Search for content, post, videos

[ANALYSE] Surrégime en Espagne et en Catalogne

police-violence-en-Catalogne

ANALYSE DE NICO SALVADO, fondateur d’Equinox

Le surrégime décrit le mode de fonctionnement d’un appareil caractérisé par une utilisation supérieure aux paramètres normalement utilisés. Et c’est exactement ce que font les gouvernements catalans et espagnols avec les outils institutionnels.

– Le parlement catalan est en surrégime législatif depuis la rentrée de septembre, sous l’impulsion du quatuor Carles Puigdemont (président de la Catalogne), Oriol Junqueras (vice-président), Jordi Turull (porte-parole et une des têtes pensantes du processus indépendantiste) et Carme Forcadell (présidente de la chambre catalane). En ayant voté dans des conditions douteuses les 5 et 6 septembre les lois encadrant le référendum et la transition juridique, le parlement est soumis à un mode au-delà des paramètres normalement utilisés. Violation du propre règlement de la chambre des députés, anéantissement des droits de l’opposition. Avec ce passage en force, la machine parlementaire catalane est ressortie abîmée. Le mode surrégime devrait de nouveau être activé cette semaine avec une très probable déclaration d’indépendance de la Catalogne par la majorité indépendantiste qui se fera dans la douleur.

– La présence de l’État espagnol sur le territoire catalan en surrégime avec une action des forces de l’ordre espagnoles qui ont utilisé une violence disproportionnée dans une compétence qui appartenait aux Mossos, la police catalane.

– L’appareil judiciaire de l’État espagnol est au aussi utilisé au-delà des paramètres habituels avec des mesures de répression se traduisant par des gardes à vue, des descentes de police dans les journaux, le blocage des comptes de la Generalitat, entre autres.

– Les associations activistes placent la rue catalane également en surrégime. Après des semaines de propagande autour du référendum, et en attendant les tumultes de la déclaration d’indépendance, les associations indépendantistes ANC, Omnium et  l’extrême-gauche de la Cup mobilisent la rue catalane pour une gréve générale mardi, avec apparemment la bénédiction de la Generalitat.

Souvent le surrégime détériore l’appareil. Pour éviter cette détérioration, on trouve assez souvent un dispositif de limitation de puissance, de vitesse ou de régime. Ce dispositif de modération pourrait être l’Europe. Angela Merkel ne parle pas de surrégime, mais de surenchère. On s’en rapproche. Une Europe mécano qui viendrait régler les appareils catalans et espagnols serait la surprise des semaines à venir.