Search for content, post, videos

Notre avis – Des détenus exposent leurs oeuvres d’art à la Caixa Forum de Barcelone

Comment réagit l’individu face à l’imposition de règles, à la solitude ou au désir de liberté qu’il ressent depuis la cellule d’une prison ? L’exposition « Bálsamo y fuga, la création artistique en institut pénitentiaire » tente de répondre à cette question. Des œuvres réalisées par des détenus en Catalogne sont présentées à la Caixa Forum de Barcelone jusqu’au 15 janvier 2017.

Photos: C.Meyer/Equinox Radio

Calendrier, agenda, horaires, lorsqu’un individu entre dans un établissement pénitencier il est immédiatement soumis à des règles. Les détenus doivent s’y adapter dès les premiers pas. C’est donc logiquement que l’exposition commence par des oeuvres d’art mettant en lumière ce quotidien structuré, imposé. « Qu’est-ce qui peut conduire quelqu’un à aller en prison ? » se demande un visiteur à voix haute avant d’apercevoir en face de lui deux écrans de télévision. Il saisit un casque audio et regarde l’histoire animée de deux femmes ordinaires devenues détenues et LE moment où tout a basculé. « Bálsamo y fuga » ce n’est pas une exposition racontant les motifs d’incarcération des détenus mais une exposition, au contraire, qui montre leurs moments « d’évasion ».

lart-en-prison

Ce tableau de mosaïques représente la diversité ethnique de notre société.

 

Créer pour s’évader

« La création artistique a un effet positif sur les personnes, elle renforce la volonté, la persévérance et permet de prendre du recul sur sa personnalité. Dans un contexte pénitencier, la création opère comme une pommade au moment d’apaiser les dures conditions du manque de liberté » affiche une petite pancarte à côté de peintures, sculptures et photographies d’oiseaux, symboles de liberté.

Ces oeuvres d’arts réalisées par des prisonniers sont remplies de métaphores et de poésie et peuvent se lire comme des témoignages de ce que les détenus vivent au quotidien. Elles ont été classées selon le message qu’elles veulent transmettre et sont présentées dans différentes salles. Le visiteur oscille entre celles représentant l’emprisonnement, l’atelier de création, le patio où les détenus se rencontrent, échangent et peuvent observer le ciel, la cellule où surgissent les souvenirs personnels et la nostalgie. Pour arriver dans le dernier espace, le visiteur tire un grand rideau. Un musique rythmée et joyeuse coupe avec le silence de toutes les autres pièces. Au mur, des oeuvres remplies de couleurs et de paysages idylliques. C’est la salle des rêves de liberté, d’évasion. Au bout du couloir, celle de la sortie.

dsc_1065

La sortie dans le patio est minutée c’est pourquoi un détenu a choisi de crée un chronomètre géant.

 

Des ateliers de création en prison seulement en Catalogne

L’exposition combine une cinquantaine de créations réalisées par des détenus des dix centres pénitenciers de Catalogne. Ces prisons sont les seules d’Espagne à bénéficier d’un programme permettant aux détenus de participer à ateliers de création. Des « moniteurs artistiques » viennent encadrer les internes durant les ateliers. Il y en a 53 aujourd’hui répartis entre les dix centres. Ce programme a été crée il y a trente ans lorsque la Generalitat de Catalogne a obtenu les compétences nécessaires pour gérer le système pénitentiaire. Les moniteurs artistiques sont des diplômés des Beaux-Arts ou des personnes à forte vocation artistique et pédagogique. Leur objectif est de faciliter l’expression créative et le développement personnel des internes. Les détenus sont sensibilisés à un nouveau mode de langage, celui de l’art. Cette idée catalane d’enseigner l’art en prison a été reprise dans d’autres prison d’Europe.

dsc_1039

Un détenu a peint un souvenir de sa vie avant la prison.

Un nouveau regard sur les détenus

« Bálsamo y fuga » est une exposition qui permet d’appréhender le système pénitencier et les détenus avec un nouveau regard. Grâce aux créations exposées on découvre leur sensibilité, leur nature humaine. Ces œuvres sont le fruit d’une envie de s’exprimer ou simplement de passer le temps. Elles sont réalisés avec des matières peu chères comme le papier, l’argile ou avec des matières recyclées mais laissent le visiteur impressionné par le potentiel artistique des détenus. On découvre dans certaines pièces des photos, des courts-métrages dans lesquels les détenus enfilent le costume de comédien et on se laisse surprendre par la musique que l’on entend dont les musiciens et interprètes sont des prisonniers.


Lire aussi : Notre avis – Le MNAC de Barcelone plus spectaculaire que Le Prado


A travers cette exposition on découvre les bienfaits de l’art sur une personne en captivité. La création artistique peut apaiser, conforter (Bálsamo) mais aussi permettre de s’évader (Fuga). La prison est un univers inconnu et mystérieux pour le grand public. Des petites pancartes explicatives permettent aux visiteurs de prendre davantage conscience des conditions de détention. Dommage cependant que quelques œuvres de la collection d’art comtemporain de la fondation La Caixa se soient glissées parmi celles des détenus même si elles évoquent aussi le poids d’une institution.

Informations pratiques

« Bálsamo y fuga, la création artistique en institut pénitentiaire » est exposée à La Caixa Forum de Barcelone jusqu’au 15 janvier 2017.

Site officiel ici

Horaires: Ouvert tous les jours, de 10h à 20h.

Prix: 4‎€, entrée gratuite pour les moins de 16 ans.