Notre avis – Expo: les dégâts du changement climatique sur Barcelone

Par le 2 février, 2018 CULTURE

Depuis le 20 janvier 2018 et jusqu’au 20 janvier 2019, The Zone of Hope est implanté au Real Círculo Artístico de Barcelone. En partenariat avec Algües de Barcelona, l’exposition recrée les effets du changement climatique sur la ville en faisant de nous les personnages principaux de la visite. 

Avant d’entrer dans l’exposition The Zone of Hope, une vidéo explique les consignes de sécurité et comment va se dérouler l’expérience. Un sac, un casque avec lunettes et des capteurs sur les mains et les chevilles sont mis aux visiteurs. Une fois le signal donné, la première chose que j’ai faite fut de regarder mes mains et mes jambes: j’étais en tenue d’astronaute. Il m’a fallu un moment pour m’y habituer, en observant, marchant et touchant la pièce qui est devenue totalement différente avec la réalité virtuelle. Pour voir complètement son nouvel aspect, il suffit de regarder les autres participants.

Le voyage dans le futur commence avec trois arrêts dans le temps. Violeta, une intelligence artificielle, nous accompagne et nous guide avec sa voix. Elle a 20 ans en 2038, 50 ans en 2068 et 75 ans en 2093. Le fait qu’elle nous parle et raconte son histoire personnel redonne du sérieux à l’expérience. À chaque saut dans le temps on passe par une porte dimensionnelle dont on ressent les effets. Période de glace pour le premier stop en 2038, en référence à la fonte de l’Arctique. Les effets sont incroyables, le froid se ressent, le bruit des eaux reproduit fait subtilement écho dans nos oreilles. On peut toucher tout ce qu’il y a autour de nous. J’avais l’impression d’avoir les mains glacées au contact des pierres et tonneaux, c’était assez perturbant.


Lire aussi: Le musée des illusions, l’anti-musée de Barcelone


On se sent vraiment acteur tout au long de l’exposition, surtout lorsqu’il faut actionner des mécanismes pour ouvrir les portes et passer à la pièce suivante. Voir Barcelone sous les eaux en 2068, avec les bateaux pour circuler à la place des voitures comme si on était à Venise, me rend mal à l’aise. Ce n’est pas que dans les films, c’est en train d’arriver et nous, les visiteurs, pouvons faire en sorte que cela n’arrive pas. Ou du moins, limiter les dégâts. Tout est si bien fait que je me suis mise à oublier où j’étais, que j’étais en train de vivre une expérience de réalité virtuelle.

Entre émotion et espoir

Durant la visite, il faut prendre un ascenseur. Je dois avouer que je n’étais pas très rassurée. J’avais l’impression d’être dans un vrai ascenseur et qu’il allait tomber en panne. Heureusement, malgré la lente montée, tout c’est bien passé. L’avant dernière partie se déroule sous la chaleur dans le désert. On rentre vite chez Violeta dans un espèce de laboratoire avec vue sur l’extérieur où l’on peut voir le bassin de Llobregat totalement asséché. Violeta nous raconte qu’elle avait l’habitude d’y aller quand elle était petite pour se baigner et nous invite à toucher la vitre. Une fois la main dessus, apparaît un lac avec des montagnes et de la verdure, c’est à la fois magnifique et triste. On voit comment le changement climatique a affecté la vie de Violeta.

Quand la visite se termine, je suis un peu déçue, déçue qu’elle ne dure pas plus longtemps. Une fois le matériel enlevé, c’est la séquence émotion. Une vidéo est projetée dans une pièce. Elle reprend les discours de personnalités connues et anonymes pour que l’on se questionne sur l’avenir. On se dit est-ce que c’est de ma faute? Qu’est-ce que je peux faire de plus? Pour nous aider, un écran interactif nous invite à faire des actions contre le réchauffement climatique et à envoyer nos réponses et informations sur l’exposition.

C’est une expérience vraiment intéressante à faire. On s’amuse sans oublier le message de l’exposition, qui nous montre ce que peut être notre futur si on ne fait pas attention. Mais surtout, elle nous donne l’espoir qu’un autre futur est possible.

Infos pratiques

Réservé aux personnes de plus de 13 ans
Réservation obligatoire ici
Horaires d’ouvertures: Du lundi au dimanche de 10h à 19h30 (venir 10 minutes avant l’heure de réservation)
Prix: Gratuit pour les employé de Agbar et 15€ pour le public
Langues de narration durant la visite: catalan, castillan ou anglais
Adresse: Reial Cercle Artístic de Barcelona, carrer dels Arcs, 5, 08002 Barcelone

Christiane Oyewo

Journaliste Equinox Radio & Magazine. Formée à l'Université Nice Sophia Antipolis.