures seront aussi mis en place au deuxième trimestre.

Une mobilité trop « restrictive », dans le Raval ?

L’objectif affiché de la mairie : « améliorer la mobilité » du quartier « pour le rendre plus accessible aux piétons et vélos ».

Mais pour l’Association d’habitants, ces mesures n’amélioreront pas vraiment la circulation dans le Raval. « Ce n’est pas normal, la mobilité ne devrait pas être aussi restrictive, les habitants du quartier aussi doivent se déplacer ! », s’insurge Antonio Martínez Gómez, président de l’association, à Equinox.

Il dénonce notamment les horaires limitant la circulation, qui compliqueront les déplacements des habitants. « Par exemple, il y a beaucoup de travailleurs ici qui utilisent des voitures de fonction, et qui doivent se déplacer dans le Raval parce qu’ils y ont des clients. Je pense que cette restriction totale, c’est un problème. »

Antonio Martínez Gómez estime certaines mesures hors de propos, car selon lui la mairie de Barcelone ne possède pas de données réelles sur la mobilité du Raval. Il insiste d’ailleurs sur les besoins en termes de sécurité du quartier, où a d’ailleurs eu lieu un tragique accident de trottinette électrique qui a coûté la vie à une riveraine, en 2019. « Il faudrait plus surveiller la circulation des vélos et des trottinettes », avance le président de l’association d’habitants.

À lire aussi : La nouvelle Rambla de Barcelone dévoilée

Recommandé pour vous